Flashback || L'effet papillon [Adonia]



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Ludi :: Archives RPs
Partagez
Arene
Lun 5 Aoû - 22:41
Flashback || L'effet papillon [Adonia]   




Ulysse
₪ Arrivée à Pompéi : 02/05/2013
₪ Ecrits : 787
₪ Sesterces : 1
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Rétiaire chez Lucretius

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: La dignité une fois perdue ne se récupère jamais.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Tout va bien, merci.
Voir le profil de l'utilisateur
Flashback || L'effet papillon [Adonia] Empty


    723 AUC, Capoue.

    Ce matin, j’étais rentré des plus victorieux alors que l’Aube pointait à peine dans les rues de la cité. Toute la nuit, je l’avais passé à parier mes sesterces et jouer avec les femmes. Mon corps était endolori de cette endurance jamais égalée. L’âme légère et le cœur en fête, les bourses bien remplies (au sens que vous vous voulez) j’entrai dans la villa familiale. Trop prétentieux  pour croire que mon père m’aurait veillé toute la nuit, je ne me doutais pas de la scène dont j’allais avoir droit.

    « Tu pues la femme de basse condition Caeso, c’est insoutenable.
    - Au contraire c’est une odeur inégalée, père. »

    La claque ne fut pas longue à se faire sentir, ni le retour. Honteux j’étais, jamais on n’avait porté la main sur moi. J’étais sur de garder une trace rouge jusqu’au lendemain … Je le toisais avec une fierté féroce, nous étions des étrangers. Je pouvais lire toute la douleur que mon père éprouvait en me regardant ; la honte qu’il ressentait face à ce fils indigne des Marmecus. Je n’étais pas digne de notre famille pensait-il, il avait peut-être raison … Seule ma mère semblait encore avoir foi en moi, une foi inébranlable et aveugle.

    Le soupir de mon père sous-entendait tout son mépris, et pourtant … Pourtant, il était incapable de ne pas éprouver une certaine affection à mon égard. Une affection que je ferais tout pour perdre, jusqu’au dernier moment… Il me regarda silencieusement pendant encore quelques instants, mes joues me brûlaient, mais plus encore me brûlait la rage de ma fierté ébranlée.

    « Ce matin, tu auras au marché aux esclaves. Tu trouveras une femme pour ta mère, elle a grand besoin d’aide quand son fils ne peut ni aider son père ni sa mère. J’ai dit. »


    * * *

    La brûlure de la main paternelle se faisait toujours sentir quand j’arrivais, quelques heures plus tard au marché aux esclaves. Une femme … J’avais bien envie de l’une d’entre une pour passer ma mauvaise humeur. Je respirais fort, grognant presque. La vérité était que cette relation avec mon père me mettait dans un état mélancolique, bien plus que je ne voulais l’avouer. J’aurais tant aimé qu’il m’admire autant que je l’admirais enfant … Mais il ne semblait y avoir rien qui retienne son attention chez moi … Rien.

    J’arpentais les commerçants avec un regard professionnel. Les esclaves je les connaissais très bien. Fin amateur, flairant la bête avec un instinct de rapace. Il n’y avait rien … Rien qui puisse retenir mon attention … Toutes les femmes étaient laides à faire peur, les seins pendants et amaigries de leur voyage. De la charpie voilà tout ce qu’il y avait à vendre ce jour là … De la mauvaise charogne.

    Perdant espoir de trouver la perle rare aujourd’hui, je décidais de pousser jusqu’aux marchands les moins connus, qui peut-être avait mieux à proposer en ce jour. Je regardais à nouveau la marchandise avec un dédain non feint. Seule une femme, en retrait attira mon attention … Passable, mais le corps bien fait et le visage sans grande maigreur apparente. Une Gauloise sans aucun doute, ces femmes étaient robustes.

    J’avançais vers le marchand, la bourse remplie dans ma poche.

    « Ave à toi marchand, montre-moi de plus près la femme qui se tient en retrait des autres.
    - Ah celle là … De la vermine, personne ne sait plus quoi en faire, elle est indmptable tu devrais prendre …
    - Assez, déjà je voyais ses petits seins, si fermes … Le fait de la savoir indomptable m'enchantait presque ...Je souhaite voir celle-là un point c’est tout !. »


Spoiler:
 


Ne parie jamais contre moi,
à moins d'envier mon sort.


Flashback || L'effet papillon [Adonia] 448392teamtitus
Flashback || L'effet papillon [Adonia] 191735teamdieuxarene


Récompenses aux Césars:
 
Mar 6 Aoû - 0:25
Re: Flashback || L'effet papillon [Adonia]   




avatar
Invité
Flashback || L'effet papillon [Adonia] Empty





















 ❝ L'effet Papillon




Jamais n'avais-je eut aussi honte de toute ma vie. Le regard du vendeur d'esclave lorsqu'il se pencha vers moi était sans failles. Je savais déjà qu'avant la nuit, je me retrouverais dans sa carriole comme marchandise de premier luxe. Il m'eut agrippé et, aussitôt, le dédain couvrit mon visage d'une grimace. J'eu le choix de lui régurgiter ce qu'il me restait dans l'estomac tellement cet homme me répugnait, ou alors de lui cracher au visage. Mon choix fût plus que simple. Je choisis celui qui lui ferait savoir ma haine à son égard. Mon crachat atterrit ainsi sur son œil, souillant ainsi sa vision et l'enflammant de rage alors qu'il posa son poing sur ma mâchoire pour me calmer. Je vint grogner de douleur en m'effondrant au sol, goûtant mon propre sang s'écoulant sur ma longue par ma lèvre inférieur désormais fendue.
Notre grand voyage eut commencé et, pourtant, il ne sût me vendre à aucun romain qui en fut satisfait. Tous demandaient un remboursement ne serais-ce que quelques heures plus tard, soi disant que la « brunette » qu'ils avaient acheté était indomptable. Il fallait dire que je n'étais pas du genre à me laisser facilement mener par le bout du nez. J'eut même arraché l'oreille de celui qui eut tenté de prendre ma virginité grâce à l'aide de mes dents. J'étais salement amochée, mais peu importait. Je ne laisserais pas ce marchand se débarrasser de moi aussi facilement. Après tout, j'étais Sparte. Mais bon, les romains étaient du genre à nous pisser dessus sans avoir la décence d'appeler cela de la pluie. De vrais salops.

Nous étions désormais à Capoue. Une ville qui, malgré ce que l'on pourrait penser, m'eut toujours fascinée de par le nombre de romains qui l'habitait... Je ne cessais de me demander quelle quantité de sang cela ferait s'il y avait une révolte d'esclave. Juste cette pensée me faisait sourire et rendait mes journée plus... joviales. Ça et le fait que le marchand n'osait même plus m'approcher pour m'arracher ma robe d'esclave de sur le dos, préférant m'exiger de le faire de loin, armé d'un sabre. Cela m'arrachait un rictus chaque fois, sachant qu'il semblait légèrement me craindre depuis que je lui eut cassé le nez d'un coup de tête bien placé. Mais bon, j'obéissais malgré moi à chaque fois. Je détachais donc la légère toile de mon dos, la laissant glisser le long de mon corps basané par le soleil. Quelle honte. Je pouvais presque sentir le sang empourprer mes joues mais je tentais d'avoir l'air dure. Je ne devais pas démontrer un seul petit côté obéissant et soumis au risque d'intéresser les acheteurs.

Je me reculais donc, tentant de me faire petite et mettant donc les autres filles en avant. C'étais un acte égoïste et presque sans scrupules mais je n'en avais désormais que faire de leurs vies misérables. Elles n'étaient pas des battantes. Elles étaient des petites merdes dont les dieux n'avaient même pas pris la peine de planifier un quelconque avenir dût à leur si petite importance. Elles n'avaient même pas tentée de fuir une seule fois et étaient effrayées par ce vieil homme qui nous servaient de vendeur. Pathétique.

Un homme approcha et aussitôt, je les vis, lui et le vendeur venir à ma rencontre. Ce dernier m'agrippa par le bras avec violence, me forçant à approcher. De ma main libre, je lui asséna un crochet gauche, le faisant s'effondrer au sol avant de lui cracher au visage.


« Ánte gamí̱sou , vró̱miko chália parásita! » { Va te faire mettre, sale vermine merdique }

Mais l'homme se redressa et m'obligeant à m'agenouiller au sol en posant une lame sous ma gorge, simplement dans le but de tenter de me calmer. Chose que je fis, bien que ma respiration se faisait rapide et mon regard haineux.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Arene
Mar 6 Aoû - 10:32
Re: Flashback || L'effet papillon [Adonia]   




Ulysse
₪ Arrivée à Pompéi : 02/05/2013
₪ Ecrits : 787
₪ Sesterces : 1
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Rétiaire chez Lucretius

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: La dignité une fois perdue ne se récupère jamais.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Tout va bien, merci.
Voir le profil de l'utilisateur
Flashback || L'effet papillon [Adonia] Empty



    « Elle ne parle même pas un mot de latin ? »

    Je hausse un sourcil déçu. Que va faire mère d’une esclave plus que commune, non, je pensais que cette friponne serait pleine de surprise. A quoi je m’attends moi ? Ce ne sont que des esclaves, de vulgaires esclaves.

    La façon d’agir, violente du marchand ne m’enchante guère non plus, à vrai dire je n’aime que la violence des combats dans l’arène. Je hausse les épaules, il n’y a rien d’autre de bien intéressant aujourd’hui, et il n’y en aura sûrement pas avant des semaines… Je toise la femme. Elle ne doit pas valoir bien cher sinon elle serait déjà partie.

    « Alors mangon, pourquoi devrais-je prendre ton esclave, elle me semble bien insolente ! Cela m’étonne que tu ne lui aies pas mis de bonnet sur la tête ! Je marque une pause, je serai étonné qu’elle ait des qualités celle-là. Et ne me raconte pas de bêtises, une esclave à qui l’on doit mettre couteau sous la gorge n’est jamais bonne esclave. »

    Je soupire, je n’aime pas marchander les esclaves, mon père m’a infligé une belle leçon en m’obligeant à aller en acheter un moi-même…

    Le crochet qu’elle infligea à l’homme eut le don de me faire rire de mon cœur. Allons bon, il ne faudrait pas qu’elle me résiste comme ça à moi si j’en faisais l’acquisition… Je montre mes dents, je connaissais ce genre d’esclave qui pensait qu’un jour ils pourraient rentrer dans leur pays natal. C’était ceux qui pensaient qu’il fallait toujours être battant, mais quand on était esclave on était servile rien de plus. Et si elle ne voulait pas comprendre, je lui ferais comprendre dès le prochain coin de rue.

    Je n’étais pas un homme cruel, mais l’ordre devait être l’ordre et les choses respectées. Sauf par moi, la majorité du temps. J’avais des concepts et des principes d’un riche plébéien et la vie devait suivre simplement ces principes, sans encombre.

    Agenouillée, je ne voyais rien d’elle, pas de vue d’ensemble. J’intimais fermement à l’homme de la remettre debout et de lui dégrafer sa robe pour que je puisse l’examiner.

    « Déshabille-la, et relève-la, elle ne doit pas être difficile à mater si on sait comment s’y prendre. »

    Je lui lançais un regard lourd de sous-entendu, même si elle ne comprenait pas un mot de ma langue, elle devrait comprendre très vite que chez les Marmecus un esclave était bien traité si il était irréprochable, à cette condition seule. Je doutais que ma mère voulue prendre avec elle dans le monde une femme qui n’était pas capable de se tenir dignement.

    « Sait-elle au moins pétrir les gâteaux ? Préparer des mets ? Car j’imagine qu’elle ne connaît aucun art ? »

    Je plonge un regard inquisiteur dans ses yeux, mon seul désir aujourd’hui et d’accomplir à bien ma tâche et de trouver bonne esclave pour ma mère, sinon je ne réponds pas de la rage de mon père ce soir. Je regarde à droite et à gauche espérant de trouver marchandise qui fera plus l’affaire, en vain … Je lève les yeux au Ciel, avant de me pencher, imposant devant la femme.

    « A l’avenir, si tu deviens ma propriété tes coups vulgaires de femme bestiale tu te les garderas pour toi, ou tu en paieras le prix cher et crois-moi je ne pense pas que tu aimes ça. »


Ne parie jamais contre moi,
à moins d'envier mon sort.


Flashback || L'effet papillon [Adonia] 448392teamtitus
Flashback || L'effet papillon [Adonia] 191735teamdieuxarene


Récompenses aux Césars:
 
Re: Flashback || L'effet papillon [Adonia]   




Contenu sponsorisé
Flashback || L'effet papillon [Adonia] Empty

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flashback || L'effet papillon [Adonia]
» Effet Papillon
» EVENT : L'effet Papillon
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» - Papillon du Soleil - Guerrière du Clan du Vent

Sauter vers: