DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Ludi :: Archives RPs
Partagez
Venus
Ven 14 Juin - 21:59
DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium   




Venus Pompeiana
₪ Arrivée à Pompéi : 20/08/2012
₪ Ecrits : 1243
₪ Sesterces : 480
Voir le profil de l'utilisateur http://pompei-rpg.forumactif.com
DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium Empty



Dies Irae

Lucius Caius Maisto & Suspirium


L
'architecture. Une façon de concevoir un nouveau monde, un monde meilleur. Un rêve sculpté dans du marbre, sur lequel même le temps n'aura pas d'emprise. Cela vaut tout ! Cela vaut bien la peine de travailler jusqu'au crépuscule, de faire travailler ses ouvriers et de rester au milieu d'eux, à superviser la pose de chaque pierre, pour que tout soit parfait, exactement comme on l'avait imaginé. 

M
ais quand la terre se réveille, elle sait se montrer plus forte que le temps, que la guerre. Et Lucius Caius Maisto n'a plus qu'à regarder son dernier projet tomber en poussières, son rêve se diviser en gravas. Ce serait mal connaître l’architecte, pour qui cet art est plus précieux que sa vie même, et qui déjà se précipite dans l'édifice malgré les risques que ce dernier s'écroule. Il a peut-être une chance de sauver une carte, quelques instruments ou matériaux, des ouvriers qui pourraient se retrouver bloqués dans son chef d'oeuvre détruit...

I
l n'a pas fait trois pas à l'intérieur qu'un bras le saisi. Suspirium, du ludus Lucretius, a certainement été emmené ici par la volonté des dieux. Toujours est-il qu'il ne peut ne résoudre à laisser un innocent périr dans cette bâtisse qui cédera certainement sous son propre poids dans les minutes, ou même les secondes à venir. 

P
ourtant, le combat que gladiateur s'apprête à mener contre la passion de l'architecte, pour tenter de le raisonner et le faire sortir de ce lieu de danger, est peut-être plus ardu encore que tous ceux qu'il a pu mener dans l’Arène...

code by biscotte
Sam 13 Juil - 9:26
Re: DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium   




avatar
Invité
DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium Empty

Le sol se mit à bouger.

Ca devait être une magnifique villa, pourtant, avec ce marbre, ces fresques murales qui s’étendraient à des kilomètres, et puis ces formes droites des colonnes du jardin ! C’était comme ça que ça avait commencé : avec les colonnes. Lorsque Lucius avait accepté ce projet, il avait tout de suite vu cette multitude de colonnes se dresser dans sa tête, les unes derrière les autres, bien sages et bien nettes. Alors, il avait décidé que ce serait le péristyle. Le péristyle, il ferait rentrer de la lumière en permanence ! Tout serait éclairé, tout serait vif, tout serait éclatant !

Mais le sol se mit à bouger.

Encore auréolé de la gloire de son rêve, tout baigné dans cette torpeur furtive qui l’avait pris lorsqu’il songeait encore à ce mur, à ce toit, à cet atrium, il ne sentit rien. Ses yeux – les avait-il clos, ses yeux, ou bien avaient-ils vu toutes ces choses en restant grands ouverts ? – dessinaient les contours de grands remparts, bien hauts et bien bâtis, puis de ces marches, de ces escaliers dont il rêvait en permanence.

Seulement, le sol s’était mis à bouger.
Et soudain des cris écorchèrent le silence.
Et il n’y eu plus rien.

*

Minerve, Minerve existait-elle ?
Et ce Jupiter auquel on sacrifiait des bœufs, vivait-il réellement au-dessus d’eux ?

C’est drôle : Lucius avait toujours pensé que le rêve et le marbre, c’était deux entités bien distinctes.
En gravant le rêve dans du marbre, il avait cru faire perdurer éternellement une pensée en l’alliant à une entité durable.
Mais désormais que le concret s’évanouissait, il avait l’impression que l’abstrait également était piétiné.

Pouvait-il en rester là ?
Devait-il seulement laisser les choses telles qu’elles étaient ?
Courir ?
Fuir, comme les ouvriers qui avaient pris leurs jambes à leur cou, et qui étaient déjà loin ?
Oublier ?
Dresser, plus tard, une autre construction semblable, avec les mêmes colonnes ou les mêmes lumières ?

Non. Sauver ce qui pouvait encore sauver. S’abreuver de la vision onirique tant qu’il était encore temps.
Et rester.
Rester avec les plaques de marbre qui s’écrouleraient bientôt, rester avec les gravats de l’escalier propulsés devant lui, rester avec les miettes de son orgueil et de son rêve mêlés, parce que ce n’était juste pas possible autrement.

*

Un bras le tirait en arrière.
C’était un homme.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium
» Le râle de Pluton | DIES IRAE ₪ Licinia Domitia & Themis
» Dies Irae
» Caius Juliunus
» Dies Natalis (Yuûki)

Sauter vers: