POMPEII fait un break jusqu'à début novembre pour se refaire une santé >>> Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 confidences. ft Caeso ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité



Message(#) Sujet: confidences. ft Caeso ♥ Lun 29 Sep - 10:48


gif richard maddengif freya mavor
Confidences


L'ombre de sa frêle silhouette se projetait sur le mur du temple de manière exagérée. Longtemps, Ilithyia demeura à la regarder, se demandant si c'était là le message qu'elle était venue chercher. Dehors, on la voyait telle qu'elle était ; pourtant, Venus lui renvoyait sa part d'obscurité, démesurément grande. Cette ombre, elle atteignait presque le sommet des colonnes. Une image pour l'inciter à ne pas se décourager. Le présage de sa grandeur d'âme... ? Même si cela lui mettait du baume au cœur, elle peinait à le croire.

« Lucretia ! Votre frère s'est remis, dit-on ! » Extirpée de ses songes brusquement, la plébéienne releva doucement la tête en direction de l'importun. « Transmettez-lui mes amitiés ! Pardonnez-moi, je ne vous salue que de loin, je suis très occupé. Il se fait tard, vous devriez rentrer ! » A quoi bon répondre ? Le temps qu'elle mette un simple nom sur son visage, le tanneur s'était déjà enfui.
La jolie blonde fronça les sourcils et soupira de lassitude. Une main posée sur son front, elle contempla effectivement le ciel et son soleil couchant.

Bien qu'apprêtée et fraîchement habillée, elle semblait plus pâle encore qu'à l'accoutumée. Ses dernières semaines avaient été mouvementées, et trouver le repos s'était avéré compliqué. Elle était fatiguée. Fatiguée d'avoir prié les Dieux sans cesse pour réclamer le rétablissement de son frère -car après la défaite des Lucretii aux Jeux, son état s'était inexplicablement dégradé. Fatiguée d'être restée à son chevet nuit et jour dans la terreur de le perdre. Puis, ces derniers jours, fatiguée de supporter ses remontrances et ses mises en garde contre les gens dont elle avait cru bon de s'entourer. Épuisée par ses caprices et ses piques arrogantes, dont elle était devenue la cible au même titre que leurs esclaves.

Oui, tous ces mois de craintes étaient bel et bien révolus : Titus Lucretius Fronto était finalement guéri. Il remarchait déjà et se promenait même dans la villa. Faiblard, mais non plus alité à longueur de journée avec une fièvre à faire succomber les Dieux. Et Lucretia était ravie, bien entendu. Ou du moins, en partie... Car avec l'amélioration de son état de santé, son aîné reprenait ses marques et ses vieilles habitudes. Il s'imposait de nouveau, et elle, voyait peu à peu s'effondrer le petit empire qu'elle avait su construire au fil des semaines.

Elle savait, que rien ne serait plus pareil. Que même si Fronto avait reconnu son mérite et l'avait remerciée de s'être occupée de tout, il ne la laisserait plus toucher à ses affaires comme elle avait été libre de le faire. Elle était d'accord pour partager, mais lui bien trop fier. Et pour être tout à fait honnête, le temps où l'avenir du ludus reposait sur ses épaules lui manquait. Ecartée de sa gestion pour s'occuper des maux de son frère, Ilithyia avait délégué, à son Doctore et à ce beau marchand d'esclaves, Caeso. Désormais, alors qu'elle était plus que jamais sûre de tout perdre, elle était nostalgique du temps où elle avait dû prendre les décisions et s'imposer. Cette expérience l'avait grandie, changée. Elle n'était plus la même, et si l'enfant fragile était toujours là en elle, elle n'était plus aussi encline à accepter la domination de Titus qu'autrefois.

La plébéienne avait peur, d'être oubliée à nouveau. Ce pourquoi le rétablissement de son frère ne parvenait pas à la réjouir totalement. Qu'allait-elle devenir, alors qu'elle s'était préparée à briller ? Et qu'elle s'en voulait, de se surprendre à souhaiter du mal à son aîné ! Aurait-il mieux valu qu'il ne s'en sorte pas ? N'était-elle pas odieuse de penser cela ?!

Aussi était-elle venue chercher repos et réconfort auprès de la puissante Venus. A ruminer aux portes du temple qu'elle ne pouvait franchir. Si seulement la Déesse pouvait l'orienter vers un moyen de l'apaiser...

« Il a raison. Les rues de Pompéi de nuit ne sont ni sécures ni élégantes pour une jolie femme. Et le jour décline. Vous devriez vous mettre en route pour la villa. »

Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Elle s'était crue tranquille, et voilà qu'on la dérangeait encore... ? Pourtant, à peine se fut-elle tournée que la vision de l'homme étira sur ses lèvres son premier sourire de la journée. Bien sûr que cette voix, elle la connaissait ! Lui, en vérité, ne l'importunait pas. Au fil des mois, elle avait appris à l'apprécier. Peut-être un peu trop, car il la rassurait.
Mais soudain, le rouge lui monta aux joues, car Lucretia se rappela qu'elle l'avait évité. Elle s'était effacée pour subvenir aux besoins de son frère, et peut-être le marchand d'esclaves lui en avait-il voulu. Il ne semblait pas vexé, mais comment s'excuser … ?

« Caeso... voilà bien longtemps que nous ne nous sommes vus. Si je m'attendais à vous voir ici... »

Elle avait peu à voir avec la jeune femme mutine et déterminée qui s'était présentée à lui les premières fois. Elle semblait plus ouverte, plus tourmentée, plus fragile. Plus encline aussi, à se faire réconforter...

© Rider 0n the Storm


Dernière édition par Lucretia Ilithyia le Sam 11 Oct - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: confidences. ft Caeso ♥ Sam 4 Oct - 18:37



    Un plan même presque parfait ne peut malheureusement pas toujours se dérouler tout à fait parfaitement. C'était au grand dépit de Caeso Epidius Statius ce qui se passait actuellement pour lui. En effet, alors que la conquête du ludus Lucretius était le prochain objectif de la vie du jeune homme, il semblait que cette possibilité était sur le point de lui être enlevé. Malade pendant des mois, le patron du ludus était, semblait-il, revenu à lui quelques temps plus tôt, obligeant Caeso à s'adapter.

    Déçu, le jeune homme avait évité Lucretia Ilithyia pendant quelques temps. Il avait longtemps cru -et espéré- que la jeune femme serait son ticket gagnant pour s'emparer du pouvoir. Il semblait que cela ne serait pas le cas. En fait, il était dépité car aucune idée brillante ne lui venait pour écarter Titus du pouvoir maintenant qu'il était revenu lui-même. De plus, même si il était ambitieux, Caeso n'avait pas bon fond et il n'avait pas souhaité voir la disparition définitive de Titus. Il s'était contenté de prendre avantage de la situation, sans l'avoir créer lui-même. Il n'était ni tueur ni lâche, pour étouffer un malade dans son sommeil... il aurait donc du se douter que Titus avait la possibilité de reprendre du poil de la bête.

    La nouvelle de la remise en forme de Titus avait traversé la plèbe de part en part. On ne s'y attendait plus, de fait. A chaque fois qu'on lui apprenait la nouvelle -ou du moins qu'on pensait la lui apprendre- Caeso avait l'impression qu'un poignard venait une nouvelle fois plonger dans son coeur déjà bien amoché par ce qui s'était passé. Toutefois, le rappel qu'il entendit une fois de plus au Temple de Vénus -il y était venu à la demande expresse de sa chère mère, inquiète- fut sans doute le plus cruel. Un autre homme que lui -c'était d'ores et déjà désagréable- parlait à Lucretia.

    Cette femme qui n'était pas la sienne, ni même sa fiancée, était devenue très proche de lui, ces derniers temps. Effectivement... Ils avaient passé ensemble plus de temps qu'il n'avait jamais passé avec une femme en dehors de celles de sa famille. Bien sûr, c'était pour la soutenir dans l'épreuve qu'elle vivait, mais le jeune homme avait aussi espéré plus. Avec Lucretia, Caeso s'était mis à rêver d'une autre vie que celle qu'il expérimentait désormais depuis bien trop longtemps, malheureusement. Avec cette jolie blonde, le jeune homme espérait découvrir les joies du mariage.

    Il avait aperçu Lucretia depuis quelques temps déjà, mais ne s'était pas manifestée, voulant la laisser tranquille, si c'était ce à quoi elle aspirait. Mais devant cet homme qui l'avait interpellé et la situation qui était bel et bien qu'il se faisait tard, Caeso Epidius avait fini par se rapprocher de la jolie blonde. Celle-ci avait semblé heureuse de le voir, même si Caeso avait remarqué qu'elle semblait à la fois bien plus fatiguée et tourmentée que quelques semaines plus tôt. Se pouvait-il que son frère la tourmente, maintenant qu'il revenait à la vie, tel un pantin désarticulé qui prenait vie ?
    La réponse de la jeune femme lui plut, même si elle ne disait en fait pas grand chose. Souriant avec sincérité, même si cela lui faisait mal au coeur de voir devant lui un avenir qu'il avait imaginé et appelé de ses voeux et qui n'allait finalement pas se réaliser. Lucretia n'y était pour rien, si son frère était revenu d'entre les morts, après tout. “-Je ne m'attendais pas non plus à vous voir ici. Mais je n'allais laisser personne d'autre que moi-même vous raccompagner en sécurité jusque chez vous, Lucretia.” Un petit clin d'oeil lui vint aux yeux, tandis qu'il se rapprochait quelque peu de la jeune femme. “-Je gage qu'il sera agréable de discuter avec vous, comme toujours.” Se reprenant, toutefois, le jeune homme compléta: “-Si du moins vous en avez terminé avec vos prières ?” Il l'espérait car lui voulait absolument la présence de la jolie blonde à ses côtés. Ne serait-ce que pour caresser son rêve quelques minutes de plus.

Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: confidences. ft Caeso ♥ Sam 11 Oct - 15:49


gif richard maddengif freya mavor
Confidences

Il avait avec elle, des manières agréables et charmantes. Et Lucretia l'appréciait avant tout pour cela.  Contrairement à beaucoup d'autres, il n'était avec elle ni méfiant, ni méprisant, encore moins hautain et jamais non plus indifférent. Sa gentillesse et ses sourires lui avaient toujours parus sincères. Aussi s'en voulait-elle de l'avoir si longtemps laissé sans nouvelles, plus encore maintenant qu'il était près d'elle, chaleureux et prévenant comme au premier jour.

« Je crains malheureusement qu'elles ne soient vaines », avoua-t-elle en jetant un dernier regard au temple dressé derrière elle. Puis, forçant un sourire, elle prit la main qu'Epidius lui tendait.
C'était plus fort qu'elle. La vision du jeune homme et sa présence surtout, avaient le don de la réconforter dans les moments les moins faciles. Désormais, elle se sentait honteuse de l'avoir délaissé durant toutes ces semaines, alors même qu'il faisait tout pour la soutenir et lui être agréable. Une fois n'est pas coutume, il s'inquiétait encore de sa sécurité. « Je suis bien entourée, comme toujours », assura-t-elle en embrassant sa garde et ses esclaves du regard. « Mais il est vrai que votre compagnie ne saurait être de trop... »  
Par ces mots, elle l'invitait officiellement à mettre sa proposition à exécution. Converser tout en marchant avait des effets bénéfiques, elle en était persuadée. La perspective de devoir se justifier ne l'enchantait guère, mais par respect pour cet homme, elle jugea qu'elle avait suffisamment dissimulé ses raisons et qu'il n'était plus temps de reculer : elle lui devait des excuses, et une explication.

Joignant le geste à la parole, elle agrippa ainsi le bras du marchand, et se laissa entraîner par son pas viril. Quelque peu gênée de cette situation imprévue, elle demeura un moment lèvres closes et le regard vagabond. Il n'avait pas l'air de lui en vouloir, mais l'incompréhension et le doute étaient palpables, et elle en assumait l'entière responsabilité.

« Comment allez-vous ? » A priori, elle ne prenait aucun risque avec pareille question ; mais comme les mots peinaient à sortir de sa bouche, elle décida qu'il serait pertinent de commencer par les conventions. Cette interrogation aussi était sincère. Elle voulait savoir comment il avait vécu ces mois de silence pour mieux lui demander pardon. Elle avait eu bien des choses en tête mais cela n'excusait pas sa plus totale indifférence. Comment exprimer toutes les subtilités de sa situation sans le vexer ou l'ennuyer ? Pouvait-elle seulement lui confier tous ses tracas, sans briser l'image de la femme forte et responsable qu'elle s'était chaque fois employée à lui montrer... ?

« Je sais que je n'ai pas été des plus démonstratives ces dernières semaines, mais je tenais à vous remercier de tout ce que vous et votre famille avez fait pour moi. Vous m'êtes d'une aide précieuse et le soutien que m'offre votre sœur est très important pour moi ». Aussi la plébéienne s'arrêta-t-elle, osant tenir les mains d'Epidius entre ses doigts. Ses yeux vinrent s'ancrer dans les siens, le même bleu et la même douleur, la rencontre de deux âmes sœurs. « Ne m'en voulez pas pour mon silence, et ne prenez pas mon détachement pour du mépris ou de l'indifférence. » Elle parlait à voix basse, tant par humilité que pour éviter d'être entendue par ses esclaves. « L'état de santé désastreux de Titus m'a pris beaucoup de temps. Mes craintes m'ont éloignée de tout. Mais je vous ai toujours fait confiance malgré tout ».

Et les mots s'enchaînèrent finalement, alors qu'elle avait souhaité s'exprimer plus posément. Ainsi elle s'était dévoilée plus émotive, et plus ouverte. Plus fragile aussi, mais sans en faire des tonnes.
C'était inexplicable, elle tenait à cet homme et ne voulait pas risquer de voir s'étioler leur alliance. Son besoin de lui était aussi affectif que stratégique.

« Je vous suis et vous serai éternellement reconnaissante ».

Elle était loin de se douter bien sûr que son vis-à-vis n'était pas l'ami le plus innocent du monde.




© Rider 0n the Storm
Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: confidences. ft Caeso ♥ Lun 27 Oct - 17:45



    Revoir ses plans à la baisse n'était pas dans les habitudes de Caeso Epidius Statius qui avait l'ambition dans la peau. Ce besoin de prouver à tous qu'il n'était pas la cinquième roue de la charrette était palpable. Il le savait bien, en vérité, qu'il n'était pas aussi peu de choses. Toutefois, il préférait l'entendre à nouveau et s'en rendre compte par lui-même. Rencontrer la jolie blonde ici était peut-être un signe des dieux: un espèce de clin d'oeil de la part de ceux qui surveillaient avec beaucoup d'attention ce qui se passait au-dessous d'eux. Caeso était suffisamment pieux pour y voir un signe du Ciel, en tout cas. Il n'allait pas négliger cette possibilité de reprendre auprès de la Lucretia un contact qu'ils avaient noué pendant quelques semaines …

    Jusqu'à ce que le frère de la belle ne se remette de son malheureux accident.
    La tristesse semblait envelopper la jeune femme. Caeso, lui, ne pouvait s'empêcher de la regarder avec dans les yeux cette tendresse qu'il avait développé pour elle au cours des semaines pendant lesquelles ils avaient été si proches. Bien entendu, jamais aucun geste déplacé n'était venu ternir leur amitié -ce n'était pas une chose à faire avec la jeune femme- néanmoins, ils s'étaient tant rapprochés que la question d'une certaine intimité entre eux pouvait se poser.

    Certes, Caeso n'avait pas été sans remarquer qu'ils n'étaient pas seuls: esclaves et gardes, Lucretia était bien protégée. Toutefois, sa compagnie à lui avait bien une autre valeur et il entendait bien le faire savoir à la belle blonde. Sans s'en rendre compte, il avait retenu son souffle jusqu'à ce qu'elle lui indique, d'un battement de cils, qu'elle l'invitait bien évidemment à la rejoindre. Rassuré, le jeune homme laissa Lucretia s'emparer de son bras. Il était assez heureux, en vérité, qu'elle accepte sa présence auprès d'elle. “-Vous m'en voyez heureux, ma chère amie.” Une petite phrase, prononcée à voix basse, mais qui avait tout son sens.

    La première question qui suivit vint de la jeune femme. Comment il allait ? En vérité, c'était là une question que ce cher Caeso ne s'attendait pas réellement à trouver dans la bouche de Ilithyia. Il aurait pensé, plutôt, qu'elle parlerait de suite de son frère, veillant à bien rétablir entre eux la distance qui aurait existé à jamais si Titus n'avait pas eu cet accident lors du tremblement de terre. Caeso aurait compris pareille nécessité de lui faire reprendre sa place. Mais point du tout, Lucretia s'intéressait à lui. Touché, il eut un petit sourire lorsqu'il lui répondit. “-Je vais aussi bien que possible, Ilithyia. Serait-ce trop entreprenant de vous dire que je vais bien mieux depuis que mon regard a enfin pu croiser le votre ?”

    Il s'était pourtant juré de ne pas reparler de cette manière à la jeune femme. Elle ne pourrait plus être sienne, il l'avait compris. Le rétablissement de Titius avait tout changé. Mais alors qu'il pensait s'être fait à cette idée … Caeso fut confronté à une Lucretia se mettant à expliquer avec vivacité les raisons de son absence. Caeso qui avait toujours vu une jeune femme sûre d'elle et persuadée d'agir au mieux, se retrouvait face à une demoiselle qui montrait des émotions qu'il n'avait pas imaginé existantes. Se pouvait-il qu'il se soit trompé ? Que tout ne soit pas fini avec Lucretia ?

    “-Je ne saurais vous en vouloir, ma douce. J'imagine aisément combien vous avez du donner de votre temps à votre frère.”
    C'était vrai; lui-même avait la chance de bénéficier de l'aide de sa soeur. Il comprenait donc bien les devoirs fraternels. Néanmoins … Une question le taraudait et il se décida à l'aborder. “-Mais désormais, aurez-vous plus de temps pour vos amis ?” Il utilisait le pluriel à bon escient, ne voulant pas que la jeune femme ne pense qu'il ne parlait que de lui. Une protection bien faible quand il semblait si évident qu'il attendait d'elle bien plus que ce qu'elle lui avait donné dernièrement. Il espérait que Lucretia accepterait de passer plus de temps avec lui. “-Je suis toujours là, si vous en ressentez le besoin, ma très chère.” C'était dit. Comprendrait-elle le message qu'il souhaitait lui faire passer ? Cherchant le regard de la jeune femme, Caeso souhaitait lui faire comprendre qu'elle comptait à ses yeux. Ce qui était doublement vrai. Personnellement et … professionnellement.



HJ: ce n'était pas exactement ce qu'on avait prévu au niveau des sentiments de Caeso mais je le sentais plus comme ça I love you
Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: confidences. ft Caeso ♥ Ven 14 Nov - 11:32


gif richard maddengif freya mavor
Confidences

Charmeur, il l'était depuis le premier jour, mais ç'aurait été mentir que d'affirmer qu'Ilithyia ne s'en réjouissait pas. Elle savait reconnaître la flatterie sincère -du moins le pensait-elle, et les compliments du marchand d'esclaves gonflaient toujours sa poitrine d'une chaleur un peu niaise. Elle n'y pouvait rien : elle le trouvait beau, puis agréable et d'excellente compagnie, de bon conseil et pertinent, prévenant et patient. A bien y réfléchir, il avait toutes les qualités qu'elle pouvait espérer chez un homme. Jamais il n'avait cherché à l'humilier ni ne s'était moqué d'elle comme tant d'autres ; au contraire, d'aussi loin qu'elle se souvenait, il l'avait plutôt défendue. Et puis, il avait pour lui la douceur. Bien loin de la violence qu'elle avait connue chez elle, durant toute sa maigre existence -qui du reste, lui avait parue bien longue. Epidius était tendre dans ses mots comme dans ses gestes, et il ne l'avait jamais brusquée. Sa présence était tout simplement apaisante, chaleureuse et réconfortante.
Comment avait-elle pu s'en passer ?

La réponse à cette question commençait justement à faire son chemin dans son esprit torturé. Le rétablissement de son frère n'était pas tant la véritable raison qu'une excuse... Parce qu'irrémédiablement, elle était attirée par Caeso et elle s'en était rapprochée. Elle craignait la réaction de Titus s'il venait à apprendre ce qu'elle éprouvait pour son ami d'enfance. Elle ne savait pas elle-même ce qu'elle ressentait vraiment, et, pour finir, après des semaines passées à vouloir s'endurcir, elle avait peur de s'avouer ce que tout le monde semblait considérer comme une faiblesse.

Pourtant, l'image qu'elle s'était employée à donner d'elle au marchand, venait de commencer à s'effriter sûrement. Non, elle n'était pas cette peste insensible et prête à tout pour réussir. Elle était déterminée, certes, mais elle avait aussi ses moments de doutes et de fragilité. Avec ce qu'elle avait vécu enfant, l'autorité de son père puis celle de son frère, il était impensable qu'il en soit autrement. Elle n'était pas tout à fait stable et ne le serait sans doute jamais...

Alors qu'ils s'enfonçaient tout deux dans la pénombre de la cité, la rue de Nola fit bientôt son apparition. Le trajet n'était pas très long, et ils avaient marché vite, sans s'en rendre compte, et un bon moment. Et alors que les contours de la villa se dessinaient sous les jeux d'ombres et de lumière, sa Domina stoppa sa progression pour s'emparer de la main de son interlocuteur. Elle la serra fort, d'abord entre ses doigts, pour l'approcha de son cœur ; il lui avait posé une question, qu'elle trouva un peu vexante mais à laquelle elle comptait bien répondre. Si elle aurait du temps pour ses amis ?

« Même si tout est compliqué comme je vous l'ai déjà dit, j'espère bien que oui ». L'espace d'un instant, elle sembla avoir retrouvé sa force et sa détermination. Puis son regard déclina jusqu'à leurs pieds, elle mordilla sa jolie lèvre inférieure comme de coutume lorsqu'elle s'apprêter à faire une confidence : « Cela ferait plus de temps pour vous, car des amis, je n'en ai pas beaucoup ». Une manière de lui signifier qu'il comptait vraiment.

Elle le connaissait déjà si bien qu'elle l'entendit sourire. « Je suis toujours là, si vous en ressentez le besoin, ma très chère. » Ce qui la poussa à relever les yeux et à sourire aussi.

Il était tellement, tellement différent de son frère... il était évident que c'était ce qui plaisait tant à la plébéienne. Son existence, leur amitié naissante remettait doucement en question ce qu'elle croyait ressentir pour Fronto et l’idolâtrie qu'elle lui avait témoigné depuis ses premières années de vie. Epidius avait une façon différente de lui accorder sa confiance et il n'avait jamais fait montre d'aucun préjugé concernant son statut de femme, ou encore, d'aliénée...
Et même si son esprit la tourmentait, il était évident qu'au fond d'elle, elle lui était attachée. Comme si elle l'avait évité, reniant ses sentiments par peur, pour mieux le retrouver et se jeter dans cet inconnu terrifiant.

« Je ne me suis pas sentie aussi bien depuis la dernière fois que nous nous sommes vus » avoua-t-elle à voix basse. « Je crois... que votre présence m'est salutaire ». Et bien qu'elle le dise sur un ton plus léger, réintroduisant par pudeur une maigre distance entre eux deux, il ne s'agissait pas d'une plaisanterie.  

Tout ce qu'elle voulait, c'était le respect et l'affection de cet homme. Il semblait prêt à lui donner les deux -si elle ne les avait pas déjà- alors pourquoi s'en priver ? Il était temps pour Lucretia d'affronter Titus et d'assumer ses besoins et ressentis.

« Accompagnez-moi », insista-t-elle brusquement, comme s'il devait rapidement accepter l'invitation avant qu'elle ne change d'avis. « Venez à l'intérieur, saluez Titus, et toute cette histoire je l'espère, sera oubliée. Vous m'avez aidée, vous l'avez aidé également. Il le sait ».

Il était encore trop tôt pour qu'elle soit prête à faire un choix, alors elle voulait les avoir près d'elle tous les deux. Elle ne pouvait rencontrer Statius en cachette alors, il allait bien falloir que Fronto l'accepte...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité



Message(#) Sujet: Re: confidences. ft Caeso ♥ Sam 13 Déc - 21:12



    Après des semaines sans avoir été aussi proche de Lucretia qu'il ne l'était en ce jour, Statius avait été sur ses gardes, au début, se demandant quelles étaient les réelles caractéristiques de leur relation. Pour rien au monde il n'aurait voulu effrayer Lucretia par une présence trop envahissante ou embarrassante. En vérité, il cherchait le tempo, voulant que tout se passe au mieux entre eux tout en ne sachant pas si il saurait mettre en place les conditions idéales à la réalisation de son plan, qui, d'une ambition uniquement professionnelle, était arrivée à un plan plus personnel. Il trouvait cette jeune femme bien plus rafraîchissante et adorable que bien des demoiselles. Elle recelait pour lui bien des mystères et c'était très certainement cela qui rendait Statius aussi décidé à faire d'elle et de ses gladiateurs sa prochaine proie. Lorsqu'il fit entendre qu'il voulait passer plus de temps à ses côtés, Statius ne mentait pas. C'était vrai, sincèrement et terriblement véridique. Mais pas forcément pour les raisons qu'il laissait planer plus que volontairement sur ses mots.

    Il comprit qu'il avait fait du chemin dans le cœur et l'esprit de la jeune femme dès qu'elle lui fit comprendre qu'il faisait parti d'un petit cercle d'initié, rempli par très peu de personnes et dont il était déjà assez fier d'être. Un ami de Lucretia … Ce n'était plus qu'à quelques pas, tout petits pas, de son fiancé et de son époux. Ces étapes arriveraient en temps et en heure, mais Statius commençait vraiment à trouver que le temps et les heures se faisaient bien longs ! Il lui promit alors qu'il serait toujours là pour elle. Il le pensait car elle serait toujours la sœur d'un maître de gladiateurs mais aussi car elle était tout simplement le genre de personnes qu'il n'aurait pas voulu laisser derrière lui, en difficultés.

    A voix basse, mais de manière suffisamment perceptible pour que Caeso Epidius Statius puisse l'entendre, la jeune femme lui avoua que sa présence auprès d'elle semblait lui plaire énormément. A tel point qu'elle se sentait bien mieux. Statius s'en sentit extrêmement flatté. Le jeune homme hocha la tête, ne souhaitant pas lui donner l'impression de se rengorger comme un coq. Il ne savait que répondre sans passer pour un fat, alors il choisit tout simplement le silence, un sourire et un regard qui devaient en dire aussi long sinon plus que bien des mots, des phrases ou même des longues tirades qu'il aurait pu prononcer.

    Il se passa alors quelque chose auquel le jeune homme n'était cependant pas prêt. Une proposition qui vint si soudainement face à l'esprit de Caeso Epidius Statius qu'il ne sut pas dans un premier temps ce qu'il devait réellement y répondre. Presque coincé face à cette soudaine décision de Ilithyia, Statius prit une brusque respiration censée lui donner le temps de réfléchir à la meilleure manière de répondre. En vérité, son différend avec le frère de Lucretia Ilithyia ne cesserait sans doute jamais et il ne voulait pas lui donner à ce sujet de faux espoirs : Caeso Epidius Statius convoitait cette place qui était celle du frère de Lucretia. Pourtant … Pourtant, c'était tentant d'avoir un peu d'intimité, même pour quelques instants, avec la jeune femme. Et si son instinct se méfiait d'une rencontre avec Fronto, ses désirs, eux, le poussaient tout à fait à répondre favorablement à cette possibilité.

    Finalement, Statius ne tint plus et il répondit avec un léger sourire. « -Je ne peux rien vous promettre, quant à mes relations avec votre frère … Vous le savez bien. » Mais il tempéra immédiatement cette première réponse d'une seconde. «-Néanmoins, je me ferais une joie de goûter aux charmes de votre habitation. » Le léger sous entendu que pouvait contenir cette phrase n'était peut-être pas qu'une simple maladresse de la part du marchand d'esclaves. En effet, le jeune homme souhaitait habituer lentement Lucretia à l'idée qu'elle lui plaisait réellement et qu'il souhaitait approfondir leurs relations par des liens juridiques. « -Y allons-nous ? » lança-t-il finalement, comme pour les décider l'un comme l'autre à franchir ce pas.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: confidences. ft Caeso ♥

Revenir en haut Aller en bas
 

confidences. ft Caeso ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ ::  :: Archives RPs-