POMPEII fait un break jusqu'à début novembre pour se refaire une santé >>> Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Ven 18 Oct - 19:25


(c) arwene
Ausonius Niger
incarné par Zayn Malik
Ave, étranger! Je suis Ausonius Niger, et je ne sais pas qui est mon père - enfin je le saurai certainement en faisant des liens/scénarii mais là pour l'instant c'est un mystère. Né à Pompei, il y a 21 ans, je suis d'origine romaine par mon géniteur et Egyptienne pour ma génitrice. La déesse Fortune a fait de moi un affranchi et j'ai pour maître Kaeso Ausonius Fautsus - j'appartenais avant à son beau-père.


Plus de 2000 ans plus tard, c'est Reinettte qui m'incarne. Qui es-tu? Je suis parisienne, j'ai presque 18 ans, ça fait deux-trois ans que je RP, et j'administre mon forum HP. Je joue un 1D, mais je suis pas une kikoo, eh si, c'est vrai :face:Je suis amoureuse de ce smiley, d'ailleurs, :face:J'ai connu le forum via PRD, je crois, et je l'aime déjà beaucoup beaucoup ♥
Si je venais malheureusement à quitter le forum, j'accepte que mon personnage soit adapté en scenario

(c) arwene
Pompéi & moi

→ Ce que je pense de Pompéi
Pompéi est ma maison et je la connais mieux que personne. Certes, ça ne fait qu’une vingtaine d’années que je parcoure ses rues, mais je peux vous garantir que je la connais mieux que certains vieux qui vivent ici depuis cent cinquante ans. Contrairement à certains, je n’ai jamais été enfermé dans une maison ou interdit de dépasser une certaine limite. Pompéi et ses alentours me sont familiers parce que je m’y balade comme je veux depuis que je sais marcher. C’est une ville magnifique, une ville chaude, une ville sale, une ville dangereuse, une ville royale, dont je connais pas mal de secrets. Quant aux gens qui y habitent, disons que j’ai mes préférences. D’abord, j’ai pour habitude de ne pas aimer les gens qui ne m’aiment pas. Malheureusement, il y a beaucoup de personnes qui ne m’aiment pas, et par principe, la plupart du temps. Ceux qui appartiennent, par exemple, à cette caste supérieure, celle des patriciens, ils ont la fâcheuse tendance à me considérer comme un moins que rien, alors disons que je leur rends seulement la pareille. Mais ne vous en faites pas, il existe tout de même des personnes qui m’apprécient, et que j’apprécie en retour.

→ Ce que je pense de la politique
Ma question préférée. Disons que je sais m’adapter, et profiter de ce qui m’est offert, c’est-à-dire pas grand-chose. Je n’ai pas beaucoup de droits, je ne suis qu’un orphelin élevé par une prostituée et un aubergiste, après tout ! Je n’ai pas le droit de vote. Je ne suis pas un citoyen, alors je pourrais dire que je ne m’intéresse pas à la politique, mais ça serait mentir. Je n’ai certes pas mon mot à dire, mais ce n’est pas pour autant que ça ne m’intrigue pas à un point inimaginable. Je trouve que c’est un secteur qui peut rapporter beaucoup. J’aime voir comment nos chers patriciens s’arrachent les os pour gagner, c’est encore mieux qu’un combat de gladiateur – et ç’en est souvent accompagné. Leur futur est finalement mis entre les mains de personnes qui leurs sont inférieures : les plébéiens. C’est génial, non ? La plupart de ces patriciens soit disant politiciens ne s’en rendent même pas compte, et ce sont ceux-là qui n’arrivent jamais à réussir ; au contraire, ceux qui ont compris que dépenser des deniers pour faire plaisir à la plèbe et pas aux patriciens était la seule chose qu’ils avaient à faire pour gagner – mais pas la moindre – sont les meilleurs. Ce sont les diaboliques, les machiavéliques, ceux qui font des alliances interdites et secrètes, ce sont ceux-là que j’aime, et qui me font aimer cette fameuse politique. M'enfin, ce n'est que mon humble avis !

→ Ce que je pense des jeux
C’est un très bon divertissement ! Je n’ai pas droit aux places de choix, vous savez encore cette histoire de n’être qu’un affranchi, je suis tout en haut, je vois les joueurs en tout petit, mais je m’y amuse beaucoup. Je trouve les combats de gladiateurs un peu … disons, barbares, et les munera en elles-mêmes bien trop politiquement orientés – si seulement je pouvais voter je crois que ça m’amuserait bien plus – mais j’aime tout de même beaucoup les jeux du cirque ! Les valeurs romaines y sont très bien illustrées, le courage, surtout. Les concourants sont toujours beaux à voir, on dirait qu’ils transpirent le pouvoir. Et admirer la foule scander des mots dans une parfaite unité m’apporte un grand plaisir. Autant les patriciens que les plébéiens, les affranchis ou encore les pérégrins, tout le monde crie le nom de son favori. C’est très intéressant, si si, je vous jure.

→ Mes souhaits, mes rêves, mes ambitions
Dans un futur proche, je m’imagine déjà retrouver mon géniteur et ma génitrice. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment, c’est une envie qui se rapproche de plus en plus en ce moment du besoin. Je ne suis pas vraiment orphelin, en réalité. J’ai des parents, ils m’ont « juste » abandonné. Peut-être sont-ils morts, depuis, c’est vrai. Mais c’est une chose que j’ai envie de découvrir. Autre ambition, plus faisable ? Retrouver ma place de premier dans les rangs de mon maître. Etre précédé par un enfant m’exaspère de plus en plus, et je compte bien retrouver ma position d’antan. Pas facile non plus. Bon, alors, cherchons encore quelque chose de plus atteignable. J’aimerais vivre une longue vie, et bien accompagné. Je veux me trouver une petite femme avec qui je pourrai avoir des enfants qui auront plus de chance que moi : si elle se trouve être plébéienne, alors ils le seront aussi, et c’est tout ce que je peux leur souhaiter. J’espère que notre César parviendra à maintenir une certaine paix dans l’Empire : je n’ai pas envie de partir en guerre, plus de me faire ma petite place à Pompéi, et fonder mon propre commerce. Pas que je sois peureux, mais j’ai de grandes ambitions, et j’ai peur que les quarante ans qui me restent à vivre ne soient pas suffisants ; alors si je perds des années à la guerre, ou pire, si je meure au combat, je ne pourrai rien accomplir du tout, ce qui ne me plairait pas, évidemment.

→ Ma pire crainte
Tomber plus bas que là où je suis déjà. Je vous l’ai dit, je suis un garçon assez ambitieux, et bon perdant ne fait pas partie de mes qualités, bien au contraire. Alors si je venais à perdre mon statut, oui, je crois que ma pire crainte serait réalisée. Mais je n’aime pas spéculer. Je suis quelqu’un qui vit plus ou moins au jour le jour, et me faire des scénarios sur les pires choses qui pourraient m’arriver ne fait pas partie de mon quotidien.

→ Heureusement, les Dieux veillent sur moi.
J’ai mon petit génie qui veille sur moi, ou en tous cas je l’espère. En plus de cela, il paraît que j’ai des origines égyptiennes ; la déesse Isis a donc une très forte importance pour moi. S’il y a une divinité à laquelle je voue un culte, c’est bien celle-ci. Celle qui m’a élevée est une prostituée et tout le monde sait – et si vous ne le savez pas je vous le dis – que cette catégorie de femme a pour déesse préférée Isis. C’est donc d’elle aussi que je tiens cela. Qu’est-ce que je ferais sans mes mamans, hein ?

Mon histoire

⊹ Naissance
Deux mères pour le prix d'aucune.

Les hurlements de la femme sont étouffés par le chiffon qu’on lui a mis dans la bouche. Personne ne doit l’entendre, personne ne doit rien savoir. Ça fait cinq mois qu’elle cache sa grossesse, ou du moins qu’elle ment sur l’identité du père, et ça serait vraiment idiot de tout foutre en l’air maintenant. Tomber enceinte de son maître, n’est-ce pas la plus grosse idiotie du siècle ? Kipa aurait dû faire plus attention, elle le savait, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Règle numéro un chez les esclaves : ne pas agir comme une prostituée si on n’a pas ce rôle officiellement attribué. Kipa a juste fait la bêtise de trouver son maître attirant ; ça lui a valu un bébé qu’elle va devoir abandonner. Le maître a été très clair là-dessus : ils n’ont pas besoin d’une bouche en plus à nourrir, et elle n’a pas intérêt à désobéir ; sa domina la regarde assez mal comme ça, de toutes façons. Pour elle, l’enfant est d’un autre esclave de la maison, mais si elle apprend que c’est son mari qui l’a enfanté … elle n’aura aucun mal à faire assassiner la traîtresse. Il ne faut pas les croire innocentes et gentilles, les dominae. Elles sont souvent bien pires que leurs hommes.
Le silence se fait enfin, mais ne dure que peu. Cette fois, ce sont les petits cris du bébé qu’on entend. Kipa ferme les yeux, s’effondrant enfin sur sa banquette. Elle entend vaguement sa camarade lui annoncer que c’est un garçon. Elle sent des linges qui viennent la nettoyer, mais garde ses yeux fermés. Les cris du bébé se calment tandis qu’elle sent qu’on le sépare d’elle en coupant le cordon qui les a unis pendant neuf mois. C’est la première fois qu’elle se retrouve dans la position d’accouchante ; normalement, elle fait l’accoucheuse. Elle sait que maintenant, il va falloir qu’elle survive aux prochains jours qui vont venir. Si elle arrive à vaincre les fièvres, c’est gagné, elle peut reprendre sa vie d’esclave tranquillement. Seul changement, elle sera désormais mère.

La porte du cabanon s’ouvre doucement. Kipa reconnait la voix d’une autre esclave s’élever dans la pièce. C’est une voix autoritaire, qui annonce qu’ils n’ont pas encore trouvé de personne pour garder le bébé. Elle va devoir le garder jusqu’à ce que ça soit le cas. Génial. Déjà, on lui enfourne le bébé dans les bras. Allez savoir comment, mais le glouton trouve le sein de sa mère presque immédiatement, et comme par instinct, il se met à le téter. S’il reste, ça veut dire qu’elle va devoir lui trouver un nom. Par Isis, un problème de plus. Il va falloir qu’elle le regarde alors, vraiment, qu’elle s’attache à lui, histoire que la séparation soit encore plus difficile. Qu’a-t-elle fait pour mériter cela ? Ah oui. Elle a laissé son maître rentrer dans sa cabane. Rentrer en elle.

Kipa fixe son fils, maintenant. Il est encore tout ensanglanté, tout comme la paille sur laquelle elle est allongée. Il a les yeux presque aussi noirs que ses cheveux. Ses lèvres lactées tètent tranquillement le sein tandis qu’il peine à ouvrir ses yeux pour les plonger dans ceux de sa mère. Elle sait comment elle va l’appeler : Niger. Parce qu’il est tout noir, merci maman l’égyptienne. Papa est blanc. Il est très riche, très patricien, il a participé à quelques batailles en terres africaines ; quand il est revenu à sa femme de cette contrée lointaine, il amenait avec lui cinq ou six esclaves, dont une certaine Kipa. C’était la plus belle. Elle avait des longs cheveux noirs, des grands yeux, un teint cuivré. Ses dents étaient droites et blanches. Pour ne pas abîmer sa beauté elle avait été désignée comme suivante de la maîtresse de maison ; ça permettait aussi au maître de pouvoir porter son regard sur elle plus souvent, bien sûr. Il aurait mieux fallu pour elle qu’elle soit désignée comme écuyère, mais les choses ne se déroulent jamais comme on le veut vraiment.

On enlève Niger à sa mère deux mois plus tard. L’enfant a enfin trouvé preneur : un homme vile qui ne dirait jamais non à une somme d’argent, surtout si c’est de l’argent facile : Fulcinius. Il dirige un lupanar – tout le monde le sait et personne ne le dit. Le patricien qui lui a donné l’enfant lui a aussi donné de l’argent ; en somme il a acheté pour lui un esclave à venir. Pourquoi voulait-il se débarrasser de cet enfant ? Allez savoir, Fulcinius ne s’en préoccupe en réalité pas vraiment. Il se contente de confier le rejeton à une de ses louves qui a eu un enfant il y a peu, et qui a donc sa poitrine encore pleine de lait. Elle pourra l’élever le temps jusqu’à ce qu’on puisse lui trouver des tâches à effectuer ; là, l’investissement deviendra utile. Fulcinius est très fier de son affaire, il faut le dire. Et sa louve n’a pas l’air trop mécontente, ça lui permet après tout de ne pas se remettre immédiatement au boulot. Et un enfant de plus ou de moins, hein, qu’est-ce que ça change ?  En plus ce sont une fille et un garçon, ça change un peu, pas toujours la même chose, quoi. Bref, bon plan.

Notre Niger est donc élevé dans cette ambiance jusqu’à ses cinq ans. A ce moment-là, les choses changent un peu.



⊹ Enfance
Pompéi, cette troisième mère qui m'offrit encore de nouveaux parents.

A cinq ans, Niger est déjà un enfant très vif, fouineur, mais discret, malin, et surtout solitaire. Il passe ses journées à se cacher dans les moindres recoins du lupanar qui lui fait office de maison, jouant avec tout et n’importe quoi, s’imaginant sa vie en prince, marin ou cavalier. Il ne joue pas avec les autres gamins qui traînent dans les environs, même ceux qu’il connait depuis qu’il est né, il préfère faire ses jeux seuls, et ne surtout pas participer à ceux des autres. La seule compagnie qu’il accepte est celle de sa sœur : celle avec qui il a été élevé, l’autre enfant de la louve, et bien qu’elle n’ait aucun sang commun avec lui, il la considère comme sa famille. D’elle, il est inséparable, ou presque, mais c’est tout. Plus les années avance, plus le territoire du petit Niger augmente : il adore s’aventurer en dehors du lupanar, échappant à la surveillance des adultes, s’éloignant de quelques mètres, observant l’agitation de la rue. Il rentre toujours de ses excursions un grand sourire aux lèvres, ravi de ses découvertes. Il commence à comprendre comment fonctionne la ville, quelles sont les fonctions de chacun, leur place, leur rôle, et il trouve ça extrêmement intéressant – et amusant aussi.
C’est lors d’une de ces escapades qu’il rencontre le troisième homme de sa vie – après son père biologique et Fulcinius : Kaeso Ausonius Faustus. Il l’avait pris sur le fait, en train d’essayer vainement d’escalader un muret pour voir ce qui se passait dans la maison du poissonnier, voisin de l’auberge du fameux Kaeso. Niger mesurait un mètre vingt, et quand il s’était retrouvé sous le regard de l’homme, il s’était trouvé extrêmement petit. Et il lui avait fait un grand sourire innocent, parce qu’il ne faisait rien de mal, à part être extrêmement curieux. Peu de temps après cet événement, Niger change de domicile, le louveteau solitaire est retiré de sa tanière. Enlevé à sa sœur et sa mère, il loge dans l’édifice voisin, l’auberge de Kaeso. Il y a d’autres enfants, là-bas, et tous sont logés et nourris par la famille des Ausinii. Ce n’est pas plus mal, en réalité. Sa sœur ne vit pas très loin, il peut toujours la voir, et Kaeso l’autorise à se balader dans Pompéi, il l’y encourage, même.

Dans l’auberge, Niger se sent important : en effet, il reçoit des missions d’observation, de surveillance, il se sent traité comme un adulte de petite taille. Je vous l’ai dit, Niger est discret, et il est très apprécié pour cette qualité. Toujours, il essaye de s’améliorer, de faire mieux. Très vite, il comprend ce que son maître recherche : des yeux et des oreilles partout là où il veut, et la dizaine d’enfants qu’il loge au-dessus de son auberge lui sert à cela. Niger vit donc dans cette ambiance pendant toute son enfance. Il se fait très bien à la vie dans l’auberge, si bien que très vite, il comprend aussi être l’un des favoris de Kaeso. Par exemple, il reçoit l’honneur d’avoir la possibilité d’apprendre à lire avec la femme de son maître, et plus tard à écrire. En remerciement, il devient avec les années d’expérience le parfait petit espion, cela devient presque un jeu, pour lui. Il sait quelles sont ses responsabilités, mais sait en faire un amusement. A dix ans, il connait tout son quartier comme sa poche, et ses habitants comme ses propres parents.

La personne qu’il connait le moins bien est peut-être son maître, Kaeso. Que fait-il de toutes les informations qu’on lui apporte ? Niger ne comprend pas bien, en quoi en a-t-il besoin ? Mais le garçon n’a que dix ans, c’est certainement pour cela qu’il ne comprend pas ; mais en tous cas, il s’exécute, et parfaitement. C’est comme si il avait l’œil pour voir ce qu’il fallait voir, entendre ce qu’il fallait entendre. Il était doué.



⊹ Adolescence
Le premier fils qui n'est certainement pas un frère.
Une mère en moins.
D'esclave à affranchi, d'enfant à adulte, de premier à second.

Avec les années, Niger le sait, il est devenu le parfait petit espion couplé du parfait petit voleur. De fait, il est le favori de son maître, le premier, tout en haut de la chaîne alimentaire des esclaves. D’ailleurs, à treize ans le garçon se rend compte petit à petit de l’injustice de la situation dans laquelle il est : il ne sait pas qui sont ses vrais parents, mais il se doute que s’il leur a été enlevé, c’était qu’il n’était pas digne d’être leur enfant. Peut-être même est-il l’héritier d’un patricien ? Seulement quelques personnes doivent être au courant : son premier maître, Fulcinius, sa mère adoptive la louve, et Kaeso. Niger n’ose pas demander aux hommes, et celle qui l’a élevé refuse de lui répondre. En tous cas, il est esclave, il n’a aucun droit, et il trouve ça injuste – comment autrement, il a treize ans, c’est l’âge de la rébellion. L’année de ses treize ans marqua d’ailleurs un tournant dans sa vie. Premier événement : la mort de la louve qui l’avait élevé. Emportée par une maladie du jour au lendemain, Niger ne s’était pas accordé le droit de la pleurer. Il devait être fort, même face à la mort. Sa sœur, elle, pleurait beaucoup. Elle n’avait plus personne, maintenant, et à treize ans elle avait presque l’âge d’à son tour, agir comme courtisane dans le lupanar de Fulcinius. Niger et elle s’entendaient toujours aussi bien, lui étant extrêmement protecteur envers elle. Il trouvait son sort pire que le sien : elle était née dans le bordel et mourrait dedans ; Niger, lui, avait le privilège de pouvoir plus ou moins vivre sa propre vie : les avantages d’être un homme, même esclave. Le deuxième événement marquant fut celui de la naissance du second enfant de Kaeso. Pourquoi le premier enfant n’avait pas marqué Niger ? Parce que c’était une fille, et qu’en gros, elle avait de fait moins de pouvoir que lui, le pauvre petit esclave. Mais le second était un garçon, et à peine était-il né que Niger voyait en lui une menace. Manius (c’était comme cela que l’enfant s’appelait) était le fils légitime, celui qui était né plébéien, donc libre. Niger se rassurait en se disant qu’au moins, l’épouse de Kaeso n’aimait pas l’enfant. C’était très étrange, d’ailleurs : c’était comme si aucun lien n’unissait la mère à son fils. Et puis Niger avait le privilège d’être au courant de quelques secrets de famille – et Jupiter savait combien cette famille en était remplie – tandis que le bébé Manius n’était bien sûr au courant de rien. Niger s’en doutait, ce n’était qu’en prouvant sa loyauté face à ses secrets qu’il resterait premier dans les rangs de Kaeso.

Une personne est enfermée dans une pièce au-dessus de l’auberge. C’est rare que Niger passe par-là, mais quand il le fait des frissons lui parcourent le dos. C’est un homme, le frère de son maître, allongé dans un lit, abreuvé tous les jours de différentes drogues qui le plongent dans un sommeil éveillé, qui le transforment petit à petit en une entité à peine humaine. Un esclave de la famille se charge de lui administrer ses drogues, et étrangement, il n’a pas l’air de trouver que c’est le meilleur job de la terre.
L’apothéose du temps de servitude Niger arrive un jour dans sa seizième année. Manius a trois ans il est donc bien trop jeune pour servir d’une quelconque manière à son père, alors que Niger, lui, a toutes les cartes en mains. On dit souvent que le hasard fait bien les choses ; après l’histoire que je vais vous raconter, Niger est en tous cas dument allé remercier la déesse Isis qu’il tenait responsable de la manière dont les événements avaient tournés. Pourquoi était-il allé devant la chambre du frère de son maître ce jour-là ? C’était Isis qui l’y avait envoyé. Il y était donc allé, et avait jeté un œil discret dans la chambre. Qu’avait-il vu ? L’esclave, après une certaine hésitation, jeter la drogue par la fenêtre, effrayé mais fier de lui. Niger s’était rapidement échappé de là, mais avait décidé de mettre en pratique ses talents d’espion le soir même. Certains esclaves chanceux vivaient un concubinage et avaient droit à une chambre pour eux et leur "femme" à disposition, où ils rentraient dormir tous les soirs où ça leur était permis. C'était le cas de ce fameux esclave. Niger suivit l’esclave jusqu’à sa case où l’attendait sa concubine, qui elle travaillait dans les cuisines de l’auberge. Ça avait presque été trop facile, l’esclave avait presque directement tous déballé à sa femme, et Niger n’avait eu qu’à poser son oreille contre la porte pour entendre lui aussi le plan : il irait, dans les jours qui venaient, auprès d’un patricien qu’il connaissait plus ou moins pour l’avoir servi quelques fois, et qui surtout le croirait ; il lui raconterait ce qui se tramait dans l’auberge de Kaeso Ausonius Faustus, et celui-ci tomberait très rapidement de son piédestal. Mais c’était sans compter sur l’influence de Niger sur la situation. Il était tard dans la nuit, mais le garçon n’en n’avait cure. Il pénétra dans les appartements de son maître qui lui étaient fortement interdits, et il toqua à la porte de la chambre, pris d’un doute soudain (qu’était-il en train de faire, aller réveiller son maître pour des histoires d’esclaves, il devenait fou par Isis !). Il eut une seconde envie de s’enfuir, mais c’était déjà trop tard, son maître ouvrit la porte. Précipitamment, le regardant dans les yeux, Niger raconta ce qu’il avait vu et entendu, et son maître réagit au quart de tour.

Niger est affranchi quelques jours après cet événement, pour service exceptionnel rendu à son maître. Il lui a prouvé son extrême loyauté, et en a été remercié par le plus haut des prix. Il était libre, maintenant, plus ou moins.



⊹ Age Adulte
La liberté

Niger a vingt et un ans, désormais. Passons par le passage obligé, une petite description physique, voulez-vous ? Il n’est pas très grand, dans les mesures modernes il fait un mètre soixante-quinze, mais il est fin et musclé. Ses cheveux sont toujours d’un noir de jais mais ses yeux se sont éclaircis avec le temps, il les a désormais bruns. Sa peau est hâlée, et l’été quand il fait chaud et que le soleil brille de toutes ses forces, ses origines africaines ressortent plus que jamais. Il porte sa barbe courte. En somme, il plaît beaucoup aux femmes, et les femmes lui plaisent beaucoup, d’ailleurs.
Il travaille toujours sous les ordres de Kaeso, et a d’ailleurs pris son nom ; il s’appelle maintenant Ausonius Niger. Il remplit ses journées comme ça l’enchante tant qu’il obéit aux ordres de celui qu’il considère toujours comme son maître. Il a néanmoins relégué au rang de second : Manius, le fils légitime, le vrai, a récupéré sa place de premier, et si Niger aimerait bien l’évincer, il se dit aussi que cet éloignement pourrait lui être bénéfique : ça le rend d’autant plus indépendant. Maintenant que Kaeso Ausonius Faustus a récupéré de son beau-père le lupanar, Niger vaque sans arrêt entre celui-ci et l’auberge. Il voit sa sœur le plus régulièrement possible, tentant toujours de la protéger au maximum. Néanmoins, sa prochaine mission est de retrouver ses véritables géniteurs. Pour quoi faire ? Il veut savoir, c’est tout.

fiche (c) Semper Eadem


Dernière édition par Ausonius Niger le Lun 28 Oct - 18:43, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Ven 18 Oct - 19:30

Bienvenue.
Bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 17/03/2013
₪ Ecrits : 8592
₪ Sesterces : 193
₪ Âge : 20 ans
₪ Fonction & Métier : patricienne, princesse des vipères, complotteuse professionnelle et fille à papa


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: who needs a heart when a heart can be broken ?
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Ven 18 Oct - 20:01

Bienvenue Please
Voilà donc enfin un des hommes de Kaeso Please En tout cas, bon courage pour ta fiche, et si tu as des questions, n'hésite surtout pas à t'adresser à un des membres du staff Wink

__________________________


signa by beylin
adoptez la lici-attitude Lunettes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 11/05/2013
₪ Ecrits : 2398
₪ Sesterces : 59
₪ Âge : 42 ans
₪ Fonction & Métier : Duumvir


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Verba volant, scripta manent.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Époux de la louve et amant de la vipère.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 9:32

Bienvenue officiellement ! Razz

__________________________


Césars:
 

Mes enfants me font tourner en bourrique...:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 11:00

Bienvenue à Pompéi et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 11:12

Merci tout le monde ♥️ J'essaye de pas trop tarder pour l'écrire Smile

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 03/06/2013
₪ Ecrits : 302
₪ Sesterces : 0
₪ Âge : 44 ans.
₪ Fonction & Métier : aubergiste et tenancier d'un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Canis Canem Edit
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: ma bourse ! Et peut-être ma femme, Fulcinia Ausonia Fausta.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 11:24

Il es à moi, à moa, mouhahahahahahahahahaha !

hem Pardon. C'est juste que j'attends mes hommes avec beaucoup d'impatience.

Du coup, bienvenue, et bonne chance pour ta fiche !

__________________________


« Welcome, Monsieur, sit yourself down and meet the best innkeeper in town. As for the rest, all of 'em crooks : rooking their guests and crooking the books. Everybody loves a landlord, everybody's bosom friend. Servant to the poor, butler to the great, comforter, philosopher, and lifelong mate ! Everybody bless the landlord ! »


   

   
Canis Canem Edit:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 12:08

Bienvenue à toi Nigger ! XD
Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 12:32

Bienvenue! Bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 12:34

Bienvenue ici !!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 12:48

On va dire ça comme ça, Kaeso Rolling Eyes

Merci tout le monde Coeur 

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 01/10/2013
₪ Ecrits : 1539
₪ Sesterces : 176
₪ Âge : 20
₪ Fonction & Métier : soldat/garde du corps de Licinia Domitia


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Your lesson well learned. Imperator
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Une certaine brune occupe ses pensées...
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 13:32

Bienvenue dans cette cité de fou magnifique qu'est Pompei!

__________________________

ω We shall defend our land whatever the cost ω




4ème cérémonie des Césars :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 22:53

Tu n'en manque pas une, Cnaeus. PTDR

Bienvenue et bonne chance avec Kaeso. Tente de ne pas l'imaginer en maillot une pièce vert... XD
Revenir en haut Aller en bas

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 19/06/2013
₪ Ecrits : 1081
₪ Sesterces : 163
₪ Âge : 41 ans
₪ Fonction & Métier : Legat / Edile de Pompéi


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: No matter how right a man may be, they always find the fallen one, guilty.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Octavia, toujours.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Sam 19 Oct - 22:59

Je peux te souhaiter officiellement la bienvenue parmi nous! cheers

Je réitère, ravie de savoir que non, ce n'est pas une kikoo qui se cache derrière cet avatar! PTDR PTDR PTDR J'espère que Pompeii t'offrira toutes les opportunités que tu désires, au plaisir de te découvrir! Coeur

__________________________


In sanguine honor
Les Licinii ne pardonnent pas, n'oublient rien... Des coups, ils peuvent en supporter mille et rendre soudain non pas oeil pour oeil mais apocalypse pour chiquenaude.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Dim 20 Oct - 10:10

Haha tu ne vas pas t'ennuyer avec Kaeso PTDR 

Bienvenue et bonne chance pour le reste de ta fiche Mouton 
Revenir en haut Aller en bas

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Dim 20 Oct - 11:20

Merci tout le monde ♥️ Pfuahaha, j'avais pas vu le jeu de mot de Cnaeus Rolling Eyes Pas mal, je te l'accorde What a Face
Circea, hahahah l'image d'horreur What a Face
Caius, ravie de faire face aux préjugés Very Happy J'espère maintenant être à la hauteur
Merci Philaé, et je ne pense pas non plus x)

J'essaye de terminer ma fiche dans la semaine Smile

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 09/09/2013
₪ Ecrits : 2309
₪ Sesterces : 134
₪ Âge : 15 ans
₪ Fonction & Métier : serveuse à l'auberge de famille


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Dim 20 Oct - 13:10

Bienvenue sur le forum !

__________________________

Never Surrender
Do you now what it's like when You're not who you wanna be Do you know what it's like to Be your own worst enemy Who sees the things in me I can't hide Do you know what it's like, To wanna surrender


Mes Césars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 26/05/2013
₪ Ecrits : 2156
₪ Sesterces : 59
₪ Âge : 41 ans
₪ Fonction & Métier : Reine des Vipères et femme d'affaires


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Chaque miette de vie doit servir à conquérir la dignité.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Veuve et amante de Publicola
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Mar 22 Oct - 19:15

Il se passe toujours plein de choses quand je pars pour quelques jours !

Bienvenue à toi, cher Niger !
J'ai hâte de te croiser à Pompéi ! Coeur 

__________________________

Si mon sexe me refuse les ambitions qui me dévorent, laisse ma haine et ma soif de pouvoir servir ton ascension. Que ma rage te hisse aux sommets qui me sont interdits et fais qu'en ta réussite je trouve ma consécration. Deviens homme de lumière, je reste femme de l'ombre. Mais brille pour nous deux car la vipère gronde... Son venin te servira tant que tu tiendras parole.  

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Mar 22 Oct - 21:43

Merci vous deux ♥
Héhé t'inquiète si peu (a)

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Mar 22 Oct - 21:47

Bienvenue! Finalement tu as choisi Kaeso^^
Bon courage pour ta fichette et j'espère que tu te plaira parmi nous^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Dim 27 Oct - 14:08

Et voilà, j'ai fini ma fiche, enfin

Alors je l'ai écrit au présent, chose que je ne fais jamais, donc désolée si ça sonne très bizarre :/

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 17/03/2013
₪ Ecrits : 8592
₪ Sesterces : 193
₪ Âge : 20 ans
₪ Fonction & Métier : patricienne, princesse des vipères, complotteuse professionnelle et fille à papa


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: who needs a heart when a heart can be broken ?
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Lun 28 Oct - 15:46

Désolée du retard Boite
Alors que dire ? J'adore ton personnage et ta façon de nous le présenter, et j'ai hâte de le voir évoluer au sein de Pompéi, puisque je sens qu'il va nous réserver quelques belles surprises hmmm

Par contre, fais attention à un petit détail :
Citation :
Tous les esclaves mariés avaient une chambre pour eux et leur épouse à disposition,
Les esclaves n'ont pas le droit de se marier (le mariage étant un "privilège" reservé aux romains libres). Si deux esclaves veulent vivre en couple, il leur faut l'autorisation de leur maître, et leur union est alors appelée contubernium. Elle peut être rompue à tout moment par le dominus.

Sinon c'est parfait à mon avis, du coup je te prévalide. Tu peux donc aller recenser ton avatar, et commencer à te créer des liens en attendant qu'une de mes collègues passe par ici pour te valider définitivement Please

__________________________


signa by beylin
adoptez la lici-attitude Lunettes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Lun 28 Oct - 18:38

Oula, retard, quand même pas, tu as même fait plutôt vite ♥️ Merci des compliments en tous cas. Je m'en doutais, pour le mariage à vrai dire. Je vais corriger ça de ce pas Smile

Et je vais de suite me recenser dans les bottins Very Happy

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 21/08/2012
₪ Ecrits : 4266
₪ Sesterces : 224
₪ Âge : 27 ans
₪ Fonction & Métier : Gladiateur pour la maison Lucretius


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: I commit my flesh, my mind, my will to the glory of this ludus and the commands of my master, Lucretius. I swear to be burned, chained, beaten or die by the sword for honour in the arena.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Il se comporte étrangement à chaque fois qu'il apperçoit ses deux yeux vairons...
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Mar 29 Oct - 9:55

Quand on en avait discuté, le personnage semblait déjà prometteur mais après lecture, ce sentiment se confirme! Please
Je suis certaine que les possibilités de jeu vont être sensas pour toi, je ne vais donc pas retarder davantage ton entrée dans le grand bain: tu es validé! Razz

Have fun! cheers

__________________________



Priam dit bonjour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3175
₪ Sesterces : 367
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve. Mar 29 Oct - 15:30

Ohhh, merci beaucoup ♥

__________________________

Brother & Sister
Lucia et Niger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve.

Revenir en haut Aller en bas
 

Niger - On ne quitte jamais la tanière d'une Louve.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Notre pire ennemi ne nous quitte jamais, car c'est nous mêmes (With Rebecca)
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Population recensée-