Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Répertoires des liens
Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jeu 4 Déc - 22:15
Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité


Mon Histoire

Un jour il est entré dans notre cellule et il s'est mis à crié. Je ne comprenais pas. Ma mère semblait le supplier, mais l'homme ne se calmait pas... alors il l'a frappée, frappée jusqu'à ce qu'elle ne dise plus rien... Elle était encore en vie mais trop faible pour pouvoir continuer à arpenter les routes pour être vendue. Alors les marchands... sous mes yeux embués de larmes... décidèrent qu'il en était fini d'elle et la pendirent. Elle est morte sous mes yeux...et j'ai hurlé ma douleur, comme jamais encore je ne l'avais fait. C'était la première fois que j'avais vraiment mal ! Je ne comprenais pas qu'on puisse autant souffrir. Je ne comprenais pas pourquoi elle était morte, alors qu'elle était bien plus forte que moi, alors que j'avais encore besoin d'elle...

"Et puis je n'ai plus pleuré"
J'avais compris qu'il ne servait à rien de répandre mes larmes, que cela n'allait pas la ramener. Il était trop tard, elle avait fait son temps et les Dieux l'avaient rappelée. Néanmoins je n'oublierais jamais cette scène. Elle allait rester graver dans ma mémoire pour ne jamais s'estomper. J'étais trop jeune pour perdre ma mère, mais la vie était ainsi faite, j'avais su que cette vie n'allait sûrement être tendre, car après tout j'étais à présent seule. Les autres esclaves destinés à être vendus, ne compatissaient pas à ma douleur. Il faut dire qu'ils avaient peut-être déjà vécu pire et je ne devais peut-être pas me plaindre. Non franchement alors que je vais poursuivre mon histoire vous allez comprendre que je n'ai vraiment pas à me plaindre. Les domini violents ne sont pas nombreux mais il y en a.

J'étais destinée à être esclave, nous l'étions depuis 3 générations. Je savais donc ce à quoi j'étais vouée. Ma mère m'avait appris à être obéissante, j'avais entendu parler d'esclave battu, j'avais moi même déjà essuyé quelques corrections de la part des marchands d'esclaves. Ils ne sont pas les plus tendres... Dans mes souvenirs il y en avait un qui s'amusait à battre chacun de nous juste par plaisir. Celui là n'avait aucun honneur, ma mère m'avait interdit de réagir à ses coups, de ne jamais le contrarier. et j'avais suivi son conseil à la lettre. J'étais donc habituée aux traitements de ce genre. Mais je n'avais plus peur,car je savais qu'un jour j'allais être vendue et que cela n'allait pas être pire. Cela ne pouvait pas l'être. J'avais néanmoins peur de ce que l'avenir me réservait, j'étais à présent seule au monde... je n'avais plus les bras de ma mère pour me réconforter des craintes sur l'inconnu qui allait arriver.

L'organisation d'une vente d'esclave prend du temps, mais est fortement rentable pour celui qui récolte l'argent. Evidemment les marchands d'esclaves font tout pour ne pas abîmer à marchandise avant que celle-ci ne soit vendue...  Surtout si c'est un esclave recherché pour certaines de ses qualités. Lorsque nous allions être vendue nous le savions, parce qu'on nous nourrissait pas trop mal et personne ne nous battait les trois jours précédents la vente
Moi mis à part que j'étais très jeune et donc durable, si je peux m'exprimer ainsi, je n'avais rien d'exceptionnel. Aussi je m'étais attendue à ne pas être vendue et donc être envoyée dans un endroit encore plus terrible. Je n'étais encore qu'une enfant, mais je savais qu'il valait mieux pour un esclave d'être acheté par un Dominus... un vrai citoyen. Plutôt que de rester avec les marchands.
Je n'étais pas une esclave de grande qualité, je le savais. Pourtant, j'avais cette envie malsaine de me sentir importante aux yeux des acheteurs qui s'amassaient devant nous, nous touchaient, nous palpaient pour voir nos muscles, nos yeux, nos dents, bref pour vérifier que nous étions en bonne santé. Bien sûr nous l'étions. Je m'attendais à ce que les acheteurs passent leur chemin en voyant que j'étais plutôt jeune, pour moi ils auraient préféré choisir un homme musclé de grande taille pour les tâches les plus difficiles. Mais un homme, qui avait passé, bien plusieurs minutes à m'observer sur tous les angles, sans que je fasse un seul mouvement, demanda mon prix. Je fus surprise, et mon propriétaire à l'époque (donc le marchand) aussi. Il tenta de lui vendre quelque chose de "plus appropriée" (et aussi de plus chère) mais l'homme avait précisé que j'étais exactement ce qu'il recherchait. Alors je fus vendue.

J'appris donc dans la même journée, soit quelques instants après que j'allais être un cadeau. Un cadeau de mariage. Personnellement je m'en fichais... et j'avais peur. Je ne savais pas où je mettais les pieds et qui allaient être mes nouveaux maîtres. C'était la première fois que je voyais la ville de Rome. C'était une grande ville et je ne connaissais personne. Alors pour m'encourager, je me souviens avoir chanter une chanson dans ma tête, une de celles que me chantais ma mère pour que je m'endorme le soir. J'étais un peu plus rassurée mais le stresse de l'inconnu était toujours présent.

Je me souviens être arrivée dans une grande demeure. Je savais que c'était là mon nouveau logis, enfin mon nouveau lieu de travail plutôt. J'étais nerveuse comme jamais. Seule. Livrée à moi même dans cet endroit inconnu. Pour la première fois, je serais esclave d'une famille d'un Dominus et d'une Domina. On me présenta à eux. Bien sûr je ne dis rien... j'avais appris à tenir ma langue, tant qu'on ne m'avait pas autorisée à parler.

"Tu seras Nasica"

Mon nom... c'était le mien. A présent je faisais partie de cette maison, j'étais esclave de Marcus Claudius Celsus et Helvia Claudia Scaevola, son épouse. J'avais pour ordre de ne pas utiliser ni mentionner mon ancien nom. Ainsi j'étais, je suis et serai Nasica.
Au début il me fut un peu difficile d'affronter mon angoisse. Ne connaissant pas mes nouveaux maître, je ne savais quels erreurs éviter. Mais j'appris vite à me faire à cette vie. Et puis un précepteur m'enseigna à lire et à écrire à la demande de mes maîtres. J'étais heureuse d'apprendre. Jamais je n'avais eu l'occasion de lire et d'écrire du latin... je me sentais fort intelligente lors de ces leçons. Il me fallut bien deux ans pour maîtriser parfaitement la langue des Romains.

Bien entendu j'appris également les us et coutumes de ce peuple. J'allais passer ma vie à les côtoyer autant m'intégrer parfaitement. C'est ainsi que je me suis intéressée à la religion romaine et que j'ai quelques fois prié Vesta.
Les autres esclaves étaient gentils avec moi et ils étaient devenus pour la plupart, mes amis. Je travaillais dur, je ne voulais pas être battue. Les marchands nous avaient de nombreuses fois punis pour du travail mal fait, et mon inconscient s'en souvenait encore. Il m'arrivait et il m'arrive toujours de faire des cauchemars sur cette époque... sur ma mère également. Je suppose que cela ne disparaîtra vraiment jamais.

Les travaux que l'on donne aux esclaves sont multiples, on lave le linge, on va faire des courses, on porte des message, on entretien la villa, on sert les invités durant les grandes réceptions. Cela est fatiguant, mais généralement nous sommes habitués et j'étais courageuse. Même lorsque j'avais huit ans, je ne m'étais jamais plaint de ma condition. Ma mère m'avait enseigné à ne jamais cracher sur ma condition. : "Peu importe la dureté de ta situation, il est toujours possible de tomber sur plus horrible, alors ne te plains jamais de ce que tu as" C'était ce qu'elle m'avait dit. J'avais peut-être oublié mon ancien nom mais je n'avais pas oublié ma mère et ses précieux conseils...

Je grandis donc en effectuant chaque jour les même tâches sans broncher, la vie n'était pas tous les jours facile, mais après tout j'étais esclave.

Je venais juste d'avoir seize ans lorsqu'on me nomma esclave personnelle d'Helvia Claudia Scaevola. Je dois bien avouer que lorsqu'on vint me chercher alors que j'étais en train de laver le sol pour me dire que la maîtresse voulait me parler,... j'eus peur. J'avais cru à l'époque, que j'avais fait une quelconque bêtise. Mais non. La surprise remplaça vite ma frayeur. Pourquoi moi ? Ceci dit je ne posa aucune question et contentais d'accepter... enfin non ça je n'avais pas eu le choix, mais me contentais de vaquer à mon nouveau rôle. Je ne regrette rien.

Au début je n'osais pas trop affirmer ce que je pensais, évidemment nous ne parlions pas beaucoup je me contentais d'obéir à ses ordres et puis petit à petit, j'appris à apprécier cette femme que je connaissais peu avant de devenir son esclave personnelle. Jamais elle ne levait la main sur moi. Je lui en étais reconnaissante, j'avais de nombreux privilèges, comme celui de me balader à ma guise dans et en dehors de la ville. Je peux affirmer maintenant qu'elle a confiance en moi et il ne m'a jamais effleuré l'esprit de trahir cette confiance. Je dois dire que j'étais la seule esclave à être aussi proche d'elle. Je ne la quittais presque pas de la journée, après tout je prenais mon travail au sérieux. Notre confiance mutuelle s'est développée et j'ai appris à parler avec franchise avec ma Domina, je sais qu'elle ne s'en offusque pas. Lorsqu'elle me demande conseil, j'essaie de répondre du mieux que je peux. Ma mère m'avait dit que la fidélité était la chose la plus importante au monde et je m'efforçais toujours de rester fidèle et franche avec ma Domina. C'était une règle que je ne transgressais jamais. Après tout j'ai toujours eu un certain franc parlé.  
Je pense que nous avons peu de secrets l'une pour l'autre...

En fait si il y en a eu un. Mais jamais je n'ai osé demander. Jamais je n'en ai parlé.
Cette nuit là a scellé notre destin... Je dormais lorsqu'on est venue me réveiller pour me dire que le maître était mort. Personnellement je n'en étais pas affligée car je n'étais pas proche de lui et je ne l'avais jamais vraiment apprécié. Je savais également que ma Domina n'étais pas si proche de lui que cela, mais cette histoire entre eux deux ne me regardait guère.
Il était mort et bien sûr le comportement d'Helvia Claudia Scaevola intrigua tout le monde. Evidemment elle fut soupçonnée. Moi je ne savais que penser. Des questions fusaient dans mon esprit... m'en aurait-elle parlé ? Non. Devais-je moi aussi la soupçonner ? Ce n'était pas mon devoir.
Alors je n'ai rien dit, même si la question me brûle encore et toujours les lèvres, je n'ai jamais demandé ce qui s'était passé. Parce que je ne veux pas savoir, parce que cela ne me regarde pas et parce que je sais qu'elle ne répondra pas.

Après la mort du Dominus, nous sommes parties. Elle a vendu beaucoup des esclaves qui étaient dans la villa. Moi je suis restée. Triste néanmoins de quitter Rome et de laisser la plupart de mes amis qui appartenaient à de nouveaux maîtres à présent.
Pompéi nous a ouvert ses portes un beau matin et je fus émerveillée par cette ville. J'étais de nature curieuse et cette nouvelle vie s'annonçait pleine de nouvelle chose. Nous nous sommes installées dans cette cité que j'ai appris à connaître.

Malgré cet événement qui nous a conduites ici. Notre relation n'a pas changée. Cela fait dix ans que nous sommes à Pompéi... je m'y plais et je sais que je servirais ma domina jusqu'à ma mort. Je suis toujours là à ses côtés et j'ai toujours le droit de me balader en ville librement, lorsque j'ai le temps ou bien lorsqu'on me charge de missions importantes. Je ne compte pas la décevoir... je lui dois ma situation qui est plutôt bien aisée, pour une esclave.


Liens recherchés :

Je suis ouverte à toutes vos propositions. J'aime les liens bien compliqués qui envoient du pâté Wink
© pyphi(lia)
Nasica
Jeu 4 Déc - 22:16
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Garçons

Lucius Pompeius Publicola
Au début, nos relations à Pompéi n'étaient pas au beau fixe. Il faut dire que je n'ai pas vraiment apprécier de voir ma Domina malheureuse à cause d'un homme. J'ai donc pris les choses en main. Je ne suis pas du genre à rester sans rien faire et je suis assez fière de l'avoir fait, car depuis lors la relation entre ma maîtresse et vous s'améliore grandement. Mais je veille à ce qu'elle ne se détériore pas, je vous ai à l’œil même si je commence à vous apprécier et je reconnais que vous n'êtes pas si obtus que ce que l'on peut dire.
Zephyre
Il y a quelque chose que je n'ai pas compris... Pourquoi m'as-tu reproché le fait de faire mon travail d'esclave et ma fidélité. Tu n'es pas esclave au contraire tu fais parti de ceux que j'appellerai les maître. J'ai été tout d'abord sans voix face à tes reproches, et puis je t'ai trouvé fort étrange tu m'intrigue et je me demande bien pourquoi de telles idées étranges contre l'esclavage t'habitent... il va falloir que je perce ce mystère et puis je déteste que l'on m'insulte presque pour un travail que j'accompli parfaitement.

Actium
Nous étions proches lorsque nous étions plus jeunes, je me souviens que notre "amitié" avait commencé tout simplement, tu m'avais offert de jolis présents, et nous avions appris quelques leçons ensemble. Je n'ai jamais perdu mon affection pour toi, malgré le fait que tu ne sois pas revenu, je ne t'ai jamais revu. Mais j'espère retrouver le petit garçon qui avait été un peu mon ami lorsque nous étions enfants. Les choses ont peut-être changé mais mon respect et ma considération pour toi non.
Appius Maenius Valerius
Tout a commencé le jour où tu m'as sauvée la vie. Tu venais de commencer de travailler pour ma Domina, enfin tu lui rendais quelques services. Nos rapports étaient alors plutôt neutres. Et puis lorsque tu as tué ce serpent qui menaçait mon existence, tout a changé, tu es devenu un grand frère pour moi et nous nous sommes rapprochés, à présent mes sentiments ont évolué vers quelque chose de plus intime. Mais je ne t'en ferais pas part, je ne veux pas gâcher notre amitié, surtout si ce que je ressens n'est pas réciproque.

Nom Prénom
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam porttitor enim sagittis risus adipiscing venenatis. Sed fringilla condimentum mi, sed lobortis nibh consequat id. Vestibulum ligula nulla, blandit molestie leo volutpat, aliquam rutrum enim. Suspendisse magna leo, congue non vulputate ac, malesuada vitae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.
Nom Prénom
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam porttitor enim sagittis risus adipiscing venenatis. Sed fringilla condimentum mi, sed lobortis nibh consequat id. Vestibulum ligula nulla, blandit molestie leo volutpat, aliquam rutrum enim. Suspendisse magna leo, congue non vulputate ac, malesuada vitae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.


Dernière édition par Nasica le Dim 3 Mai - 14:31, édité 1 fois
Jeu 4 Déc - 22:16
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Filles

Helvia Claudia Scaevola
Ma Domina, celle que je servirai jusqu'à la mort sans sourcilier. Je sais que j'ai de la chance de l'avoir comme maîtresse. Jamais elle n'a levé la main sur moi et je lui en suis reconnaissante. De plus nous nous respectons mutuellement et je pense que nous partageons l'une pour l'autre une affection réciproque. Cela fait tellement longtemps que nous sommes liés que je la sers comme je le peux, je ne la trahirai jamais, car en plus d'être ma Domina, elle est aussi devenue une personne de confiance que je respecte, une amie.
Daeira
Daeira est une jeune esclave que j'ai rencontrée alors que nous vivions à Rome et que ma Domina rendait visite à la sienne. Nous nous entendions bien. Et depuis que nous nous sommes revu à Pompéi, nous nous sommes rapprochés, heureuses de nous retrouver. Daeira est comme une petite soeur pour moi, elle est encore jeune et je me dois de la guider et de la protéger face aux dangers de ce monde.

Nom Prénom
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam porttitor enim sagittis risus adipiscing venenatis. Sed fringilla condimentum mi, sed lobortis nibh consequat id. Vestibulum ligula nulla, blandit molestie leo volutpat, aliquam rutrum enim. Suspendisse magna leo, congue non vulputate ac, malesuada vitae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.
Nom Prénom
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam porttitor enim sagittis risus adipiscing venenatis. Sed fringilla condimentum mi, sed lobortis nibh consequat id. Vestibulum ligula nulla, blandit molestie leo volutpat, aliquam rutrum enim. Suspendisse magna leo, congue non vulputate ac, malesuada vitae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.ae lorem. Mauris tincidunt vel ligula nec porta. In hendrerit ipsum non lacus ultricies, ut faucibus urna blandit. Sed eu leo ac nibh ultrices tincidunt vel eu augue.


Dernière édition par Nasica le Dim 3 Mai - 16:04, édité 1 fois
Jeu 4 Déc - 22:16
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

+1 à vous Coeur
Patricien
Dim 7 Déc - 20:15
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 11/05/2013
₪ Ecrits : 2402
₪ Sesterces : 63
₪ Âge : 42 ans
₪ Fonction & Métier : Duumvir

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Verba volant, scripta manent.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Époux de la louve et amant de la vipère.
Voir le profil de l'utilisateur

Coucou toi Wink
Je viens ici pour te présenter le lien que j'avais avec l'ancienne Nasica. On peut le disséquer, le changer, en bref en faire ce que tu souhaites bien entendu ^^

Citation :
Entremetteuse → Non mais vous y croyez vous à une esclave qui s'adresse sur ce ton à un patricien sans faille et sans reproche ? C'est à en tomber de son fauteuil... Encore heureux, je sais qui t'emploie petite, si bien que tes frasques, je te les passe, surtout lorsqu'elles contribuent à ma réconciliation avec ta domina. Depuis, notre relation évolue petit à petit. Nous sommes partis du mauvais pied mais aujourd'hui je sais que tu veilles sur nos secrets et je t'en suis reconnaissant. J'en viens même à apprécier ton esprit, comme quoi, je ne suis pas si obtus qu'on pourrait le croire...

Pour expliquer un peu plus avant : Publicola et Helvia entretiennent une liaison depuis quelques années à présent. Une liaison qui fait écho à celle qu'ils ont eu jadis, quand ils avaient la vingtaine et qu'Helvia était tout juste mariée.

Les seules personnes au courant de la liaison sont Nasica et Cicero (l'esclave confident de Lucius) ce qui fait qu'il y a forcément une relation de confiance entre Nasica et Publicola. On était parties, à la base, sur l'idée que Nasica avait fort peu apprécié qu'Helvia soit si malheureuse, il y a cinq ans de cela, lorsque Publicola l'a repoussée (avant de finir par céder XD les hommes sont faibles) et qu'elle ne s'était pas gênée pour le lui dire d'ailleurs.

D'où un lien qui a une base fort houleuse, qui aujourd'hui s'apaise peu à peu. Mais si ça ne va pas avec ce que tu imagines de ton personnage, je suis prête à changer tout ceci Wink



Césars:
 

Mes enfants me font tourner en bourrique...:
 





Mar 9 Déc - 13:25
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

L'idée me plait. Coeur Ce lien me convient parfaitement Smile. Et je rajouterai : Du côté de Nasica je pense qu'elle voudrait même garder un œil sur le comportement de Publicola, afin qu'il ne (re)détériore pas la relation qu'elle a presque réussie à réparer. Elle le surveille quoi et s'en méfie encore un peu mais commence à l'apprécier ^^.
Plebe
Mar 9 Déc - 20:01
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 07/01/2014
₪ Ecrits : 89
₪ Sesterces : 0
₪ Âge : 34 ans
₪ Fonction & Métier : Commerçant, intrigant et mécène

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Trahit sua quemque voluptas.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Marié à Lucilla Cornelia Secunda
Voir le profil de l'utilisateur

C'est super ! Hâte de pouvoir jouer cela avec toi Wink


Tout a l'air si compliqué. Tout est si simple pourtant. Si j'avais eu la lune, si l'amour suffisait, tout serait changé.
Jeu 11 Déc - 16:12
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Cool Smile hâte de pouvoir jouer cela avec toi également Coeur. Je t'ajoute donc Very Happy
Mar 23 Déc - 11:52
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Je viens réclamer mon lien ! héhé Superman Coeur
Ven 26 Déc - 23:18
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Bien évidemment Very Happy tu as une idée particulière en tête ou tu viens en touriste ? ^^ x)
Sam 27 Déc - 12:07
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Je viens à moitié en touriste XD. Je me disais que comme Nasica c'est plutôt tout l'opposé de Zephyre se serait intéressant de jouer la dessus. Je l'imagine bien essayer de l'a prendre de haut. Pour lui se serait un peu une godiche de base puisqu'elle obéit et n'envisage pas de se rebeller ni rien (si j'ai bien compris). Je pense que du coup ça l'amuserait de l'a malmener un peu. Coeur Après ce n'est qu'un début d'idée.
Sam 27 Déc - 16:54
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Oui, après faudrait savoir si Nasica est au courant que c'est un esclave en fuite ou pas... J'ai une idée (c'est rare ^^ !) Donc imaginons, ils auraient pu se croiser dans les rues de Pompéi, Zephyre aurait pu la voir effectuer une tâche pour sa Domina, serait-il du genre à essayer de la raisonner ? Ou bien l'insulter ? Nasica n'aurait pas pu se défendre étant donné qu'elle n'allait pas mal parler à quelqu'un qui est sans doute supérieur à elle sur le plan civil. Mais elle chercherait à comprendre ce qui pousse Zephyre à traiter les esclaves fidèles de cette façon et essaierait donc de percer son secret à jour. Elle ne comprendrait pas pourquoi un citoyen (parce que pour elle c'en est un) lui reprocherait d'être une bonne esclave et trouverait cela louche.
Sam 27 Déc - 22:21
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Ah oui j'aime bien l'idée !! (avec tous les gens qui veulent percer son secret, il va finir par se faire fort bien griller Xd) Il pourrait essayer de l'embrouiller s'il se rend compte qu'elle cherche à savoir trop de chose ou si elle devient gênante. Very Happy
Ven 2 Jan - 18:16
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Cool ! Je t'ajoute prochainement alors Wink
Ven 2 Jan - 21:17
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Very Happy a moi ! pompom
Mar 24 Fév - 1:35
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Salut ma petite. Je viens pour discuter d'un petit lien Yeux roses

Alors voilà, la raison de ma venue est très simple, Nasica et Appius se connaissent forcément. Je m'explique. Appius est depuis quelques temps maintenant un homme de main de Helvia, pour pas dire son homme de main. Elle a une confiance absolue en lui, et lui a montré a de nombreuses reprises. Il fait aussi office de garde rapprochée en cas de besoin. Ancien maître d'armes de la légion, puis gladiateur, il est un redoutable combattant qui peut protéger sans soucis sa maîtresse.

Pour parler du gus en lui-même, je dirais que d'apparence il pourrait paraître bourru et violent, mais en fait c'est ... Un gros nounours. Très gentil, attentionné, même s'il est prêt à faire beaucoup de choses pour Helvia, toucher à une femme ou à des enfants par exemple, ça il ferait jamais. Il serait aussi du genre à se montrer respectueux envers tout le monde, et même les esclaves.

De fait, pour commencer, comment est-ce que la petite percevrait le m'sieur? Yeux roses
Mar 24 Fév - 12:04
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Vouiiiiii un lien !!! Coeur Et bien étant donné que Nasica est au service d'Helvia depuis longtemps et est son esclave personnelle, oui, ils se connaissent forcément. Donc je verrais du positif personnellement, Nasica n'est pas du genre à détester quelqu'un, surtout s'il a été gladiateur, elle ne l'avouera jamais, mais elle les trouve mignons ^^. (groupie power x)). Je pense qu'au début ils auraient pu être juste de simples connaissances ne prenant pas forcément le temps de se connaître. Et puis un événement aurait pu faire qu'ils se rapprochent et qu'ils se confient l'un à l'autre (genre un serpent va pour mordre Nasica sans qu'elle le voit, Appius pourrait lui sauver la mise, ou un truc du genre ^^), après reste à savoir sur quoi ils sont partis comme relation, une amitié proche ou même une relation grand frère/petite soeur. Ils se protégeraient même l'un l'autre (quoique je vois mal comment Nasica peut protéger une masse de muscle x) ). Ou on peut partir sur une relation un peu plus ambiguë. C'est comme tu le sens

Mar 24 Fév - 13:20
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Ohoh, elle le trouverait mignon? Intéressant What a Face

J'aime bien l'idée du serpent comme brise-glace moi Yeux roses
Je suppose qu'elle aurait pu voir grâce à ça qu'il était plutôt un bon gars malgré son allure un peu de gros bourrin. Sinon, pour ce qui est de la protection, elle peut tout simplement le prévenir une fois d'un danger dans son dos ou ce genre de chose. Ou alors cela pourrait plutôt être ... Mental disons. Du genre à comprendre de suite quand quelque chose le tracasse et le forcer à en parler, ou dans ce genre là. Toujours sur la protection, concernant la prochaine intrigue, normalement Appius va passer son temps à vous protéger toute les deux Yeux roses

Concernant la relation à voir. Pour le côté ambigu, tu voyais plus genre un atrait physique ou quelques sentiments par dessous? Very Happy
Mar 24 Fév - 13:42
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Ça dépend s'ils ne sont pas super proches c'est plus physique mais si une relation de confiance s'instaure, Je vois bien Nasica avec des sentiments pour Appius ^^.
Mar 24 Fév - 15:29
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Boh, je pense que vu le temps qu'ils se connaissent, leur caractères respectifs, et la régularité de leurs échanges, ils pourraient être assez proches. Du coup, moi, ce que je propose. Ils auraient pu développer un petit truc genre frère/sœur, et avec le temps, et l'attention qu'il lui aurait porté, elle aurait pu tomber amoureuse. Par contre, lui, ne verrait rien. Très maladroit dans le domaine du cœur, lui ne croit pas vraiment au grand amour. Pour faire simple il a été élevé par son père seul, abandonné par sa mère peu après sa naissance, il a grandit dans l'optique bah que l'amour c'est de la merde, ça fait faire que des conneries en plus de briser le cœur, et ce genre de choses. De fait, il ferait pas vraiment attention aux petits "signaux" qu'elle pourrait émettre. Lui, au final, ne la trouverait que plus charmante que d'habitue et plus agréable, sans réellement se demander pourquoi.

Sous réserve de toute autre évolution possible bien entendu. Qu'en dis-tu?
Mar 24 Fév - 15:53
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Moi ça me va parfaitement Smile
Mar 24 Fév - 16:58
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Heureux que ça te plaise alors Yeux roses

Si jamais t'es libre on peut se faire un petit rp peut-être? Very Happy
Mar 24 Fév - 21:17
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Et bien tout de suite je suis pas dispo, mais je t'enverrai un mp dès que j'ai remplis mes obligations
IRL Smile
Mer 25 Fév - 0:35
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Parfait alors, j'attendrai avec impatience Yeux roses
Sam 21 Mar - 18:51
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Invité

Bonjour jolie madame ^^
Un petit lien te dirait-il ?
Vu que tu es l'esclave préférée de ma domina adorée Please
Re: Nasica : "On est à nouveau comme les deux doigts de la main ?"   




Contenu sponsorisé

Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (F/LIBRE) vanessa hudgens + comme deux doigts d'une main.
» PAVEL - Tu me plaques comme une affiche au mur, je porte plainte pour coups et blessures. J'étais à deux doigts de finir fou de toi.
» A deux doigts de la mort. [Terminé]
» Comme les doigts de la main
» Deux doigts qui se frôlent reprennent espoir ✗ le 22/02 vers les 18h18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Répertoires des liens-
Sauter vers: