POMPEII fait un break jusqu'à début novembre pour se refaire une santé >>> Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 We are Gladiators ! ₪ Gladiateurs Lucretii

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 25/03/2014
₪ Ecrits : 326
₪ Sesterces : 0
₪ Âge : 46
₪ Fonction & Métier : doctore


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death: ‘Not today’
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Il appartient à son ludus et à l'arène
Message(#) Sujet: We are Gladiators ! ₪ Gladiateurs Lucretii Mar 16 Juin - 11:56

We are gladiators !


Gladiateurs Lucretii




-----------------------------------------------


Le soleil frappait fort dans cette matinée mais il en fallait beaucoup plus pour arrêter les gladiateurs Lucretii. Ces colosses de l'arène qui s'affrontaient en cette journée prometteuse lors d'une séance d'entraînement dirigée, comme à l'habituelle, par Voroncius, le doctore du ludus. Le fouet, symbole de sa fonction, bien attaché à sa ceinture il observait ses titans suivre des consignes qu'il avait préalablement données. Aujourd'hui, il avait mît Priam, l'ancien champion de Pompéi, avec Ulysse un rétiaire qui ne cessait de s'améliorer et de surprendre le doctore. Priam avait perdu de son talent depuis sa défaite contre Remus lors du Primus et il remontait tout doucement de cette descente aux enfers qu'il avait subi, Voroncius lui-même avait engendré ce retour du champion en le prenant à part et en le poussant dans ses plus profonds retranchements lors d'un combat nocturne. L'opposer à Ulysse était une étape supplémentaire. Mais ce n'était pas Priam ou Ulysse que le doctore voulait voir à l'œuvre à cet instant, ni même le massif Carpophorus, l'agile Dextus ou encore les débutants qui n'ont toujours pas de noms de scène. Non, celui qu'il voulait observer était Suspirium, son fils, un gladiateur combattant dans le style caractéristique des Thraces. Suspirium était l'un des meilleurs combattants du ludus mais son père en demandait toujours plus de sa part, il ne voulait pas le voir "parmi" les meilleurs, il voulait le voir comme "le" meilleur. Suspirium qui à cet instant était opposé à Urbus qu'il venait de faire mordre la poussière sous le regard toujours aussi distant du doctore.

« Suspirium ! Concentre-toi sur ton jeu de jambes, tu ne bouges pas assez ! Il aurait pu trouver une faille au moins six fois dans ce duel. »

Voroncius porta ensuite son attention sur le combattant à terre en poussant un grognement de mécontentement, Urbus ne serait visiblement jamais du niveau des meilleurs combattants de ce ludus. Ce fut ce moment que choisi un jeune esclave, une brindille face aux colosses de l'arène, pour s’approcher rapidement du doctore.

« Qui a-t-il ? »
Demanda Voroncius d'une voix forte.
« Lucretia Illithyia requiert votre présence doctore. »

Dans un dernier regard, Voroncius balaya des yeux le terrain d'entraînement avant de s'écrier en direction des quelques gladiateurs qu'il trouvait un peu trop mou :

« Continuez ! Je veux que tout Pompéi entende le son de vos combats ! »

Puis il emboîta le pas à la demi-portion d'esclave qui allait le conduire jusqu'à Lucretia. La sœur du laniste s'était révélée être une excellente remplaçante et avait géré le ludus avec un certain talent, quelque peu insoupçonné chez une personne d’apparence si fragile, alors que son frère ne pouvait toujours pas en assumer la charge du fait de sa blessure. En suivant l’esclave, Voroncius sorti de l’enceinte du ludus pour se diriger vers la villa des Lucretii. Le duo laissa rapidement les bains pour les gladiateurs et les gardes sur leur droite avant de pénétrer à l’intérieur de la villa. Lucretia l’attendait dans le hall, donnant des ordres à deux esclaves qu’elle congédia dès qu’elle aperçut le doctore.
« Domina. [Voroncius la salua avec tout le respect qu’il lui devait.] Vous vouliez me voir ? »

« Oui, approche, j’ai à te parler. [Dit-elle tout en congédiant d’un signe de main l’esclave qui lui avait amené Voroncius.] Vois-tu… Ces derniers temps les résultats n’ont pas été à la hauteur de notre ludus. Les défaites… se sont accumulées et nos champions se sont ridiculisés. »

Tout cela était un constat indéniable, Voroncius en avait conscience. Le doctore avait vécu les derniers jeux comme un échec cuisant vis-à-vis de ces titans de l’arène qu’il avait formé, de ses titans. C’était toutes ses méthodes d’entrainement qui venaient d’en prendre un coup. A tel point qu’il a cru un moment être écarté de sa fonction de doctore par ses maitres mais finalement ses derniers avaient reconduits leur confiance envers l’ancienne légende de Pompéi. Pour l’heure Voroncius resta silencieux, écoutant attentivement le résonnement de sa domina pour voir où elle voulait en venir.
« Mais tout cela doit changer, tout cela va changer ! Et ça commencera très bientôt. Dans cinq jours se tiendra une fête aux Thermes de Stabies, organisée par les Oppii. Tout le gratin Pompéien y sera et, bien sûr, des gladiateurs ont été commandés. Voilà l’occasion parfaite de montrer que les Lucretii sont loin d’être aux oubliettes. »

Une exhibition, ni plus ni moins. Il s’agissait tout simplement d’exhiber les plus beaux spécimens de chaque ludus. Une tâche à laquelle Voroncius s’était soumis à de nombreuses reprises du temps où il était encore gladiateur. Une tâche qui n’enchanterait guère les gladiateurs lorsqu’ils l’apprendraient, devoir rester immobile pendant des heures tandis que des dizaines de spectateurs vous tripotent tout le corps n’est pas une perspective des plus aguichantes. Mais ces exhibitions étaient toujours importantes et encore plus en cette période trouble pour le ludus. Il était capital de garder les faveurs de leurs mécènes et de s’en attirer d’autres si la chance était avec eux.
« Je veux que tu me désignes quatre gladiateurs à amener à cette soirée. Les quatre meilleurs, les plus musclés, les plus féroces, les plus charismatiques, les plus séduisants. Quatre titans. »
Le doctore réfléchit quelques instants, l’avenir du ludus pouvait se jouer en cet instant et le choix ne reposait que sur ses épaules. Il devait choisir le plus objectivement possible, ce qui dans certains cas était toujours quelque peu difficile. Quatre seulement parmis la cinquantaine de gladiateurs que comptait ce ludus…
« Eh bien… j’attends, Voroncius. » Commença à s’impatienter Lucretia.
« Euh oui, je vous prie de m’excuser domina. Je nommerais tout d’abord… Ulysse. Il est notre meilleur rétiaire, un style de combattant qui séduit de plus en plus la foule. Ensuite… Carpophorus. Ce mirmillon est une montagne de muscle, il a la force d’un taureau. Pour le troisième nom je nommerais Suspirium, un très bon combattant très apprécié par le public. Et, bien sûr, Priam, le champion de notre ludus… »
Voroncius avait à peine fini son dernier mot qu’Illithyia reprit la parole.
« Non ! Ex-champion du ludus, ex-champion de Pompéi mais plus actuellement. Priam était le champion de la gloire mais lors des derniers jeux il est devenu le champion du passé. Il était le champion de mon frère mais mon frère est toujours blessé et c’est à moi que revient la charge de gérer ce ludus alors je veux un nouveau champion. Organises un tournoi entre les quatre gladiateurs que tu m’as cité, le vainqueur sera le nouveau champion de ce ludus. »
Un nouveau champion, cela sonnait comme un désaveu envers Priam mais ce changement prenait tout son sens dans la situation actuelle du ludus. Il fallait apporter un vent nouveau chez les Lucretii et quel meilleur symbole qu’un nouveau champion ? Voroncius s’inclina pour prendre congé de Lucretia.
« Ce sera fait selon vos ordres Domina. »
Le doctore se retira pour aller retrouver les gladiateurs et organiser ce tournoi qu’Illithyia lui avait ordonné. Mais avant qu’il ne franchisse la porte, la voix d’Illithyia sonna une nouvelle fois à ses oreilles.
« Voroncius ! Ne me déçois pas ! »  
Le doctore se contenta d’hocher la tête en signe d’obéissance et de compréhension mais dans sa tête il répondit ‘Plus jamais, Domina’.

Le chemin du retour vers le terrain d’entrainement, Voroncius le fit seul. Cette fois-ci, plus d’esclave pour le conduire, plus d’esclave pour l’empêcher de se concentrer sur la manière dont il pourrait bien annoncer ce petit tournois aux gladiateurs et déchaîner leur engouement.
Ce fut toujours en pleine réflexion que le doctore rejoignit les titans qu’il avait en charge. Il ne prêta que peu attention aux combats qui se déroulaient sous ses yeux. Il ne chercha pas à savoir qui de Priam ou d’Ulysse avait pris l’ascendant, si Suspirium combattait toujours un adversaire valide ou combien de fois Lupus avait mis son adversaire au tapis. Le soleil ne le dérangeait plus, la chaleur avait disparu tandis que, lentement, Voroncius zigzagua entre les différentes oppositions d’un entraînement qui allait bientôt s’arrêter jusqu’à ce qu’il atteigne le centre de la petite arène qu’utilisaient les gladiateurs pour s’entraîner. Portant sa main à sa ceinture, il agrippa fermement son fouet de doctore qu’il fit lourdement claquer au sol. Les bruits de combats cessèrent presque dans l’instant et Voroncius attendit le silence complet avant d’élever la voix.
«  Mes frères ! Il y a encore quelques mois c’était avec fierté que je pouvais déclarer devant tout  Pompéi que j’appartenais au ludus Lucretius et que je pouvais vous compter parmi mes frères ! Mais après les derniers jeux, la défaite et la honte se sont abattus sur ce ludus et sur nous. Mais une occasion s’offre à nous pour rappeler à tous qui nous sommes vraiment ! Nous sommes des gladiateurs ! L’apprentissage, l’entrainement, la douleur et le sang font partie de votre vie pour qu’un jour la gloire vous sourit. Pour qu’un jour votre nom devienne légende ! Mais une légende ne nait pas dans l’arène… elle naît au sein d’un ludus, de CE ludus, sous mes coup de fouet et sous les yeux de vos frères ! »
Il laissa ces derniers mots en suspend pour se laisser le temps de trouver Priam du regard, le doctore voulait observer comment allait réagir l’ex-champion lorsqu’il apprendrait que son titre est remis en jeu.
« Dans cinq jours se tiendra une réception à laquelle seront amenés quatre gladiateurs Lucretii. Domina compte sur eux pour faire honneur à ce ludus. Mais… les temps ont bien changé depuis les derniers jeux. Une page doit être tournée et le champion de notre ludus va devoir mériter son titre devant ses frères. Domina a choisi quatre gladiateurs pour se disputer ce titre. Carpophorus !... Ulysse !... Suspirium !... Priam ! Avancez-vous ! »
D’un signe de la main Voroncius leur ordonna de s’approcher jusqu’à sa position pour poser ses exigences.
« Deux duels, puis un autre entre les deux vainqueurs. Je ne veux pas de blessure grave, chacun de vous devra être présentable dans cinq jours. Vous combattrez donc avec vos armes d’entrainement. »
Ces armes en question étaient les mêmes que celles utilisées dans l’arène mais à une différence près : elles étaient en bois. Le poids n’était évidemment pas le même, le tranchant de la lame ne s’enfonçait pas aussi facilement dans la chair mais il ne faisait aucun doute qu’entre des mains telles que celles des gladiateurs une arme en bois pouvait toujours faire des ravages sur un adversaire. Le doctore haussa à nouveau le ton pour se faire entendre de tous.
« Carpophorus ! Priam ! En position ! »
Tandis que les deux gladiateurs se faisaient face, Voroncius se déplaça hors du centre du terrain d’entrainement pour ne pas gêner le combat. A ses côtés, Ulysse et Suspirium, les deux opposants du combat suivant, devaient sans doute se préparer mentalement à leur duel imminent. Faisant claquer son fouet, celui qu’on surnommait autrefois Brennus donna par cet acte le signal de début.
« Attaque ! »
Chacun des deux combattants connaissaient la valeur de son opposant, son talent, ses forces et l’affrontement commença par une ronde d’observation, comme une accalmie avant la tempête. Le doctore se demandait ce que pouvait bien ressentir Priam à cet instant. Un sentiment d’abandon ? De revanche ? Était-il conscient que cela devait arriver un jour ou l’autre ? Sera-t-il à son niveau ?
Sur cette dernière question, les premières passes d’armes répondirent parfaitement à ses questions. Priam avait le dessus mais le combat était loin d’être fini, Carpophorus n’était pas un novice. Voroncius observait attentivement le combat, veillant à ce que les autres titans n’interfèrent pas dans le duel. Pourtant une ombre lui fit détourner les yeux, une simple ombre qui le fit regarder en direction du balcon surplombant le sable du terrain d’entrainement et où Lucretia Illithyia venait de faire son apparition en compagnie d’une esclave lui portant une ombrelle pour la protéger du soleil et de la chaleur. La présence de la Domina montrait à quel point elle prenait cela au sérieux, elle qui n’avait pas vraiment pour habitude d’assister aux entraînements de ses Titans. Sous ses yeux, Priam était finalement venu à bout du colosse qu’il avait en face de lui. Cependant, avant d’annoncer le nom du vainqueur et de débuter le combat suivant Voroncius laissa Priam célébrer son succès quelques instants et profiter des acclamations de ses frères d’armes, en glissant deux mots à Ulysse et Suspirium.
« Ne décevez pas votre Domina. »
Puis il s’avança pour s’écrier de sa voix grave :
« Priam ! Vainqueur ! »
Son fouet claqua une fois encore sur le sol pour annoncer le combat suivant.
« Ulysse ! Celadus ! En position ! »
Le vieux gaulois jeta un regard vers le balcon auquel Lucretia répondit d’un bref hochement de tête.
« Attaque ! »


HRP:
 

__________________________

Force et Honneur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

We are Gladiators ! ₪ Gladiateurs Lucretii

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes futurs gladiateurs
» Les Gladiateurs de L'aube Rouge!
» GLADIATORS IN SUITS ₪ RPG Politique et juridique
» Filet des gladiateur...?
» Crusader Miniatures : Armée de Spartacus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Ludus Lucretius :: Ludus-