Eyes on fire ♔ Numerius



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Amphithéâtre
Partagez | 
Plebe
Lun 16 Fév - 0:46
Eyes on fire ♔ Numerius    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 03/02/2015
₪ Ecrits : 113
₪ Sesterces : 157
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Masseuse

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur



   
   

Numerius & Musca
“Eyes on fire ”

L
e soleil brille chaleureusement depuis quelques heures, c'est agréable. Musca peut sentir les rayons caresser sa peau. Les jours ensoleillés sont toujours plus facile à supporter que les autres, mais heureusement pour elle, à Pompéi l'astre céleste ne se fait pas rare. Vénus protège la cité et chacun en ressent chaque jour les bienfaits. C’est certainement l’une des raisons qui rend Pompéi si agréable à vivre. Aujourd’hui, les thermes avaient rapidement été abandonné, rien de bien étonnant puisque en ce jour à lieu un combat, enfin pas qu’un seul, mais les gladiateurs allaient démontrer leurs adresses à toute la vie. Rare sont ceux qui rateraient cet événement, tout les pompéiens aiment les combats et le spectacle qu’ils offrent. Musca n’échappe pas à la règle. Elle a beau avoir un peu de mal avec l’idée que des personnes peuvent risquer leurs vies à ce point, mais elle sait aussi que ça fait part entière de la vie de Pompéi et rien que pour ça, elle ne peut repousser cette tradition. C’est aussi un moyen de changer sa routine. La brune a beau adoré son travail aux thermes, parfois elle a besoin de s’en échapper.

Musca adore l’effervescence que l’on peut sentir dans les rues à l’approche d’un combat de gladiateurs. Il y a une sorte d’électricité dans l’air, comme si tout le monde attendait avec impatience ce moment fatidique. C’est peut-être le cas d’ailleurs. Elle ne doit pas être la seule à vouloir échapper à la routine qu’impose la vie. Les combats, c’est un moyen de se changer les idées, oublier les tracas quotidiens l’espace d’une heure. Tout le monde n’a pas l’occasion de voyager, alors on s’évade comme on le peut. Musca décide de se changer, troquant l’habit qu’elle portait un peu plus tôt aux thermes pour une tunique un peu plus jolie, d’un mauve pâle, l’un de ses couleurs préférées. Naevia, son esclave l’aide à arranger ses cheveux, elle ne peut pas sortir en ayant l’air d’une souillons, elle serait la risée de toute la ville et ça, il en est hors de question. Musca porte bien trop d’importance à la réputation de sa famille, les Oppii sont respectés à Pompéi et elle ne veut pas être celle qui dégradera ce respect. Elle ajuste sa robe et rajoute un peu de couleurs sur ses lèvres. Naevia lui assure qu’elle est parfaite, un mince sourire se dessine sur les lèvres de la jeune femme.

Il est temps pour elle de partir rejoindre la foule. En regardant autour d’elle, elle a l’impression que tout Pompéi est ici, à bien y réfléchir, c’est peut-être le cas. Pourquoi rester enfermer chez soi alors qu’on peut profiter de la fête ? Dans la foule, la jeune femme fait la rencontre de quelques visages connus, ce n’est pas étonnant, le tout Pompéi défile aux thermes. « Je suis ravie de voir que vous vous portez bien, j’espère vous revoir bientôt aux thermes. » répond-t-elle poliment à une cliente régulière. Seulement, elle était là pour se changer les idées, alors elle n’a pas vraiment envie de se retrouver avec ses clientes, elle profite d’un moment d’inattention pour disparaître à nouveau, ce n’est pas vraiment compliqué quand on voit le nombre de personnes qui se trouve aux alentours. Finalement, la jeune femme décide de se trouver une bonne place pour pouvoir profiter du spectacle. Elle se fraie un chemin entre la foule qui se bouscule et fini par trouver un endroit qui lui plaît, elle monte les marches qui la sépare de la place choisie et s’y assied, à côté d’une vieille dame, à l’allure respectable. Elle aurait peut-être dû demander à Pulchra si elle voulait l’accompagner… il est trop tard maintenant. Un jeune homme ne tarde pas à s’installer à ses côtés, mais elle n’y prête pas vraiment attention. Non, ça va bientôt commencer et elle peut sentir l’air se charger d’un sentiment indescriptible qui la met particulièrement en joie.  


           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         


Oppia Musca
Sometimes I wonder if there's something wrong with me. Perhaps I've spent too long in the company of my literary romantic heroes, and consequently my ideals and expectations are far too high.
Plebe
Sam 28 Mar - 20:48
Re: Eyes on fire ♔ Numerius    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 01/10/2013
₪ Ecrits : 1542
₪ Sesterces : 179
₪ Âge : 20
₪ Fonction & Métier : soldat/garde du corps de Licinia Domitia

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Your lesson well learned. Imperator
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Une certaine brune occupe ses pensées...
Voir le profil de l'utilisateur

Eyes on fire


Oppia Musca &Numerius




Numerius ferma les yeux tout en humant l’air frais environnant, le soleil n’était visible que depuis quelques heures mais la journée s’annonçait des plus ensoleillées et le beau temps se reflétait dans le caractère du jeune soldat. Un léger coup de coude dans ses côtes mit fin à ses rêveries, Lucius son frère aîné le secoua quelque peu en lui lançant :

« Allez petit frère, ce n’est pas le moment de rester planter là, les combats commencent bientôt ! »

Les deux frères adoraient regarder les spectacles de l’amphithéâtre, les athlètes dans l’arène savaient (pour la plupart) comment faire vibrer la foule… Et aujourd’hui étaient organisés plusieurs combats de ces titans de l’arène. Alors oui bien sûr il ne s’agissait pas des grands noms du sable chaud tel que le nouveau champion mais il s’agissait de la première représentation depuis les sanglants évènements de fauves en libertés qui avaient marqués à jamais les habitants de la cité.
Il fallut plusieurs minutes de marche aux deux frères pour arriver jusqu’à l’amphithéâtre, la ferme dans laquelle ils habitaient était située en dehors des murs de la cité et il leur fallut donc emprunter quelques chemins boueux dans lesquels Numerius mit tout en œuvre pour se salir le moins possible ce qui attira sur lui les moqueries de son aîné.

« Alors petit frère, on essaie de rester présentable ? Ce n’est pas comme si t’allais rencontrer la femme de ta vie aujourd’hui frérot, c’est le spectacle qui sera intéressant. » Gloussa-t-il en taquinant son cadet.

Un léger sourire se fit percevoir sur le visage de Numerius, si Lucius savait… s’il savait qu’il avait déjà croisé cette femme dont il voudrait partager la vie mais qu’il n’osait pas aborder. Numerius n’avait parlé de ce sujet qu’à Niger, son meilleur ami, celui avec qui il se sentait le plus à l’aise pour évoquer les sujets amoureux. Peut-être que la proximité de l’affranchi avec le milieu du sexe lui conférait une certaine légitimité dans l’esprit du plébéien, il avait dû en connaitre des histoires d’amour entouré de toutes ces louves, mais cette brune n’avait rien d’une louve.

₪₪₪₪₪₪

La foule commençait à arriver en masse devant l’amphithéâtre lorsque nous y arrivâmes à notre tour, les gens avaient certainement besoin de se changer les idées avec tous ces enchaînements de catastrophes et quoi de plus divertissant que l’amphithéâtre, même si bien entendu certains mauvais souvenirs récents y étaient intimement liés. Jouant un peu des coudes nous gravissions les escaliers de l’amphithéâtre pour atteindre les gradins, nous nous frayâmes un chemin dans ce dédale de têtes, de bras et de cris pour finalement atteindre une zone de places avec une bonne vue sur le spectacle.
Je senti qu’on m’agrippait le bras mais je mis quelques secondes à réaliser qu’il s’agissait de Lucius. Mon aîné, sourire aux lèvres, me montra discrètement avec ses yeux un grand blond d’une petite trentaine d’années à la mine sombre et sévère.

« Il ne faut surtout pas qu’il me repère, c’est un ami mais je lui ai fait miser sur le mauvais combattant aux derniers jeux et il a perdu une belle somme. Il vaut mieux que je l’évite pendant quelques… »

Il ne put terminer sa phrase, un « Lucius ! » parvint à mes oreilles avant que mon frère ne décampe par le même chemin que nous avions pris pour arriver ici. Le blond le suivait de loin, une dizaine de passants le séparant de mon frère qui ne tarderait certainement pas à le semer.
De mon côté j’avais décidé de ne pas m’en mêler, sans doute que voir mon frère dans cette situation me faisait rire mais surtout parce que j’étais venu ici pour voir des gladiateurs. Ces combattants de l’arène qui, justement, faisaient leur apparition sur le sable chaud de l’amphithéâtre. Ne voulant pas perdre une miette du spectacle je m’assis à la première place disponible, entre un vieil homme et une jeune brune dont je ne prêtai pas vraiment attention.
Le premier combat ne tarda pas à commencer, opposant un mirmillon nommé Petraïtes venant du ludus Lucretii à un rétiaire du nom de Jorax du ludus Naevius. Les deux gladiateurs étaient certainement des débutants au vu du peu d’engouement que leur nom suscita parmi le public pourtant venu en nombre. Leurs premières passes d’armes confirmèrent cette impression à tel point que le vieillard à mes côtés s’impatientait.

« Mais qu’est-ce qu’ils font ces deux bras cassés, tu parles de gladiateurs… »

Comme s’ils l’avaient entendu, les deux gladiateurs redoublèrent d’intensité. Le rétiaire passa à l’offensive en lançant lourdement son filet qui manqua de justesse sa cible qui en profita pour contre-attaquer. L’imposant bouclier du mirmillon projeta son adversaire quelques mètres plus loin. Le dénommé Jorax se releva rapidement pour revenir à la charge, son trident bien en main, mais le bout de son arme fut déviée par le bouclier du mirmillon dont la lame s’enfonça méchamment dans le bas du ventre du rétiaire. Le coup fut d’une rapidité et d’une violence rare, le pauvre rétiaire était mal en point désormais, à la merci de son adversaire. Des acclamations s’élevèrent dans les tribunes mais également quelques cris de surprises, pour ma part mon attention fut détournée du centre de l’arène car ma voisine de place venait de m’agripper le bras sous l’effet de la surprise. Elle me l’agrippait fort d’ailleurs, si bien que je cru un instant que mon sang ne circulait plus dans mon bras, j’engageai la conversation tout en regardant encore le gladiateur profondément blessé qui venait d’obtenir la grâce du public, autant pour la rassurer que pour récupérer mon bras.

« Impressionnant n’est-ce pas ? Mais je suis sûr qu’il pourra recombattre dans quelques mois, les médicus font des miracles. »

Je sentis peu à peu l’emprise de la jeune femme sur mon bras se desserrer jusqu’à le libérer complétement. Ce fut ce moment que je choisi pour discuter d’avantage, alors que l’on annonçait déjà l’opposition suivante.

« C’est la première fois que vous assistez à des combats de gladia…? »

Mon cœur s’emballa alors que je venais enfin de tourner la tête pour découvrir à qui je m’adressais. Je voulais terminer ma phrase mais les mots ne sortaient plus, je ne pus que placer un léger sourire en coin. C’était un hasard extraordinaire ! Après quelques secondes à la contempler ou la dévisager, c’est selon, je réussi à me rattraper pour aligner quelques mots.

« Pardon, il me semble vous avoir déjà croisé, non ? Je m’appelle Numerius Petronius Vopiscus… et vous… ? »

Elle ne me connaissait sans doute pas, on ne s’était jamais adresser la parole, mais j’allais peut être enfin apprendre son nom…
FICHE ET CODES PAR JOY.




HRP:
 


ω We shall defend our land whatever the cost ω




4ème cérémonie des Césars :
 
Plebe
Mer 29 Juil - 20:22
Re: Eyes on fire ♔ Numerius    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 03/02/2015
₪ Ecrits : 113
₪ Sesterces : 157
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Masseuse

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur



   
   

Numerius & Musca
“Eyes on fire ”

M
usca a réussi à quitter les thermes pour pouvoir assister à ces combats qui ont lieu aujourd’hui, ce qui la met particulièrement en joie. Elle adore les thermes et y passe la plupart de son temps, mais c’est parfois agréable de sortir de cette atmosphère embuée. Puis toute la ville adore les combats de gladiateurs. C’est un bon moyen de se changer les idées. Il n’y a pas de raison pour que la brune ne puisse pas en profiter elle aussi. D’ailleurs, il y a du monde partout, ça grouille de partout comme une fourmilière. Après avoir croisé l'un de ses habitués, Musca arrive enfin à se trouver une place qui lui convienne. Elle regrette un peu de ne pas avoir invité sa petite sœur aurait certainement apprécié le spectacle et elles auraient pu commenter ensemble les différents combats. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois. De plus, au vu de l’ambiance elle trouvera bien quelqu’un avec qui partager son ressenti. C’est aussi ce qu’elle aime dans ce genre de rassemblement, c’est que les gens se mélangent, discutent entre eux. C’est convivial. Elle aime bien ça.

Une fois installée, ses yeux ne quittent plus la piste. Le reste ne compte plus vraiment. Elle pourra se mettre à discuter une fois les combats commencés, mais pas avant. Elle attend ce moment avec impatience, comme une enfant qui attend une grosse surprise. Des gens s’installent tout autour d’elle et elle n’y prête pas vraiment attention. Les combattants arrivent et un sourire se dessine sur les lèvres de la jeune femme. On pourrait presque sentir la foule vibrer sous l’excitation du moment. Ils sont tous là à n’attendre plus que le début des hostilités. Et les gladiateurs ont dû les entendre puisque le combat commence. Ce n’est pas la première fois qu’elle assiste à ce genre d’événements, mais elle est toujours autant impressionnée par autant de violence. Pourtant, une certaine beauté se dégage du spectacle. Les gladiateurs savent se mouvoir dans l’espace que leur confère l’arène et on pourrait presque croire qu’ils dansent ou quelque chose se rapprochant. Prise dans l’action, Musca sursaute quand la violence grimpe de nouveau et dans un geste incontrôlé elle se saisit du bras de la personne qui se trouve à ses côtés, sans vraiment y réfléchir. C’est la surprise qui parle pour elle. La personne en question se met à lui parler et toujours hypnotiser par le spectacle elle ne le regarde pas. Ses yeux suivant le combat avec attention. Il lui parle de l’homme blessé qui répand son sang sur le sable de l’arène.

— Je connais bien les médicus de la ville.  Je suis sûre qu’il le remettront sur pieds rapidement.

Il faut dire qu’elle a eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois les médicus grâce à son travail aux Thermes et elle sait très bien qu’ils sont plutôt doués. Ça n’en reste pas moins impressionnant de voir tout ce sang se répandre au sol. C’est impressionnant la quantité de liquide vital que peut contenir un  corps humain. Cependant ces quelques mots ont pour effet de détendre légèrement la brune, libérant ainsi le bras de cet inconnu. Elle se rend compte de ce qu’elle vient de faire et rougit légèrement. Depuis quand elle s’accroche à des inconnus de la sorte ? Ce n’est pas vraiment sérieux. Elle décide à relever la tête vers celui dont elle a capturé le bras un peu plus tôt. Ses yeux le détaillent et elle est étonnée de le trouver si séduisant. En général, elle ne s’attarde pas vraiment sur ce genre de futilités, mais pour le coup, elle ne peut pas vraiment se voiler la face. Ce jeune homme a quelque chose de vraiment charmant avec ses long cheveux noirs et son teint mate. D’autres gladiateurs entre sur la piste, mais pour le coup elle ne les regarde pas. Ses yeux détaillant toujours le visage du jeune homme. Elle s’apprête à détourner le regard pour le reporter sur la piste quand il ouvre de nouveau la bouche. La jeune Oppia ne peut s’empêcher d’arquer un sourcil lorsqu’il se coupe dans sa phrase, sans raison apparente. Elle décide tout de même de répondre, évitant ainsi le genre de silence bien trop long et bien trop gênant.

— Non, ce n’est pas la première fois, mais ça me fait toujours cette effet-là.

Un mince sourire se dessine sur les lèvres rosées de la jeune femme, renforcé par le rictus malicieux que porte son vis-à-vis. Ça lui va bien. C’est indéniable. Malgré ses efforts, un silence s’installe. Enfin, un silence bien relatif, puisqu’autour d’eux la foule continue de se faire entendre et les coups continuent de pleuvoir. Toutefois, l’espace d’un instant elle a vraiment l’intention qu’un silence s’installe entre eux. C’est étrange. Il lui fait remarquer qu’il lui semble l’avoir déjà croisé. Elle a beau réfléchir elle ne voit pas vraiment où elle aurait pu croiser cet inconnu. Son visage est plutôt remarquable, elle s’en serait souvenu. Non, vraiment, elle a beau réfléchir et se creuser la tête. Elle ne voit pas. Elle se mord la lèvre inférieure, un peu gênée.

— Je pense que je m’en souviendrai si je vous avez déjà croisé quelque part. Vous avez dû me confondre avec une autre.

Ses yeux le scrutent de nouveau. Juste au cas où. Peut-être qu’un souvenir fugace se manifestera. Pourtant rien du tout ne lui vient. Il a vraiment dû la confondre avec une autre.

— Je m’appelle Oppia Musca. Ravie de faire votre connaissance.

Un nouveau sourire se dessine sur les lèvres de la jeune femme. Etrangement, elle est incapable de détacher son regard du visage de ce Numerius. Qu’a-t-il de si particulier ?   


           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         


Oppia Musca
Sometimes I wonder if there's something wrong with me. Perhaps I've spent too long in the company of my literary romantic heroes, and consequently my ideals and expectations are far too high.
Re: Eyes on fire ♔ Numerius    




Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « eyes on fire » ㄨ cordelia&connor
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Hazel -- Behind Green Eyes .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Amphithéâtre-
Sauter vers: