ANNEXE ₪ La vie religieuse à Pompéi



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Aux portes de la Cité :: pour aller plus loin
Partagez | 
Venus
Mer 27 Fév - 18:18
ANNEXE ₪ La vie religieuse à Pompéi   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 20/08/2012
₪ Ecrits : 1212
₪ Sesterces : 433
Voir le profil de l'utilisateur http://pompei-rpg.forumactif.com



Les dieux vénérés à Pompéi


Avant propos
La liste proposée ci-dessous est loin d'être exhaustive quant aux pratiques cultuelles des Pompéiens, son but est de présenter les cultes principaux et notamment ceux qui possèdent leur propre temple à Pompéi.

Malgré de longues et fastidieuses recherches dans un souci de véracité historique, votre humbles admin a eu énormément de mal à cerner les caractéristiques des cultes pompéiens par rapport à ceux pratiqués à Rome même, exception faite d'Isis.
C'est pourquoi les prêtrises présentées ci-dessous (sauf donc celles d'Isis) ne doivent pas être vues comme des informations historiques mais comme des choix scénaristiques mêlant imagination (pour un très grande part) et reconstitution à partir de bribes d'informations. Merci de votre compréhension!

Venus Pompeiana
Déesse de l'amour et de la beauté, elle est une des divinités les plus célèbres du monde romain mais elle revêt une importance particulière à Pompéi. En effet, à sa fondation, la colonie fut dédiée à Vénus qui depuis veille sur la cité et ses habitants. Le vendredi, jour de la semaine, lui était consacré (Veneris dies). Ses attributs sont la coquille, le miroir et la rose et son animal est la colombe ou le cygne.

Les fêtes de Vénus commençaient le premier jour du mois d'Avril, qui pour cela se nommait "mensis Veneris". Les jeunes filles, couronnées de guirlandes de fleurs, faisaient des veillées pendant trois nuits consécutives puis elles se partageaient en plusieurs groupes qui se répandaient à travers la ville et dans les alentours puis se rassemblaient sous des cabanes ombragées de myrte et y former des choeurs.


Temple de Vénus à Pompéi

Le temple de Vénus à Pompéi se trouve au sud de la cité, sur une falaise qui surplombe la mer. C'est le plus grand temple de la cité.

Prêtrises:
Il est difficile de savoir exactement le pratiques et les sacerdoces des religions publiques à Pompéi. Par convention donc, pour les besoins du forum, nous lui attribuons une grande prêtresse publique dont le rôle est de conduire les cérémonies et de présider aux offrandes et libations en l'honneur de la déesse. Cette charge est très prestigieuse et requiert un statut social élevé, de même qu'une grande probité. Elle est élue par les duumviri tous les cinq ans. L'âge minimum fixé pour exercer cette charge est de 30 ans.

Un collège mixte de prêtres et de prêtresses est chargé d'assister la grande prêtresse lors des célébrations publiques et de pratiquer le culte quotidien. Ils officient de différentes manières: apparitores (appariteurs), calatores (hérauts), camilli, cultrarii, lictores, popae, tibicines (joueur de flûte), viatores, etc. De jeunes gens de bonne naissance sont sélectionnés par les augures, la seule contrainte est d'être marié(e), de belle apparence et d'être âgé(e) entre 20 et 30 ans. Ce collège est renouvelé tous les ans au moment des fêtes de Vénus. On peut exercer plusieurs fois cette charge mais pas deux années de suite.

La Triade capitoline (Jupiter, Junon, Minerve)
Elle célèbre Jupiter, dieu de la foudre, du tonnerre, du ciel et de la lumière, et défenseur de la justice, Junon, reine des dieux et du ciel, et protectrice des femmes, et Minerve, déesse de la sagesse, des arts et des techniques de la guerre, et protectrice de Rome.
Ce culte est le symbole de l'Etat romain, de sa toute-puissance. Il est essentiellement pratiqué par les Romains de naissance, notamment les magistrats et les militaires. ainsi après chaque victoire ou chaque élection, lors de toutes les grandes fêtes civiques, il est de coutume de faire des sacrifices en l'honneur de la Triade et de Jupiter notamment.

Prêtrise:
Il existe à Pompéi un flamine (prêtre) de Jupiter dédié au culte de la Triade. Il est secondé dans ce rôle par son épouse qui porte alors le titre de "flaminica". C'est pourquoi cette charge ne peut être occupée que par un homme marié, s'il est veuf ou s'il divorce, il doit abandonner son sacerdoce.
Cet honneur n'est réservé qu'à un membre de l'élite pompéienne, âgé d'au moins 40 ans. Il ne peut être cumulé avec un autre sacerdoce et s'exerce à vie, sauf en cas de démission volontaire ou forcée, de veuvage ou de divorce comme dit précédemment.
Des assistants sont chargés d'assister le flamine lors des célébrations publiques et de pratiquer le culte quotidien. Ils officient de différentes manières: apparitores (appariteurs), calatores (hérauts), camilli, cultrarii, lictores, popae, tibicines (joueur de flûte), viatores, etc.

Cérès
Cérès apprit aux hommes l'art de cultiver la terre, de semer, de récolter le blé, et d'en faire du pain, ce qui l'a fait regarder comme la déesse de l'agriculture, de la fertilité et des moissons.
Cérès a une fille unique, avec Jupiter, roi des dieux. Son nom est Proserpine, assimilée à la Perséphone des Grecs. Mais sa fille, alors qu'elle cueillait des fleurs avec ses amies, fut enlevée par le dieu du monde souterrain, Pluton. Cérès ne s'en remit pas et arrêta de se préoccuper de l'agriculture. Elle partit s'enquérir du jugement divin de Jupiter, qui ordonna à Proserpine de rester l'hiver aux Enfers, et de passer le reste de l'année avec sa mère.

Cérès est fêtée lors des Cerealia, ou ludi Cereales, tous les ans du 12 au 19 avril. Alors on célébrait le retour de Proserpine sur la terre, par des processions dans les champs. C'était donc une fête essentiellement joyeuse, et tout le monde, en ces jours, s'habillait en blanc. On n'offrait point dans cette fête de sacrifice sanglant, à l'exception toutefois d'une truie, qu'on immolait à Cérès mais ordinairement on se contentait de gâteaux de miel, avec du lait, de l'encens et des flambeaux allumés.
Après les sacrifices venaient les jeux, qui duraient plusieurs jours. Il était d'usage en cette occasion que les plébéiens invitassent les patriciens. Le dernier jour de la fête, le 19 avril, était le plus brillant. À la campagne, on le célébrait par une procession autour des champs. Dans la ville, cette procession allait au cirque. Le peuple s'y pressait en foule, en se jetant à pleines mains des noix et des bonbons. Puis venaient des courses de chevaux et une chasse donnée à des renards qui portaient attachées à la queue des torches allumées.

Une deuxième fête appartenant aux sacra publica en l'honneur de Cérès, et nommée sacrum anniversarium Cereris, les femmes seules y figuraient et s'y préparaient par une abstinence de neuf jours. Habillées de blanc et parées d'une couronne d'épis, elles allaient offrir à la déesse les prémices des champs.

Prêtrise:
Si le prêtre principal de Cérès à Rome est un homme, à Pompéi, son culte est assuré uniquement par des femmes. Issues de la plèbe, celles-ci doivent être mariées et mères et être âgées d'au moins 30 ans.
La grande prêtresse de Cérès (sacerdos Cerialis) exerce sa charge pendant 1 année et est assistée par un collège de femmes nommé à vie. C'est ce même collège qui est chargé chaque année d'élire dans ses rangs la nouvelle prêtresse de Cérès.
C'est une religion très populaire et très participative, lors des fêtes toutes les femmes pompéiennes y participaient.

Vesta

Dans leur temple, un foyer était entretenu en permanence. Les Vestales jouissaient d’une fonction prestigieuse : elles vivaient aux frais de l’État, en communauté, et portaient toujours des vêtements somptueux, etc. Elles bénéficient de grands privilèges, par exemple de places d'honneur aux jeux du cirque, et d'une importante respectabilité, voire sacralité. Toujours précédées d’un licteur et portées dans des litières spéciales, elles recevaient les hommages de toute la population. Les magistrats les plus élevés leur cédaient le pas et faisaient baisser devant elles les faisceaux de leurs licteurs : si sur leur chemin elles rencontraient un condamné à mort, il était gracié par ce seul fait.

Prêtrise:
Le sacerdoce de Vesta est réservé exclusivement aux femmes et dure trente années. Les dix premières années étaient consacrées à apprendre ce service, les dix suivantes à l’exercer, et les dix dernières à l’enseigner aux nouvelles venues. Pour entrer dans le collège des Vestales il fallait être exempte de tout défaut de conformation, appartenir à une famille libre et avoir ses parents vivants au moment où l’on entrait. Les novices étaient choisies par le grand pontife parmi les jeunes filles qui lui étaient présentées comme ayant toutes les qualités requises. Si une Vestale avait laissé éteindre le feu sacré près duquel elle était chargée de veiller, elle était sévèrement punie, car on voyait là un présage funeste pour la république, et ce n’est qu’après des cérémonies expiatoires qu’on le rallumait : encore n’était-ce pas en s’aidant de feu ordinaire, ce qui n’aurait pas été considéré comme assez pur, mais avec des rayons solaires concentrés sur certaines feuilles desséchées. La chasteté des Vestales, emblème de la chasteté de la déesse, devait être rigoureusement observée sous peine de mort. Quand le crime était démontré et la Vestale condamnée, on la plaçait toute vivante dans un cercueil et on conviait, à ses funérailles tous ses parents et amis : arrivé près de la fosse mortuaire, on l’y faisait descendre, après l’avoir recouverte d’un long voile et on bouchait la fosse avec de la terre
Après ces trente ans de prêtrise, elles pouvaient se marier. Des châtiments terribles avaient lieu en cas de rupture avec les exigences de la fonction (rupture de la virginité, extinction du foyer) : peine de mort (elles étaient emmurées vives, mais cela n’a pas toujours été respecté).
A Pompéi, elles sont au nombre de 6, présidées par une grande prêtresse issue du temple de Vesta de Rome en fin de sacerdoce, donc âgée d'environ 40 ans.

Important ! Il n'y a aucun temple, ni culte de Vesta qui soit officiellement attesté à Pompéi. De même, il est probable que le seul collège de Vestales existant ait été celui de Rome. Cet ajout est donc un choix scénaristique des admins.

Isis
Isis est une déesse égyptienne. Reine des dieux, elle est l’épouse d’Osiris et le ramène à la vie lorsqu’il est tué par son frère Seth. Isis est donc une déesse très puissante.

Le culte des dieux égyptiens et orientaux est de plus en plus à la mode dans l'empire romain. C'est pour cette raison qu'on trouve un temple dédiée à la déesse Isis. L'entrée est située dans la rue du temple d'Isis. Le temple jouxte le théâtre et d'ailleurs un de ses murs a pris la forme arrondie du théâtre. On y célébrait le culte d'Isis. C'était un temple qui se voulait être discret ; plusieurs entrées sont d'ailleurs dissimulées ou cachées, par exemple une entrée se trouvait dans les murs du théâtre. Le temple avait des rites journaliers comme celui des lustrations : un étroit escalier souterrain menait à l'eau lustrale, c'était une eau sacrée du Nil.

Plusieurs fêtes sont consacrées à la déesse Isis.
Les Navigium Isisdis est le nom de la fête d’Isis qui a lieu le 5 mars. Elle est intégrée au calendrier officiel romain. Elle porte sur le caractère marin de la déesse. La cérémonie met à l’honneur un bateau. L’équipage est constitué de fidèles d’Isis : ce sont les narvaques. Un cortège de personnages masqués précède l'arrivée du bateau sur le rivage.
Le Sacrum Phariae a lieu le 25 avril.
Les Isia sont les fêtes dédiées à Isis qui ont lieu du 28 octobre au 1er novembre.

Les adeptes d’Isis sont souvent des affranchis ou des étrangers. Elle était également très populaire auprès des prostituées, il n'est d'ailleurs pas rare qu'elles exercent près du temple la nuit.

Prêtrises :
Le culte d’Isis est exercé par des prêtres, qui portent le plus souvent des attributs égyptiens. En effet, les documents iconographiques présentent les prêtres isiaques parés de plumes de faucon. Ces prêtres viennent d’Egypte.
Un collège de prêtresses composé essentiellement d'étrangères ou d'affranchies est chargé d'assister le grand prêtre lors des célébrations publiques et de pratiquer le culte quotidien. Elles officient de différentes manières: apparitores (appariteurs), calatores (hérauts), camilli, cultrarii, lictores, popae, tibicines (joueur de flûte), viatores, etc.

Dionysos & Mercure
Respectivement dieu du vin et dieu des marchands, deux divinités majeures donc pour les Pompéiens qui vivaient des fruits de la Terre et du commerce. Ils sont vénérés surtout dans le milieu plébéien des commerçants et des artisans.
Il n'est pas rare de trouver dans leurs boutiques de petits autels consacrés à ces divinités. Ce n'est donc pas un culte public à proprement parlé, il se rapproche du culte privé et est pratiqué par les membres de la famille.

La religion domestique
Pratiquée quotidiennement par toutes les familles romaines, patriciennes comme plébéiennes, c'est un culte central dans la vie des Pompéiens. Il consiste à entretenir la mémoire de ses ancêtres, à vénérer les divinités qui protègent le foyer et l'âme des morts.
Pour le comprendre davantage, nous vous redirigeons vers cet article: Le culte domestique
by Semper Eadem
images @tumblr
code by biscotte
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANNEXE ₪ La vie religieuse à Pompéi
» ANNEXE ₪ Les femmes à Pompéi
» Annexe: L'OCP (Archives)
» Annexe de l'Hôpital
» Musée Maillol : Pompéi ou l'art de vivre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Aux portes de la Cité :: pour aller plus loin-
Sauter vers: