POMPEII fait un break jusqu'à début novembre pour se refaire une santé >>> Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 Petit désaccord [Pv Zephyre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 25/11/2014
₪ Ecrits : 81
₪ Sesterces : 52
₪ Âge : 32 ans
₪ Fonction & Métier : Esclave de Helvia Claudia Scaevola


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Deviens qui tu es
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Célibataire
Message(#) Sujet: Petit désaccord [Pv Zephyre] Ven 22 Mai - 17:00

Il y avait déjà énormément de monde au marché, pourtant il était encore tôt. Le brouhaha s'élevait de chacun des étalages, il était difficile de se faire entendre des marchands. Malgré le bruit qui pouvait faire naître un mal de tête atroce à un sourd, les habitants de Pompéi semblaient assez enjoués. Il faut dire que faire son marché devenait une tâche qui permettait de se changer les idées en ce moment, il y avait bien trop de pensées sombres dans les esprits. Une menace de révolte, d'invasion d'esclaves libérés, déchaînés. Il était difficile de savoir la vérité à propos de ces rumeurs... Mais il ne faisait aucun doute qu'elles effrayaient tout le monde. Et je n'étais pas de ceux qui disaient le contraire. 
Bien qu'esclave, je n'avais aucune envie de me rebeller, je détestais la violence et je ne pouvais faire de mal à ma Domina, parce qu'elle ne m'en avait jamais fait. Notre relation était basée sur le respect, ainsi elle avait pu obtenir ma fidélité certaine. C'était une question de réciprocité, je ne pouvais pas trahir quelqu'un qui était juste envers moi. 

C'était d'ailleurs sur sa demande que j'étais partie au marché ce matin. Il nous fallait approvisionner la Villa en cas d'éventuel siège de Pompéi. Mieux valait prévenir que guérir. Mais cela devait se faire en plusieurs fois, je ne pouvais pas tout prendre d'un coup, même si deux esclaves m'accompagnaient pour prendre ce qui était le plus lourd et que d'autres s'occupaient des autres achats à faire. J'avais donné à chacun une liste précise de choses à acheter. Tandis que je m'occupais de ce qui restait. 

Je me faufilais entre les Pompéiens, évitant les collisions avec certains portant des vases ou autres choses fragiles. De nombreuses odeurs me parvenaient, de celles qui donnaient envie de tout goûter. Je pouvais sentir l'odeur du pain qu'on faisait cuir, celle, moins agréable, du poisson que l'on vendait en criant : "Il est frai il vient d'être pêché !". Les marchandises étaient nombreuses et le choix difficile. 

Je m'approchai donc de l'étalage où étaient présentées différentes sortes de céréales. Il y avait du monde et je me devais d'attendre. Ce qu'il y avait parfois de désagréable au marché, c'était, certains des clients qui étaient sans gêne. Il y avait de tout, des esclaves, des patriciens, des commerçants, le marché était aussi un endroit idéal pour rencontrer fortuitement des amis...

"Qu'est ce que je peux faire pour toi ?" S'exclama le marchand de céréales me sortant brusquement de mes pensées. 

"J'ai de tout, j'ai du b..."

"Alors je prendrais de tout" Répondis-je en le coupant, avec un sourire aimable. 

Il me regarda tout d'abord comme s'il avait mal entendu, et puis un sourire satisfait éclaira son visage. Il faut dire que j'allais lui donner une assez belle somme pour avoir acheté tout cela. Les deux esclaves qui m'accompagnaient prirent les sacs. Je leur recommandai de rapporter cela à la Villa le plus vite possible et de venir me rejoindre ensuite au cas où. 

Je payai l'homme qui me remercia grandement et commençai à partir lorsque je percutai quelqu'un, faisant presque tomber mon panier que je rattrapai de justesse. 

"Oh excusez moi ! Je ne vous av-" commençai-je en relevant la tête. Puis je m'interrompis en découvrant mon interlocuteur

Zephyre, celui là même un jour qui m'avait trouvée stupide d'obéir aveuglement à ma Domina, me reprochant presque mon statut d'esclave, ce dont je n'était bien sûr pour rien. Et j'avais trouvé son reproche assez suspect, que lui était-il arrivé pour qu'il déteste la servitude à ce point ? 

"Oh c'est vous." Fis-je "Vous allez encore me reprocher un crime que je n'ai pas commis ? Ou bien allez vous admettre que vous ne savez pas marcher droit"

Je ne savais vraiment pas ce qu'il m'avait pris de dire cela, après tout je n'étais qu'une esclave et je n'avais pas à lui répondre de la sorte. Même s'il n'était pas un Dominus et voir même mon Dominus, socialement parlant je n'étais pas son égale. Mais je n'avais pas envie d'essuyer une de ses critiques et donc je lui avais reprocher notre collision, bien que je n'eusse pas vraiment su qui avait foncé dans qui et si c'était de ma faute ou bien de la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 04/12/2014
₪ Ecrits : 452
₪ Sesterces : 51
₪ Âge : 23
₪ Fonction & Métier : Arriviste, Opportuniste


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre] Ven 22 Mai - 20:38



❝Petit désaccord❞
Nasica & Zephyre
Voilà qu'il arpentait une fois de plus l'espace du marché. Cet endroit avait ceci de bien, qu'il était possible d'y trouver presque n'importe quoi. Ayant une idée particulière en tête, il cherchait quelque chose de précis. Las de passer pour un vulgaire citoyen, marchand ou dans le pire des cas, esclave...Noble, je tiens à te le préciser, commenta sa conscience. Sinon tu n'aurais pas l'air aussi propre. Mais serviteur quand même. Il ne progresserait pas dans ses projets ainsi, cela s'avérait certain. Dans son cas, l'habit devrait faire le moine. Aussi, était-il parti en quête de tissus et de vêtements. Sur le chemin, sa curiosité naturelle l'amena à jeté un œil à quelques stands, selon l'odeur attrayante ou non, qui s'en dégageait. Il avançait néanmoins relativement vite, pressé -a sa bonne habitude- d'atteindre son objectif. Et, possédant parfois la délicatesse d'un char de compétition lancé à pleine vitesse, il percuta inévitablement quelqu'un. Encore ? Ça va finir par faire partie de intégrante de ton quotidien si tu continue. Car oui, cela c'était déjà produit précédemment, avec une esclave...aussi belle que venimeuse. "Oh excusez moi ! Je ne vous av..." La demoiselle s'interrompit à le découvrant. Il haussa un sourcil, surprit. En voilà une que je ne m'attendais pas vraiment à croiser aujourd’hui...Tu vas encore t'attirer des ennuis j'ai l'impression. "Oh c'est vous." Fit-elle comme si elle s'adressait à n'importe qui."Vous allez encore me reprocher un crime que je n'ai pas commis ? Ou bien allez vous admettre que vous ne savez pas marcher droit". Celui-ci ouvrit la bouche et l'a referma pour se mettre ensuite à rire. « Je vois que tu as la rancune tenace. Tu pense sans doute encore à notre dernière conversation, n'est-ce pas ? ». Le jeune homme croisa lentement les bras. Lors d'une discussion animé, il c'était permis d'exprimer avec force combien il trouvait ignare cet entêtement à obéir aveuglément ses maîtres. La condition de la jolie brune, lui rappelait à quel point il détestait ce statut absurde et le fait qu'elle l'accepte sans rechigner, le révoltait. « Je te croyais mieux élevée que ça. Ta maîtresse serait surement ravie d'apprendre la façon dont tu te comporte. » Penchant légèrement la tête de coté, il observa attentivement sa camarade et dans une attitude aussi hautaine que condescendante, saisit son menton du bout des doigts. « A qui crois-tu parler ainsi ? ». Il plissa vaguement les yeux et l'a relâcha, la mine lasse. « Ce n'est pas parce que je ne suis pas vêtu comme un prince, qu'il te faut croire que nous appartenons au même monde. Je pourrais néanmoins éventuellement te pardonner cet écart, si tu te montrais plus agréable. » Il jeta un coup d’œil, presque désintéressé à son panier. « Il est bien remplit, il n'y a dont plus rien dans les placard de ta propriétaire ? » Cela l'amusa. Il aurait parié que le rapport au fils de l'Etna et à son histoire farfelue de renversement du pouvoir ce cacher la dessous. Beaucoup de gens prenait peur, ceux hauts placés notamment. Ils entassaient donc les vivres, en cas de manque. « Il vous effraie tant que ça ce moucheron de l'Etna ? » demanda-t-il, intrigué. Ce n'était qu'une intuition mais cela paraissait fort probable.

© Pando

__________________________


Où que j'aille, maman...
Les frontières, maman, j'les vois dans le regard des gens...Et chaque jour, j'enterre dans ma chair, vos blessures, toutes vos colères. J'veux pouvoir grandir sans écorce, même si la vie m'écorche. ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 25/11/2014
₪ Ecrits : 81
₪ Sesterces : 52
₪ Âge : 32 ans
₪ Fonction & Métier : Esclave de Helvia Claudia Scaevola


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Deviens qui tu es
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Célibataire
Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre] Lun 25 Mai - 17:59

Je n'étais pas quelqu'un d'agressif, disons plutôt que je savais me défendre, je mordais lorsqu'on m'attaquait. Hors là, j'étais passé à l'offensive avant même qu'il ne me décroche une remarque désobligeante, afin de ne pas être humiliée la première. Parce que si je n'avais rien dit, il m'aurait quand même lancé une remarque acerbe, alors autant anticiper. La meilleur défense n'était-elle pas l'attaque ? 

Notre dernière conversation je m'en souvenais. Enfin je me rappelais surtout son réquisitoire, ses reproches concernant mon statut d'esclave, ce sont je n'étais pas responsable bien sûr. Je n'avais pas compris ses accusations, comment pouvait-on me reprocher de faire correctement mon travail ! Non je n'étais pas rancunière, mais je n'aimais que l'on me critique sur des faits insensés. Je ne comprenais pas sa manière de penser. Cet homme était soit idiot, soit fou, au choix, voir les deux.

"En réalité je l'avais oubliée, tant elle était inutile et vos propos insensés." 

Ce qui était vrai, je ne pensais plus à Zephyre et à notre dispute précédente. Mais le voir m'avait ramenée à cet agaçant souvenir. Et bien sûr je savais que cela allait recommencer, mais cette fois je ne comptais pas me laisser faire, je n'étais pas un bout de tissu sur lequel on s'essuyait. 


Je failli m'étrangler en entendant sa remarque. Mais pour qui me prenait-il. J'étais une esclave certes, mais je n'étais pas un animal car ma Domina ne m'avait jamais traitée comme tel ! Le fait que lui le fasse n'était pas sensé m'offusquer puisqu'au fond je n'avais que faire de ce qu'il pensait de moi, et pourtant sa comparaison subtile mais bien présente fit monter la colère en moi. Je le fusillai du regard. 


"Je ne suis pas un animal que l'on élève et que l'on met à la niche comme un chien" sifflai-je entre mes dents, vexée. " Et ma maîtresse se fiche bien de la façon dont je me comporte envers vous, parce que je ne vous dois rien. Mais allez-y, dénoncez mon comportement à ma Domina, mais elle risque de vous rire au nez,  vous voyez en ce moment elle a autre chose à faire que d'écouter vos inepties !" 


Je failli lui crier de ne pas me toucher lorsque ses doigts se posèrent sur mon menton. Mais il ne m'en laissa pas le temps. La colère redescendait un peu alors que j'écoutais ce qu'il disait. Puis il me lâcha. 


"En effet vous n'êtes pas vêtu comme un prince... et vous n'en avez pas non plus l'odeur." Fis-je en plissant le nez feignant le dégoût  "On pourrait presque croire que vous et moi avons le même statut social. Et je me fou de votre pardon, si je me souviens bien vous ne vous êtes pas excusé de vos propos diffamatoires me concernant non plus, donc je ne vois pas pourquoi je ferais l'effort. Et je n'ai pas du tout envie que vous me traitiez comme votre égale... quand je vous regarde cela ne me donne vraiment pas envie" 

Et lui il n'avait pas peur de ce Fils de L'Etna ? Il était bien inconscient de ne pas prendre la menace au sérieux.

"Mieux vaut prévenir que guérir" Répondis-je avec sérieux. "Mais au fond ce que je fais ici ne vous regarde pas. Depuis quand un être aussi distingué que vous accorde de l'importance à un être aussi misérable que moi. Cela me flatte beaucoup" ajoutai-je avec un soupçon d'ironie. 

Peut-être aurais-je dû m'excuser pour lui avoir mal parler. Après tout qu'importait son statut social, je n'avais pas à l'apostropher d'une façon aussi agressive c'était une question de politesse, mais ce qu'il m'avait dit la dernière fois m'avait tellement blessée et étonnée que je n'avais su retenir mes paroles. 

"Il y a quelque chose que je ne comprends pas chez vous... c'est ce que vous me reprochez en fait, après tout je ne vous ai rien fait à ce que je sache..." 

Si l'on enlevait la dispute que nous étions en train d'avoir, en effet je ne lui avais rien fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 04/12/2014
₪ Ecrits : 452
₪ Sesterces : 51
₪ Âge : 23
₪ Fonction & Métier : Arriviste, Opportuniste


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre] Jeu 28 Mai - 14:10



❝Petit désaccord❞
Nasica & Zephyre
"En réalité je l'avais oubliée, tant elle était inutile et vos propos insensés." Il haussa les épaules avant d'afficher une drôle de moue, résultat du sourire qu'il retenait. Eh bien, ça c'est dit. Le jeune homme se permit de faire certaines remarques, ne se montrant pas d'avantage cordiale avec cette fille, qu'elle ne l'était avec lui. Certes leur première discussion ne pouvait être considérée comme concluante. Néanmoins, fallait-il pour autant ce déclarer la guerre ? Tu n'as rien fait pour arranger les choses pour le moment...je dis ça je dis rien, commenta sa conscience. Il leva les yeux au ciel par pur réflexe. "Je ne suis pas un animal que l'on élève et que l'on met à la niche comme un chien" siffla-t-elle entre ses dents visiblement vexée. "Et ma maîtresse se fiche bien de la façon dont je me comporte envers vous, parce que je ne vous dois rien. Mais allez-y, dénoncez mon comportement à ma Domina, mais elle risque de vous rire au nez,  vous voyez en ce moment elle a autre chose à faire que d'écouter vos inepties !" Il secoua la tête, à la façon d'un adulte écoutant les propos insolites d'un enfant.  Sans se préoccuper de ce qu'elle pourrait bien en penser, il saisit le  menton de sa camarade du bout des doigts.  « A qui crois-tu parler ainsi ? ». Zephyre l'a relâcha avec lassitude, presque déçu qu'elle n'eu même pas eu l'audace de se débattre. Il précisa ensuite que la manière dont il était vêtu n'avait aucun rapport avec son statut. Ce qui paraissait ne faire ni chaud ni froid à cette petite dinde. "En effet vous n'êtes pas vêtu comme un prince... et vous n'en avez pas non plus l'odeur." dit-elle en plissant le nez feignant le dégoût  « On pourrait presque croire que vous et moi avons le même statut social... » La suite de son discours se perdit. Par colère et sans réfléchir, il leva son bras prêt à lui mettre une gifle. Ce genre de comparaison était insupportable. Il renonça au dernier moment, s’apercevant de son geste il recula d'un pas, troublé. « Tu as raison sur un point...tu n'es pas un animal, les animaux je les aime. »  Souhaitant détourner la conversation, il jeta un œil au panier de la jolie brune. « Il est bien remplit, il n'y a dont plus rien dans les placard de ta propriétaire ? Il vous effraie tant que ça ce moucheron de l'Etna ? ». Non cet individu dont on parlait tant n'engendrait pas la peur en sa personne. Comment-aurait-il pu ? Il n'appréciait pas ce que cet homme essayait de faire. Cependant, que risquait-il ? La mort ? Avec son admirable et fantasque projet, c'était déjà le cas. "Mieux vaut prévenir que guérir" Répondit-elle avec sérieux. "Mais au fond ce que je fais ici ne vous regarde pas. Depuis quand un être aussi distingué que vous accorde de l'importance à un être aussi misérable que moi. Cela me flatte beaucoup". Il fronça vaguement les sourcils. « Depuis quand suis-je un être distingué ? N'est-ce pas toi  qui vient de me comparer à un esclave ? Quel inconstance !  C'est dommage d'avoir une si belle bouche si c'est pour en laisser échapper de pareils absurdités.» Peut-être aurait-il du tourner les talons à ce moment là et disparaître dans la foule. Il resta pourtant, observant sa charmante compagne. « Il y a quelque chose que je ne comprends pas chez vous... c'est ce que vous me reprochez en fait, après tout je ne vous ai rien fait à ce que je sache... ». Il s'appuya contre un piquet tout près et médita ses paroles. « A vrai dire, je reconnais m'être sans doute très mal exprimé. Mon intention première n'était pas de te froisser. Mon impulsivité me fait malheureusement défaut... » Il marqua une pause et s’attarda dans la contemplation du sol. « J'ai beaucoup de mal à concevoir qu'on puisse tout naturellement accepter un statut aussi médiocre. Appartenir à quelqu'un, être d'avantage considéré comme un objet que comme un être humain, n'est ce pas lassant ? Bien traitée ou non, tu es privée d'une majorité de choix. Et puis si un jour tu as des enfants...Ils seront comme toi, ne posséderons rien, même pas leur propre vie. C'est peut-être étrange mais je trouve cela triste et déprimant...Passons, pour ce qui est de la dernière fois, c'est ma faute. »Il s'inclina très légèrement. "Pour ce qui est d'aujourd'hui...C'est toi qui a commencée." Il se tu, conscient du trop grand flot de mots ayant échappés à sa bouche. « Quel est ton nom ? » demanda-t-il plus doucement. Pourquoi cet apaisement soudain ? Il ne parvenait pas lui même à faire le tri de ses émotions. Il se contentait de passer de l'une à l'autre comme une girouette. A force, la fatigue finissait par trouver son chemin.
© Pando

__________________________


Où que j'aille, maman...
Les frontières, maman, j'les vois dans le regard des gens...Et chaque jour, j'enterre dans ma chair, vos blessures, toutes vos colères. J'veux pouvoir grandir sans écorce, même si la vie m'écorche. ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 25/11/2014
₪ Ecrits : 81
₪ Sesterces : 52
₪ Âge : 32 ans
₪ Fonction & Métier : Esclave de Helvia Claudia Scaevola


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Deviens qui tu es
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Célibataire
Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre] Jeu 4 Juin - 1:13

Le fait que je le compare à un esclave l'avait mis en colère et je cru le voir lever la main pour me frapper, mais il me semblait qu'il se retenait. Sa réponse n'en fut pas moins acerbe et tranchante. « Les animaux je les aime ». Cela aurait dû me déplaire, mais pour être honnête je m'en fichais, je ne me connaissais pas alors je n'avais que faire de son ressenti à mon égard, tant qu'il ne racontait pas de calomnies à mon sujet. Je décidai donc de ne pas lui rentrer dedans avec une réponse tout aussi agressive que la sienne, mieux valait calmer le jeu. J'avais vu la colère passer dans son regard et tenait pas à la voir de nouveau.

« Moi aussi j'aime les animaux, cela nous fait un point commun. » Fis-je en souriant, ne répondant pas à la pique qu'il m'avait lancée, afin de ne pas mettre de l'huile sur le feu.

Cet homme était pour le moins étrange, il n'avait pas un fond méchant, mais une certaine impulsivité qui le rendait agressif, notamment lorsqu'il sous-entendit que je débitais des absurdités ! Il n'était pas franchement le mieux placé pour me dire cela. Lui qui critiquait l'esclavage alors qu'en tant que citoyen, il était sensé l'apprécier. Enfin je présume ! Je n'avais jamais vu un Romain se plaindre d'avoir des esclaves. Quoique lui, n'en possédait pas, mais ce n'était qu'une supposition puisque je ne le connaissais pas très bien ; voir pas du tout. Mais j'étais curieuse.

Je répondis donc à sa remarque, tenant tout de même à me défendre et ne pas me laisser faire

« Je vous ai comparé à un esclave je n'ai jamais dit que vous en étiez un, il y a une nuance vous savez. »

Je n'avais pas dit cela sur un ton agressif, j'étais restée neutre, tout en me justifiant afin d'éviter une autre humiliation de sa part. Et vu comme il était impulsif mieux valait faire attention aux mots que j'employais, tout en faisant face à ses remarques. C'était assez stratégique, mais j'avais de la chance, j'étais quelqu'un de calme et de réfléchi, ce qui ne semblait pas être son cas. Il me fallait rester méfiante.

Je fus surprise de voir de l'entendre s'excuser... non en fait ce n'était pas totalement des excuses. Il reconnaissait s'être emporté la dernière fois. Cela relevait du miracle ! Il admettait également son impulsivité, c'était rare de voir quelqu'un connaître ses défauts et essayer de les contrôle. Il remontait un peu dans mon estime, aussi je décidai de répondre avec un regard compatissant, enfin pas trop non plus.

«Je peux comprendre. L'impulsivité rend souvent compliqué la vie des gens qui ont ce défaut, et il n'est pas facile de la contrôler. »

J'écoutai donc avec intérêt les raisons de ces reproches. Je les comprenais, mais ce n'était pas à moi qu'il devait les faire, il remettait en cause un système qui durait depuis des siècles presque et moi qui étais-je pour pouvoir changer mon statut. Ce n'était pas aussi facile, il ne pouvait pas comprendre il n'avait pas été esclave. Néanmoins il avait raison sur certains points, je destinais mes enfants à la même vie terrible, c'est pour cela que je ne voulais pas en avoir, mais cela seuls les dieux le décidaient. Et oui j'étais privé d'une infinité de choix... non en fait j'avais bien un choix, celui de vivre en étant esclave ou celui de mourir en étant libre, ou bien en tentant de devenir libre.

Je souris en entendant la suite de ses propos, oui, c'était vrai, j'avais commencé et je devais m'excuser et reconnaître mes torts comme il l'avait lui même fait.

« C'est vrai je le reconnais, c'est moi qui ai commencé, je m'en excuse. » Je souris. « Vous êtes le premier Romain que je rencontre qui prend autant à cœur la situation dans laquelle nous esclave nous nous trouvons... vous êtes bien étrange. » Puis reprenant un air plus grave je poursuivis « Je comprends ce que vous me dîtes, mais je n'ai pas choisi cette vie et si par malheur je prends la liberté d'en changer, je risque la mort, c'est lâche peut-être mais ce sont les lâches qui restent le plus longtemps en vie et il n'y a rien de plus précieux que cela. Certes c'est triste, mais je ne connais rien d'autre que cela et je l'accepte parce que je ne peux pas désirer une quelque chose auquel je n'ai jamais goûté. Si vous détestez autant l'esclavage pourquoi le reprocher aux esclaves plutôt qu'aux Romains ? Vous savez si l'on prend les choses depuis le début, la servitude existe à cause de vous. Et je ne suis pas traitée comme un objet. Vous ne connaissez pas ma maîtresse... j'ai appris à l'estimer et rejeter mon statut d'esclave, serait la trahir et on ne trahi pas les gens que l'on estime. »

C'était la vérité, je respectais ma Domina, parce qu'elle m'avait bien traitée. Ma mère m'avait appris une chose : mon contenter de ce que j'avais sans désirer plus sous peine d'être malheureuse, et il pouvait toujours arriver pire. Il fallait rester optimiste et savoir prendre les bons moments comme ils venaient plutôt que de les vouloir à notre convenances, une sorte de philosophie du bonheur à suivre.

La surprise me submergea de nouveau lorsqu'il me demanda mon nom. Je ne savais pas que cela l'intéressait. Il était rare que l'on demande son nom à une simple esclave.

« Je m'appelle Nasica. »

Ce nom que l'on m'avait choisi et qu'au fond j'aimais plutôt bien. Je ne me souvenais plus de celui que ma mère m'avait donné et c'était peut-être mieux ainsi, au moins cela m'évitait de penser trop à elle et à sa mort... violente. J'étais assez troublée de le voir si vite changer d'attitude et de ton à mon égard il était impulsif mais j'espérai ne pas le découvrir également lunatique... . Mais il était aimable pour le moment alors autant poursuivre sur ce ton. Je connaissais déjà son nom, peut-être me l'avait-il dit ou bien l'avais-je entendu je ne savais plus, aussi je ne pouvais pas lui retourner la question, mais je pouvais toujours en poser une autre, après tout ce Zephyre était un jeune homme assez étrange.

« Si vous me permettez une question indiscrète : Pourquoi vous intéressez-vous au sort des esclaves ? Je n'ai jamais vu un Romain tel que vous. »

Mais peut-être n'était-il pas Romain... je commençai à me poser des questions, je devais en savoir plus.


« Vous êtes né à Pompéi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 04/12/2014
₪ Ecrits : 452
₪ Sesterces : 51
₪ Âge : 23
₪ Fonction & Métier : Arriviste, Opportuniste


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre] Mer 10 Juin - 12:07



❝Petit désaccord❞
Nasica & Zephyre
« Moi aussi j'aime les animaux, cela nous fait un point commun. » dit-elle en souriant, ce qui occasionna une vague grimace chez Zephyre. L'idée d'un point commun avec la jeune femme ne lui plaisait guère. Ses dents grincèrent tant il les serraient en contractant la mâchoire. La situation était suffisamment tendue comme ça. Inutile d'en rajouter. Il se força donc à d'avantage de souplesse. Autant que cela pouvait s'avérer possible, du moins. « Je vous ai comparé à un esclave je n'ai jamais dit que vous en étiez un, il y a une nuance vous savez. » Il afficha une moue peu convaincue. Pour lui le résultat était le même et il ne l'aimait pas. « Hum...Peut-être. » reconnu-t-il toute fois. « Je suis malheureusement très susceptible... » Il baissa un instant le nez sur ses chaussures . Que de défauts tu as !railla sa conscience. En effet, son impulsivité chronique et sa tendance à mal prendre certaines choses, était un reproche qu'on lui avait souvent fait. Contre toute attente, il se radoucit et s'excusa à moitié. «Je peux comprendre. L'impulsivité rend souvent compliqué la vie des gens qui ont ce défaut, et il n'est pas facile de la contrôler. » L'attitude un brin, compatissante de sa compagne le surprit, il ne s'attendait pas à ce genre de réaction. Peut-être cherchait-elle, elle aussi à apaiser le conflit. « Je n'ai pas pour habitude de plier, d'admettre mes erreurs, estime toi donc heureuse. Que tu le crois ou non, je fais un énorme effort. » Et rien ne ce trouvait plus vrai. Après de nombreuses années à devoir courber le dos devant tel ou tel personne, régulièrement avec difficulté, il avait souhaitait tirer un trait sur tout ceci. Il ne voulait plus s'excuser, être faussement désolé. Plus jamais. Et voilà qu'il revenait déjà sur une de ses promesses. L'ancien esclave entreprit d'exposer pourquoi le statut sociale de larbin et le fait qu'on pu l'accepter sans protestation, le révoltait. Il précisa également que la jolie brune était à l'origine de la dispute d'aujourd'hui. « C'est vrai je le reconnais, c'est moi qui ai commencé, je m'en excuse. » Elle sourit et bien qu'encore sur la réserve, il en fit autant.  « Vous êtes le premier Romain que je rencontre qui prend autant à cœur la situation dans laquelle nous esclave nous nous trouvons... vous êtes bien étrange. » Il se mordit la lèvre, cherchant automatiquement un récit plausible à avancer. C'est vrai que ton comportement ne paraît pas très clair...A trop vouloir revendiquer certaines choses, il risquait de se mettre en danger. «J'ai eu...une mauvaise expérience étant plus jeune...J'imagine que cela à influence mon jugement actuel. » Ses vagues propos, ne l'aiderait pas à comprendre sa prise de position, néanmoins peut-être cela lèverai-t-il en parti le soupçon. La demoiselle annonça ensuite qu'elle comprenait son avis mais qu'elle ne pouvait changer se condition, aussi c'était-elle résolue à l'accepter. En y réfléchissant bien, cela paraissait concevable dans son esprit. Cependant, cela restait triste. « Je m'appelle Nasica. » Il hocha la tête. «  Ca sonne plutôt bien. » déclara-t-il plus agréable. « Si vous me permettez une question indiscrète : Pourquoi vous intéressez-vous au sort des esclaves ? Je n'ai jamais vu un Romain tel que vous. » Il haussa un sourcil mais n'eu pas le temps de répondre à la question, qu'elle en posa une autre : « Vous êtes né à Pompéi ? » Regardant aux alentours, il eu l'impression d'être observé. Encore tes tendances de paranoiaique qui reviennent...Chut ! « Peut-on marcher un peu ? » demanda-t-il. Il n'attendit pas et ce mit à avancer. «Je ne suis effectivement pas originaire de Pompéi. J'étais à Ruome avant...Je crois même avoir des origines grecs. Je suis un citoyen du monde en fait » rajouta-t-il feignant l'amusement. « Je ne suis pas censé le dire...Mais si ça peut te facilité la compréhension et puisque, je n'ai pas envie de me disputer avec toi indéfiniment...Disons que lors d'un de mes séjours, je me suis fait une amie...esclave. » Le jeune homme marquait des pauses au fur et à mesure que l'histoire qu'il contait germait dans sa tête. « Je n'aurai pas du bien sur mais bon...Le fait est qu'elle ne supportait pas sa condition. Elle ne se sentait à sa place nul part. Et si son maître l'a traitée bien c'était...pour profiter d'elle...Alors... » Tu n'es pas entrain de lui raconter une variante de ta propre histoire, par hasard ? Je ne vois pas de quoi tu parle. C'est ça oui. « Elle n'avait pas de père et sa mère esclave aussi, essayait de lui faire accepter au mieux son destin sans succès...Et voilà. Je ne l'ai jamais revue et je ne sais pas ce qu'elle est devenue ». Il se tut et regarda attentivement Nasica, en quête d'une réaction.  
© Pando

__________________________


Où que j'aille, maman...
Les frontières, maman, j'les vois dans le regard des gens...Et chaque jour, j'enterre dans ma chair, vos blessures, toutes vos colères. J'veux pouvoir grandir sans écorce, même si la vie m'écorche. ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



₪ Arrivée à Pompéi : 25/11/2014
₪ Ecrits : 81
₪ Sesterces : 52
₪ Âge : 32 ans
₪ Fonction & Métier : Esclave de Helvia Claudia Scaevola


Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Deviens qui tu es
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Célibataire
Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre] Mer 15 Juil - 0:15

Le fait qu'il était susceptible, cela je l'avais remarqué ! Mais ceci dit je n'étais pas mieux non plus, après tout, n'avais-je pas provoqué cette dispute que nous étions en train d'avoir ? Enfin cette querelle commençait à se transformer en conversation, bon on ne pouvait pas encore la qualifiait de courtoise, mais le ton entre nous s'apaisait.

Je le savais il devait faire un effort surhumain pour admettre ses erreurs, j'en étais consciente, de même le voir me parler presque que comme à son égale alors que je n'étais qu'une simple esclave à ses yeux, était assez miraculeux. Mieux valait entretenir ce rapport tant qu'il existait entre nous plutôt que de revenir à notre dispute, surtout en plein marché, nous risquerions d'attirer l'attention. Et puis il me faudrait me comporter aimablement si je voulais comprendre cet homme, car ce n'était pas en attisant sa colère que j'allais y arriver.

Je ne comprenais pas ses raisons. Et il me fournissait une explication plausible mais néanmoins très vague. Une mauvaise expérience ? Et ? Cela était-il tout ? Il me laissait un peu sur ma faim si pouvais l'exprimer ainsi. Cela n'expliquait pas totalement sa réaction. Avait-il eu une altercation avec un esclave ou bien avec un marchand ? Avait-il été ami avec des membres de la population servile ? Sa réponse soulevait plus de questions qu'elle n'en résolvait, ce qui n'était pas vraiment ce à quoi je m'étais attendu.

« Votre réponse vous rend encore plus mystérieux vous savez » répondis-je légèrement amusé, avant de reprendre plus sérieusement « Vous ne devez pas aimer parler de cette mauvaise expérience, je peux le comprendre... ce n'est jamais facile. Mais vous confier là-dessus vous libérerait sans doute d'un poids, enfin je ne veux pas me mêler de ce qu'il ne me regarde pas »

En fait si c'était un peu le cas, ma curiosité me faisait me mêler en effet de ce qui ne me regardait pas. C'était mal. Mais il faut dire qu'il l'avait bien cherché à se montrer aussi agressif au début de notre rencontre sans que j'en comprenne les raisons, maintenant qu'il était un peu plus apte et ouvert pour répondre à mes questions j'avais espéré un éclaircissement quant à mes interrogations intérieures et ainsi satisfaire ma curiosité afin de comprendre donc ses motivations. Oui ce Zephyre était bien mystérieux

Je souris à sa remarque sur mon nom. Ce n'était pas celui que m'avait donné ma mère, néanmoins il me convenait, de toute façon je ne me souvenais plus de mon premier prénom. Et lui dire que c'était celui que m'avait choisi mes maîtres, le mettrait sûrement en colère, aussi je ne le précisai pas.

« Merci » Me contentais-je de dire

Mes questions semblaient le mettre mal à l'aise et il me demanda si l'on pouvait marcher. Bien sûr que je n'avais rien contre, mais il commença à avancer sans vraiment attendre ma réponse. Je ne dis rien me contentant de l'écouter attentivement, peut-être allait-il se confier et allais-je enfin satisfaire ma curiosité concernant cet homme.

Ah il était originaire de Rome ? Je ne l'avais jamais vu dans la grande ville de l'Empire, mais il faut dire qu'elle était vaste et que connaître tout le monde était évidemment impossible. J'écoutai son histoire en silence, ne voulant pas l'interrompre. J'imaginai qu'il ne devait pas se confier souvent alors il me fallait être une bonne oreille pour qu'il puisse se sentir mieux... si bien sûr cela était possible, ce genre de souvenir ne laissait jamais intacte.

Je ne voulais pas me disputer avec lui indéfiniment non plus... ce n'était jamais agréable de hausser le ton tout le temps. Je n'étais pas du genre à rechercher constamment le conflit, je ne les évitais pas non plus, mais il était toujours mieux de discuter calmement.

Ainsi donc sa haine envers la vie de servitude venait de là... je le comprenais. Il attendait une réponse et je réfléchis un peu pour en formuler une polie et descente afin de ne pas le rendre triste ou le vexer.

«Parfois il n'y a rien à faire mis à part accepter ce destin justement... c'est horrible, mais c'est comme ça. Est-ce qu'il valait mieux que votre amie meurt en essayant de se rebeller ? Peut-être, peut-être pas, cette décision lui appartenait ou lui appartient encore. Malheureusement beaucoup d'esclave sont traités de la sorte... je ne peux pas le nier et je le sais, ma mère a été tué par des marchands d'esclaves, nous ne serons jamais que des animaux aux yeux de certains. Néanmoins, je n'ai jamais connu de mauvais traitement de la part de ma maîtresse alors je préfère que cela reste ainsi plutôt que de risquer pire en me rebellant, cela serait un risque stupide à prendre... »

J'avais eu le besoin de me justifier. Son histoire, ou tout du moins l'histoire de son amie n'était pas la mienne, et elle était beaucoup plus tragique. Et c'était aussi pourquoi j'avais accepté ma condition, parce qu'elle n'était pas trop mal comparée à d'autres.

« J'espère que vous la reverrez un jour... si elle a appris à survivre. Mais nous sommes forts, nous esclaves, alors j'ai bon espoir la concernant. »


Je voulais le rassurer un peu, mais au fond je n'en étais pas convaincue, certes son amie avait survécu, mais cette vie... pouvait la briser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: Petit désaccord [Pv Zephyre]

Revenir en haut Aller en bas
 

Petit désaccord [Pv Zephyre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Marché-