Ahenobarbus ☼ Deus ex machina



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Population recensée
Partagez | 
Patricien
Mer 18 Juin - 23:45
Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 18/06/2014
₪ Ecrits : 589
₪ Sesterces : 99
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Patricien, en formation pour devenir Flamine

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur


(c) Ecstatic Ruby
Aulus Caelius Ahenobarbus
incarné(e) par Eddie Redmayne
Ave, étranger! Je suis Aulus Caelius Ahenobarbus, fils de Lucius Caelius Pius. Né à Pompéi, il y a 25 ans, je suis d'origine romaine. La déesse Fortune a fait de moi un patricien et j'ai pour famille les Caelii
   

   Plus de 2000 ans plus tard, c'est Reinettte qui m'incarne. Qui es-tu? Un être faible Arrow Cherchez l'opposé d'Aheno, et vous trouverez mon DC What a Face
   Je me sens perdu et j'aimerais bien avoir un parrain ou une marraine : OUI [ ] / NON [X] (tranquille je suis pas trop perdue).
   Si je venais malheureusement à quitter le forum, j'accepte [X] que mon personnage soit adapté en scenario / [X] que le staff le fasse disparaître de Pompéi par mort ou départ (cochez selon vos préférences), et ce pour permettre à mes liens importants de ne pas être gênés. Mais ça n'arrivera pas. hem

(c) Insuline
   
Pompéi & moi

   → Ce que je pense de Pompéi
Pompéi est une magnifique création des dieux. Sa terre est fertile et son peuple est vivant, voilà que qu'Aulus retient. Néanmoins, il rêve de voir le monde. Pompéi est trop petite, pour lui milles autres choses sont à connaître. Depuis son plus jeune âge, son rêve est de traverser les océans et les continents pour découvrir de nouvelles terres. Son statut de patricien lui permet d’exaucer, au moins en partie, ses souhaits. Il a visité toute la péninsule italique, et si Rome ou Naples l'ont éblouies, ce sont la Gaule, la Grèce et Carthage qui l'ont le plus marqué. Il veut voir l'Hispanie, voyager jusqu'au confins de l'Empire en Asie Mineure et mourir avec dans les yeux l'image d'un Empire puissant, surveillés par des Dieux surpuissants.

   → Ce que je pense de la politique
Pour l'instant, c'est l'affaire de ses frères et de son père. Néanmoins, avec les années qui passent et s'y plonge de plus en plus, car il sait à quel point c'est important pour la carrière dans laquelle il veut se lancer - et vers laquelle il se sent poussé.

   → Ce que je pense des jeux
Les jeux sont un passage obligatoire pour tout patricien qui se respecte. Néanmoins, il faut dire qu'il est plus intéressé par la manière dont un perse s'est retrouvé à travailler pour un laniste romain que par sa qualité de Dimachère. Au final, il y prend son plaisir, il y a du bon vin et un bon spectacle, ça fait partie intégrante de sa vie et il sait y prendre goût, mais il le fait néanmoins à sa manière.

   → Mes souhaits, mes rêves, mes ambitions
 Aulus a trop de rêves et craint de ne pouvoir tous les concilier. Faire le tour de l'Empire en en longeant ses frontières, les dépasser même pour avancer sur cette mystérieuse route de la soie, voir jusqu'où elle mène, voilà ce qui fait briller ses iris. Néanmoins, ses ambitions risquent de se mettre au travers de la route de ses rêves. Il veut occuper une place confortable au sein du Collège de la Triade Capitoline, pour même en devenir Flamine. Il lui faut pour cela vivre une vie à Pompéi bien remplie. Femme, enfants, maison et tout ce qui va avec. Plus de route de la soie, mais une place de choix dans la vie religieuse Pompéienne, il faut parfois savoir faire des choix.

   → Ma pire crainte
Se retrouver emprisonné, certainement. Sous les barreaux d'une vraie prison ou dans une cage dorée, c'est du pareil au même. A quatorze ans il faisait ses premiers pas hors de la péninsule italique, ce n'est pas maintenant qu'il va devoir se brider aux contours du Vésuve. Pas maintenant ni jamais.

   → Heureusement, les Dieux veillent sur moi.
Élevé par un père "fanatique", Aulus a été baigné dans l'idée que les Dieux surveillaient ses moindres faits et gestes, écoutaient chacune de ses paroles et prévoyaient toutes ses actions. Pour lui, ils sont partout, ils veillent et surveillent, ils protègent. Il vénère particulièrement la Triade (au cas où vous ne l'auriez pas compris) parce qu'ils vont plus loin que Pompéi. Ils sont les dieux protecteurs de l'Empire et pas seulement des frontières d'une ville. Ils sont plus puissants et fascine ce jeune homme qui cherche partout une explication pour tout. Bien souvent, les dieux sont sa réponse.  
   

   
Mon histoire

 
⊹ Les Caelii
Famille (nf ; lat : « réunion d’esclaves sous l’autorité d’un maître »)

Les Caelii sont des patriciens originaires de Naples. C’est une famille un peu particulière, qui sans jamais briller n’a jamais été déshonorée. Elle est parsemée de grands miliaires, de magistrats ou encore de figures importantes de la vie religieuse, mais personne n’est monté assez haut pour risquer une chute vertigineuse. Chaque famille a ses principes, et tels sont les leurs : il vaut mieux ne pas vouloir grimper trop haut sur l’Olympe que de tomber une fois qu’on pense y être arrivés. Peut-être est-ce lâche, mais ça leur a permis d’être là où ils en sont. Les Caelii sont riches, très riches. Les hommes sont sages, ne font d’alliance qu’aux moments cruciaux et s’en tirent du côté de ceux qui récupèrent les lauriers. Les enfants sont élevés dans l’idée que la famille est ce qu’il y a de plus important, bien avant les amis. Les Caelii avancent seuls, mais protégés des leurs. S’ils font une alliance, comme elle n’est pas faite à la légère, elle est éternelle mais toujours mesurée. Les Caelii ne seront pas vos meilleurs alliés, mais ce seront les plus fidèles. Ceux qui se tiendront toujours de votre côté, mais ne risqueront jamais leur réputation pour vous défendre. Malgré leur manière de fonctionner plutôt différente. Ils sont très respectés. Peut-être pas en l’esprit, mais en l’état, c’est le cas. Ils sont riches, font beaucoup d’enfants, ils ont de l’influence dans des domaines très différents. Ils sont partout, propriétaires de divers commerces, engagés dans certaines légions, questeurs, censeurs ou encore prêtres, on ne s’étonne plus de voir un Caelii assis sur un siège sur lequel il ne devrait pas être. A Naples, ils ont des bateaux commerciaux qui montent jusqu’à Rome, gérés par des plébéiens qui sont leur alliés depuis ce qui semblent être des siècles. Les Caelii n’aiment pas déléguer, car le travail ne leur semble bien fait que quand il est fait à leur manière. Des enfants jusqu’aux esclaves, tout le monde est éduqué à leur façon de penser.
N’allez pas croire non plus qu’ils restent tout le temps cloîtrés chez eux, ce serait faux. Comme tous patriciens, ils aiment les jeux du cirque, les gladiatures, les fastes des grandes fêtes patriciennes. Ils invitent et se font inviter, parce qu’ils sont malgré tout d’excellente compagnie. On les connait et on sait les apprécier à leur juste valeur, en somme. Ils ne sont pas avares, leur argent profite aux autres, ils aiment juste rappeler que ce n’est que à eux, ou presque, qu’ils le doivent. Dites ce que vous voulez de leur manière de vivre, ils ne pourraient moins s’en préoccuper. Sauf quelques traîtres, chaque membre aime sa famille, et ne pourrait s’imaginer autre part. Les maris des Caeliae doivent se plier à quelques-unes de leurs habitudes de vie, et les femmes des Caelii sont forcées de s’adapter. Tout le monde y trouve son compte, parce que c’est dans la nature humaine de ne se préoccuper que des siens et de laisser tomber les autres.

Si les Caelii sont originaires de Naples, pourquoi sont-ils aujourd’hui à Pompéi ? Il faut savoir que les Caelii sont des voyageurs. Ils sont les premiers à vouloir s’engager dans les troupes qui partent défendre les frontières lointaines de l’Empire, certainement parce qu’ils aiment la liberté, les grands espaces, la solitude. Vous en reconnaîtrez quelques-uns parmi les armées de César qui ont petit à petit envahi la Gaule, vous en verrez d’autres sur les terres Carthaginoises, et d’autres encore tentant de faire plier les Germains. Se coltiner à Naples serait donc bien trop réducteur. Il y a cinq générations maintenant, une branche des Caelii, menée par son patriarche, un certain Gaïus Caelius Pertinax, et par son épouse appelée Lepida, a gravi le Vésuve pour venir se nicher à Pompéi. Rapidement, et pour mieux s’adapter à cette terre au sol fertile mais au peuple hostile, ils surent qu’ils devraient faire un choix. La ville semblait scindée en deux, et Pertinax, le têtu, choisit les Licinii. Allez savoir pourquoi, c’est ce qui lui sembla, à ce moment, le meilleur choix. Mais ils étaient toujours des Caelii. Nouvelle ville ou non, nouvelles familles ou non, ils restaient eux les mêmes. Alors Licinii ou non, ils se feraient passer avant tous les autres. Lors de la guerre civile, ils ne firent un choix qu’au dernier moment, quand tout le monde savait déjà que ce ne serait jamais Marc-Antoine qui gagnerait. Quand les Licinii furent poussés au scandale, à la honte et à la ruine, exilés de leur terre natale, ils ne faisaient pas partis des détracteurs qui les jetaient dehors ; néanmoins, ils ne les défendirent pas corps et âme, car jamais ils ne mettraient leur réputation en danger pour quelqu’un d’autre que l’un des leurs.

 
⊹ Papa, Maman et Enfants
Famille Nucléaire (nm/f ; lat : « noyau »)

La famille qui nous intéresse particulièrement est celle menée par Lucius Caelius Pius. L’aîné d’une fratrie de quatre enfants dont trois filles, il habite aujourd’hui avec sa femme et ses cinq enfants dans la première villa familiale, celle dans laquelle son arrière-arrière-grand-père s’est installé quand lui et les siens sont arrivés à Pompéi. Une villa bien bâtie dans le quartier de la Fortune, nommée Villa Sola, parce qu’elle se trouve au bout d’une fine rue ne desservant que leur maison, et qu’elle ne touche directement aucune autre Villa. Au fil des années elle a été réaménagée en fonction des besoins et des envies des différents habitants, mais d’apparence, du dehors, elle est restée la même. Exactement comme les Caelii en eux même. Si le nom est resté le même, les membres sont différents. Pius a élevé ses enfants avec les règles dans lesquelles il a lui-même été élevé, mais quoi qu’on puisse en dire, un fils ne peut être l’exacte réplique de son père. Néanmoins, il faut que je vous décrive un peu le personnage, pour bien que vous compreniez comment ses enfants en sont arrivés là où ils en sont. Parce que s’ils ne sont pas le même que lui, il a été et est toujours leur plus grande source d’influence.

Pour commencer, ne prenez pas son cognomen à la légère. Lucius n’est pas faussement pieux, il l’est tellement que certains le croient fou. Aujourd’hui, on l’appellerait fanatique. La religion est son unique centre d’intérêt puisqu’il la voit partout. Sur le corps des courtisanes, dans l’eau des thermes ou encore dans l’air qu’il respire, les dieux sont partout, littéralement partout. C’est un passionné inconditionnel qui n’éprouve pas le besoin de ramener les autres à sa cause ; il pense que tout le monde est fait à son image, que tous ceux qui l’entourent partagent cet attachement aveugle et parfois violent aux dieux. Et puisque les dieux ont fait Rome, puisque les dieux protègent l’Empire, alors Rome est sa deuxième passion ; mais tout cela va ensemble. Sans dieux pas de Rome – mais sans Rome, pas de dieux. C’est un militaire courageux mais imprudent. On ne lui a jamais donné de troupes à diriger de peur qu’il les mène droit dans la gueule du loup, parce qu’il considère que puisque ses actions sont perpétrées au nom de Rome, et donc des dieux, ces derniers le protègeront. C’est néanmoins lui qui gère la sécurité de la ville. Se figurant que ce sont les dieux qui lui ont donné cette tâche, et puisqu’il est malgré tout un homme sérieux et particulièrement méticuleux, il gère ses troupes de gardes à la perfection.

Chaque famille a son vilain petit canard, son père fouettard, sa tante carabosse. Chez les Caelii, c’est la mère, Caelia Rufia, bien qu’elle soit souvent appelée par la populace Caelia Amens, la folle. Mais ce n’est pas une vraie tante carabosse, car comme tout membre des Caelii, elle est aimée par les siens, follement aimée. Malgré ses crises d’hystérie ou d’épilepsie – à l’époque c’était du pareil au même – malgré les rumeurs qui courent sur elle, racontant qu’elle se balade dans les rues de la cité en pleine nuit et à peine vêtue, qu’à l’image de la dernière Reine d’Egypte elle a essayé de se suicider à l’aide d’un serpent, mais qu’elle n’a réussi à trouver qu’une couleuvre au fond de son jardin. Malgré ça, ses enfants passent toujours des heures à discuter avec elle, et ce même si elle paraît toujours ailleurs, et son mari la couvre toujours d’attention, même si depuis la naissance de leur dernière fille, il y a de ça quinze ans, elle refuse de le toucher. Ça n’a pas d’importance. A ses seize ans elle s’est mariée avec Pius et est devenue une Caelia, ce dernier fait alors en sorte qu’elle vive et meure en Caelia, aimée et entourée des siens. « Qu’ils l’appellent Amens si ça les amuse, ils mourront tous seuls, alors qu’elle au moins a été chérie toute sa vie », voilà ce que le patriarche aime répéter à qui veut l’entendre.

Caelia tomba pour la première fois enceinte quand elle eut dix-sept ans. Son mari avait fait mille et une offrandes à Junon, Mère des Dieux et protectrice des femmes pour la remercier de ce qu’il considérait être un don. La grossesse n’en fut pas pour autant aisée comme il l’aurait espéré. Bien vite et vu la grosseur de son ventre, les médecins de Caelia déterminèrent qu’il n’y avait pas un mais deux enfants qui grandissaient dans le ventre de la patricienne. Pius mourrait de peur qu’elle ne meure en couche, alors plutôt que passer ses heures avec elle, à ses côtés, il parcourait les villes alentour pour trouver artefacts et amulettes qui permettraient à son épouse tant aimée de rester en vie, si bien que quand les jumeaux vinrent au monde, il était plus près de la Gaule que de sa villa. Il se promit en retournant chez lui alors de ne plus être en retard pour les autres naissances, car pour celle-ci, ils avaient déjà dépassé de quatre ou cinq lunes la date du Dies Lustrius. Evidemment, quelque chose fit qu’il ne fut jamais très ponctuel, il se débrouilla pour ne jamais avoir à entendre les hurlements de douleur de sa femme à laquelle il promettait toujours d’être là à temps. Ce ne fut néanmoins jamais pire que la première fois. En tous cas, ils nommèrent les jumeaux Primus et Secundus, en fonction de leur ordre d’arrivée sur Terre. Néanmoins, quand ils eurent plus ou moins six ans, Secundus fut renommé Naso, parce qu’on le distinguait de son frère par la grandeur de son nez. C’étaient deux garçons turbulents, intenables, destinés à des carrières militaires comme en rêvait leur père. Ils avaient hérité de lui leur imprudence, et leur capacité à passer d’un monde à un autre en quelques instants par leur mère.

Quand les jumeaux eurent plus ou moins quatre ans, une petite sœur vint les rejoindre dans leur voyage. Elle était blonde, et dès son plus jeune âge elle démontra sa grande rigueur et sa force d’esprit. De la fratrie, c’était la plus éloignée de sa mère, parvenant avec difficulté à comprendre celle que tout le monde appelait Amens. Bien vite, elle fut surnomée Severa. Elle voulut apprendre à lire, à écrire et à compter alors que ses frères n’en avaient même pas encore eu l’idée, et elle exigea qu’on installe dans une des multiples pièces de la Villa Sola une immense bibliothèque, et que bien sûr, cette bibliothèque soit remplie. C’était aussi une jeune femme très pieuse, qui aurait voué sa vie aux dieux si son père n’en avait pas décidé autrement. Il la maria quand elle atteignit ses dix-sept ans à un patricien du même parti politique que celui des Caelii : les Licinii. Il ne le fit que pour rappeler son allégeance à la famille, qui commençait peut-être à en douter. Ce fut en tous cas fait, et après son départ de la Villa Sola, on ne la revit que rarement. Elle aimait sa nouvelle famille, dont elle avait certainement un peu bousculé les habitudes en amenant dans ses bagages un peu de Caelius, mais ce ne fut certainement que pour le mieux. Cette alliance conforta les partis, et ne déplu pas à la principale concernée, qui, d’après les dires de son frère cadet qu’elle continuait de voir régulièrement, s’était aussi débrouillée pour faire réaménager la bibliothèque, de manière à ce qu’elle soit là-aussi, sa pièce favorite.

Le prochain qui vint se rajouter à la liste des enfants Caelii est Aulus ; néanmoins, comme nous parlerons de lui avec plus de détails plus tard, passons directement à la benjamine de la famille : Caelia Alba. Ses cheveux sont blonds comme ceux de sa sœur, mais sa peau est particulièrement blanche, crémeuse, comme celle de sa mère. Elle hérita alors du cognomen signifiant blanche. Contrairement à ses aînés les jumeaux qui passaient leur temps à courir partout et à terroriser tout le quartier en lançant deux paires d’yeux bleus glacés sur plus ou moins tout le monde, elle était timide et presque même introvertie. En tant que dernier enfant, elle était évidemment la plus chérie et la plus gâtée. Elle a aujourd’hui quinze ans et son père refuse toujours ne serait-ce que de la considérer vivant autre part que dans la maison où elle a grandi. Pas tout de suite, pas maintenant, et ce malgré la pression que les patriciens peuvent exercer sur lui. De toute façon, sa femme n’y survivrait pas. Alba est la seule qui parvient à calmer sa mère quand elle est prise de crise d’hystérie ou de somnambulisme, et Rufia ne semble tout à fait apaisée que quand elle est assise sur le fauteuil de sa chambre, sa benjamine assise par terre à ses pieds et sa tête blonde posée sur ses genoux, de sorte à ce qu’elle puisse les caresser. C’est une image que seuls les Caelii et leurs esclaves connaissent, mais c’est une merveilleuse image. Celle d’une mère et de sa fille, inséparables, envers et contre tous.
Si Alba est calme, elle n’en est pas pour le moins inactive. Elle peut passer des heures à se balader dans sa cité – toujours bien sûr entourée d’un garde ou de son esclave personnelle – le nez en l’air et les yeux pétillants de bonheur, parce que ce qu’elle préfère certainement au monde, c’est de voir des gens. S’imaginer leur vie, leur construire une histoire. Sa tête fourmille de contes farfelus sur des pompéiens tous plus différents les uns que les autres, du pêcheur au conducteur de chèvres, de la louve au patriarche des Pompeii.
Alba est la colle qui maintient sa famille unie. Elle est la seule qui parvient à convaincre ses frères et sœur de s’entendre, au moins le temps d’une soirée. Elle va souvent chercher Severa pour qu’elle passe saluer sa mère, à qui elle manque terriblement. Elle sait calmer les jumeaux, qui à 30 ans ne peuvent toujours pas tenir sur place, et elle parvient à éloigner son père, le temps de quelques heures par semaine, de sa précieuse religion. Elle est le symbole même de ce que devrait être une Caelia, même si personne ne semble vraiment s’en rendre compte.

Précisons tout de même qu’Alba ne fut pas exactement le dernier enfant des Caelii. Deux ans après sa naissance, Rufia accoucha d’un garçon mort-né. Ne rentrons pas dans les détails, mais ce fut à partir de la naissance – et de la mort – de cet enfant que la femme refusa que son mari la touche. De toute façon, Pius s’était résigné : cette mort était un présage des dieux, ça devait cesser. Sa génération des Caelii ne devait plus avoir d’enfant. Ses aînés avaient l’âge pour enfanter à leur tour, il devait leur laisser la main. En public, les époux Caelii font bonne figure. De toute façon, ce n’est pas bien compliqué. Malgré tout, ils s’aiment. Néanmoins à la maison, il font chambre à part, souvent même pièce à part, Rufia passant le plus clair de son temps à vaquer à droite et à gauche, et Pius est soit avec ses hommes, soit avec ses dieux.

Notons aussi que le soir du Dies Lustricus de Licinia Gaïa, les murs des Caelii ont été marqués de « ignavii » : lâches. Caelius un jour, Caelius toujours, n’est-ce pas ?

⊹ Aulus Caelius Ahenobarbus
Minor : le plus jeune.

Aulus naquit quand ses frères avaient cinq ans et sa sœur deux. Il fit évidemment le bonheur de ses parents : on n’a jamais assez de garçon. Il vécut ses dix premières lunes – son père ne le découvrit qu’à sa quatrième, en retard, comme à son habitude – sans problème et fut nommé Aulus Caelius. Rapidement, on l’affecta aussi du cognomen « Minor ». Il était le dernier, le benjamin, et il savait en profiter. Aulus était le favori de sa mère, il passait sa vie entre ses bras, douce époque où elle ne tremblait pas dès qu’on la touchait. Elle lui racontait mille et une histoires rocambolesques et il s’en délectait, les yeux brillants de curiosité, lové entre ses bras. Il était aussi très proche de son père, car il voyait en toutes les légendes qu’il ne cessait de lui raconter sur la création de Rome, la naissance de Venus, l’enlèvement de Proserpine, ou encore les jalousies de Junon d’autres histoires encore plus passionnantes. Aulus n’était séduit que par ça, jusqu’à un âge tardif vous ne pouviez espérer capter son attention autrement qu’en lui racontant des histoires. Comme si la vie normale, les habitudes, le train-train, ça ne l’intéressait pas.
Quand il eut cinq ans, sa mère accoucha d’une nouvelle petite fille, la petite Alba. Très rapidement, il comprit plus jamais il ne serait le minor aux yeux de sa mère. Maintenant, elle ne voyait plus qu’elle. Cette petite fille qui semblait friser la perfection. Peut-être n’était-ce pas plus mal, ça permit au jeune garçon d’évoluer, de quitter les bras de sa mère pour s’afficher plus souvent avec son père. Ses frères avaient pris la mauvaise habitude de se moquer de lui, le traitant souvent de « petite fille à sa maman », il fallait donc qu’il leur prouve le contraire, n’est-ce pas ? Qu’il n’était pas la petite fille à sa maman, que lui aussi était capable de se comporter en véritable homme, même du haut de ses cinq ans.
Bien qu’Alba lui ait pris l’attention de sa mère, Aulus ne lui en voulut pas longtemps. De sa fratrie, la petite dernière était celle qui lui ressemblait le plus. Severa était trop autoritaire, elle voulait toujours tout diriger, et ses frères, par Jupiter, on pouvait dire qu’il ne s’entendait définitivement pas bien avec eux. Aulus fit en sorte d’être le meilleur grand frère possible, mais il était en tous cas persuadé qu’Alba était la meilleure petite sœur dont on pouvait rêver. Ils devinrent vite inséparables, et aujourd’hui encore, ils sont liés comme peuvent l’être Primus et  Naso, les jumeaux. N’allez pas croire pour autant que Severa a passé son enfance seule, loin de là. Elle entretient un lien particulier avec chaque membre de sa fratrie. Elle et les jumeaux sont les aînés, ceux qui doivent être les plus matures. Elle sait comment les pousser vers le sérieux parce que ceux sont eux qui, au final, devront diriger les Caelii. Elle sert d’intermédiaire et même de traducteurs face aux volontés des garçons. Toujours aujourd’hui, quand les garçons prennent le temps d’être sérieux, ils discutent pendant des heures du futur de leur famille, parce que c’est eux qui, au final, l’ont entre leurs mains. Severa est une femme de l’ombre, mais les garçons lui laissent cette place, car ils savent qu’ils ont besoin et auront toujours besoin d’elle. Avec Aulus, elle partage le goût de la culture et de la lecture. Si c’est elle qui a « commandé » la fabrication de la bibliothèque, elle a vite été rejointe à l’intérieur par son petit frère, qui lui aussi aime particulièrement lire. Pour finir, elle et Alba sont les deux seules filles, n’est-ce pas suffisant comme lien ? Elles s’entendent à merveille parce qu’elles se comprennent, elles sont toutes les deux des femmes dans une famille de riches patriciens.
Aulus a passé une enfance paisible. Ses frères sont parvenus, au fil des années à durcir son caractère, et ses sœurs ont maintenu l’équilibre. Tout le monde attendait l’arrivée du dernier-né avec impatience – presque trois ans après la naissance d’Alba. Tout ne s’est pas déroulé comme prévu, mais au final, ils sont bien comme ça. Chacun a sa place, aucun n’est délaissé. Ils sont forts individuellement, mais encore plus forts ensemble. Après tout, ce sont des Caelii, qu’attendre de plus de leur part ?

De Minor à Ahenobarbus

La promesse que fait un père à son fils n'est jamais oubliée. Pius dit un jour à Aulus qu'il l’emmènerait avec lui en voyage dès qu'il aurait l'âge de quitter la toge prétexte. Cette promesse, le jeune garçon de dix ans s'en souviendrait toute sa vie. Mais où Pius partait-il, me demanderez-vous ? Après tout, pourquoi un romain, qui sont d'ordinaire si casaniers, voudrait se risquer à traverser la péninsule italique pour se rendre, au choix, en Grèce, en Sicile ou à Alexandrie ? On pourrait lui donner l'excuse du militaire ; après tout, ces derniers partaient en campagne pour défendre leur Empire, et devaient se rendre sur différents territoires. Mais pour le patricien, ce n'était pas ça, pas du tout, même. Il croyait plus en la Pax Romana d'Auguste que n'importe quel citoyen, pas besoin donc d'encore aller se battre aux frontières de l'Empire contre des germains récalcitrants ou de se faire défigurer par un irréductible Gaulois. Pius maintenait ses actes militaires à l'enceinte de la cité Pompéienne. Là, ça avait un sens. Pour que l'Empire soit en paix, ses villes devaient être sûre. Gérer la sécurité était donc une mission qu'il accomplissait avec brio, parce que ça lui paraissait nécessaire. Mais revenons-en aux périples … Si Pius s'était pour la première fois rendu en Egypte, c'était évidemment pour ses dieux. La déesse Isis étant extrêmement populaire à Pompéi, le patriarche voulait lui faire des offrandes dans un temple de sa Terre Natale. Il avait des sous et sa famille avait des bateaux, pourquoi ne pas y aller, donc ? Il choisit pour sa première fois en Egypte de se rendre à Alexandrie, néanmoins à peine revenu, il se promit qu'un jour, il irait bien plus au sud, dans la ville de Philæ, où un immense temple avait été construit, en partie grâce à la force physique des romains. Quoi de plus beau, n'est-ce pas ? Les Caelii étaient aussi liés à une grande famille de marchands Napolitains, qui trouvaient leur première source de revenus en Sicile. Pius profitait donc de ces liens pour embarquer sur un bateau en direction de l'île grecque, pour son plus grand bonheur. Il s'était aussi rendu en Grèce avec comme prétexte le suivant : il voulait trouver et ramener un précepteur digne de ce nom à ses enfants, surtout ses aînés, qui paraissaient avoir décidé qu'apprendre la grammaire n'était définitivement pas une priorité. Il racontait tous ses voyages à sa famille, contant milles histoires qui faisaient briller les yeux de son cadet, Minor, qui rêvait de l'accompagner un jour. Ne pouvant patienter jusqu'à ses seize ans, le père et le fils passèrent un marché : Pius devait se rendre à Rome pour des affaires politiques, son fils l'accompagnerait. Aulus était alors âgé de quatorze ans, et quand il foula pour la première fois les pavés romains, il lui sembla avoir trouvé son bonheur. Alors que son père vaquaient entre différentes soirées mondaines, vantant les mérites de sa gens, Minor explorait la ville de font en comble, remerciant à chaque seconde les dieux de lui offrir un tel spectacle.
C'est ainsi que sa passion pour les voyages naquit. C'était rare de la part d'un romain, et il savait qu'il faudrait qu'il se trouve une excuse pour chacun de ses périples, car les romains ne voyagent pas, mais ça lui était égal. Voir de nouvelles terres, de nouvelles têtes et de nouvelles cultures était si important pour lui qu'il se jura que rien ne l'en éloignerait. Mais quand il se fit cette promesse, Aulus avait seize ans. Son père l'avait laissé embarquer avec lui dans un bateau qui voguait vers la Sicile, le vent lui fouettait le visage et son cœur battait de croiser la route de pirates, ou de se retrouver coincé dans une tempête. Il était jeune et innocent et ne se rendait pas compte à quel point ses rêves étaient incompatibles avec la réalité. Évidemment, il le réaliserait bien assez tôt, mais là, à l'avant de se bateau, il préférait ne penser à rien d’autre qu'à l'odeur de la mer.

Ahenobarbus : barbe d'airain

Du précepteur athénien que Pius avait ramené à la maison, Aulus appris le grec, l’algèbre et les sciences. Il était un grand passionné de littérature, mais il savait depuis un bon moment que ce n’était pas là-dedans qu’il voulait faire sa vie ; pas de droit, de politique ou encore de médecine pour lui. Evidemment, il était encore moins intéressé par l’armée, préférant largement laisser ça à ses frères, qui pour le coup y avaient tout à fait leur place. Non, Aulus voulait travailler dans le domaine religieux. Disons que son père lui avait transmis sa foi inconditionnelle, mais il avait su l’utiliser avec plus d’esprit et moins de ferveur. Aulus était particulièrement intéressé par la Triade Capitoline, certainement parce que Jupiter, Minerve et Junon étaient les dieux qu’il associait le plus à la réussite de Rome. Et quelle réussite ! L’Empire était la deuxième passion du patricien : pour lui rien n’était plus beau que la puissance de l’Empire Romain, raison pour laquelle il tenait à le visiter entièrement. A dix-sept ans, il commença à travailler pour le flamine. Avec lui, il recevait l’enseignement dont il avait toujours rêvé. Ses ambitions grandissaient au fur et à mesure qu’il passait d’heures dans les temples ; néanmoins, il n’en oubliait pas ses voyages. A 23 ans, il partit faire un voyage long de six mois qui l’amena à Lugdunum, la capitale des Gaules. Pompéi avait apparemment besoin de vin, Aulus demanda aux marchands s’il pouvait faire partie du voyage. Evidemment, la réponse fut positive : un patricien et tout son argent ne pourrait être qu’à leur avantage. Je vous passe le récit de son aventure où la caravane manqua de se faire attaquer par des bandits. Et puis, si toutes les routes mènent à Rome, toutes ne mènent pas à Lugdunum... Mais passons. Quand ils revinrent, chargés d’une cinquantaine de tonneaux de vins, dont la moitié avait été achetée par le patricien, ils avaient tous un sourire victorieux sur le visage. Personne ne semblait néanmoins reconnaître le fils Caelius ; s’était-il perdu en cours de route ? L’avaient-ils oublié parmi les gaulois ? Non, il était bien-là, c’était même lui qui avait le plus grand sourire, les yeux les plus brillants. Une barbe d’airain ornait juste son visage qui semblait avoir vieilli d’une dizaine d’années. Bien vite, son nouveau cognomen fit le tour de la ville. Il n’était plus Minor, et ce depuis une vingtaine d’années : il était devenu Ahenobarbus.

Aujourd’hui, le jeune homme a vingt-cinq ans. Il revient tout juste d’un voyage à Rome, où il est allé pour rendre visite aux prêtres de la Triade. S’il avait fini par se raser à Pompéi – sa mère ne le reconnaissait pas – il avait de nouveau oublié de le faire, à Rome, trop occupé à admirer les constructions et les paysages.
Pour l’instant, il arrive à jongler entre voyages et religions, mais il sait que bientôt, il ne pourra plus. Il faudra qu’il choisisse. Pour l’instant, il se concentre sur son enseignement. Pour devenir flamine, il doit aussi se trouver une femme. Néanmoins, disons que pour le moment, il n’est pas prêt – peut-être ses frères ont-ils raison : il est trop prude pour intéresser une femme. Il doit se concentrer, raser sa barbe et oublier ses rêves d’Orient magnifique ou d’Afrique ensoleillée. Il a vu Naples, Rome, Lugdunum et Athènes, n’est-ce pas déjà suffisant ? Bien sûr que si ! Bien sûr que si.

fiche (c) Semper Eadem


Dernière édition par Aulus Caelius Ahenobarbus le Dim 29 Juin - 11:15, édité 14 fois
Patricien
Mer 18 Juin - 23:46
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 17/11/2013
₪ Ecrits : 681
₪ Sesterces : 73
₪ Âge : 26 ans
₪ Fonction & Métier : Auteur anonyme de pièce de théâtre - membre d’un cercle littéraire secret

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: C’est si rare maintenant quand une femme a du tempérament, que quand une femme en a, on dit que c’est de l’hystérie.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Fiancée
Voir le profil de l'utilisateur

Mouhahaha je poste la première pour ce fameux DC o/

Re-bienvenue ♥
Jeu 19 Juin - 6:47
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




Invité

Et moi en deuxième ! Rebienvenue chez toi et hâte de voir tout ça Yeux roses
Jeu 19 Juin - 7:28
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




Invité

re-bienvenueeee cheers  J'ai hâte de découvrir plus en détails ton personnage, ce que j'en sais déjà a l'air plus que prometteur Please  En plus Eddie est un excellent choix, on le voit pas assez souvent  Coeur  Les piliers de la terre powaaaa Superman

Jeu 19 Juin - 9:32
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




Invité

Re-bienvenue !
Patricien
Jeu 19 Juin - 11:14
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 26/05/2013
₪ Ecrits : 2157
₪ Sesterces : 60
₪ Âge : 41 ans
₪ Fonction & Métier : Reine des Vipères et femme d'affaires

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Chaque miette de vie doit servir à conquérir la dignité.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Veuve et amante de Publicola
Voir le profil de l'utilisateur

Un nouveau dans le lobby des Roux, c'est Canichou qui va être content !

Bon courage pour la fin de cette élaboration de personnage, chère collègue !


Si mon sexe me refuse les ambitions qui me dévorent, laisse ma haine et ma soif de pouvoir servir ton ascension. Que ma rage te hisse aux sommets qui me sont interdits et fais qu'en ta réussite je trouve ma consécration. Deviens homme de lumière, je reste femme de l'ombre. Mais brille pour nous deux car la vipère gronde... Son venin te servira tant que tu tiendras parole.  

(c) crackle bones
Esclave
Jeu 19 Juin - 12:30
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 10/06/2014
₪ Ecrits : 132
₪ Sesterces : 3
₪ Âge : 21
₪ Fonction & Métier : Louve au lupanar de Faustus

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Il faut avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Une louve ne devrait pas en avoir un.
Voir le profil de l'utilisateur

Oh tu me trompes, je suis outrée !!!! Wink Bon courage quand même !  Diable 


Louve à jamais.


Césars:
 
Jeu 19 Juin - 15:28
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




Invité

Re-Bienvenue alors  tortues 

Même si je ne trouve pas l'opposé d'Atheno ... C'est qui lui ? La nouvelle perdue dans les dcs.  lol! 

Bonne chance pour ta fiche.
Patricien
Jeu 19 Juin - 15:55
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 18/06/2014
₪ Ecrits : 589
₪ Sesterces : 99
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Patricien, en formation pour devenir Flamine

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur

Merci mes loulous ♥️ J'espère boucler ça dans les plus bref délais des délais convenables ange

Camilla, mais si si, cherche quelqu'un qui est :
- inverse de roux
- inverse de patricien
- inverse de intéressé par ceux qui l'entourent
- inverse de prude et innocent
- inverse de "je bois pas parce que je tiens pas l'alcool"

Et tu vas trouver mon compte principal ange


Aulus Caelius Ahenobarbus
Wannabe-Flamine à la barbe d'airain.
Arene
Jeu 19 Juin - 16:25
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 21/08/2012
₪ Ecrits : 4315
₪ Sesterces : 275
₪ Âge : 29 ans
₪ Fonction & Métier : Gladiateur pour la maison Lucretius

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: The Gods have no mercy, that's why they're Gods
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Gauche...
Voir le profil de l'utilisateur

cheers

(re) Bienvenue petit rouquin! Lèche

J'en bave d'avance à l'idée de lire ce que tu nous prépares! Please



Priam brings sexy back:
 

Plebe
Ven 20 Juin - 17:48
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 23/03/2014
₪ Ecrits : 529
₪ Sesterces : 57
₪ Âge : 23 ans
₪ Fonction & Métier : Plébéienne œuvrant pour le rêve ambitieux de son frère.

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Veuve au coeur froid.
Voir le profil de l'utilisateur

Re bienvenue parmi nous! cheers

Excellent choix d'avatar, oh Eddie! Bave

Hâte de pouvoir dévorer ta fiche comme il se doit Please


You shut me down but I won't falll ∆
You shout it loud, but I can’t hear a word you say. I’m talking loud not saying much. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. I’m bulletproof nothing to lose fire away, fire away. Ricochet, take your rain fire away, fire away. You shoot me down but I won’t fall. I am titanium. You shoot me down but I won’t fall. I am titanium. I am titanium...
Patricien
Ven 20 Juin - 21:51
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 11/05/2013
₪ Ecrits : 2402
₪ Sesterces : 63
₪ Âge : 42 ans
₪ Fonction & Métier : Duumvir

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Verba volant, scripta manent.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Époux de la louve et amant de la vipère.
Voir le profil de l'utilisateur

Eheh rebienvenue toi Wink
Très bon choix d'avatar ! J'ai hâte d'essayer de détourner ton alliance, même si c'est perdu d'avance pervers




Césars:
 

Mes enfants me font tourner en bourrique...:
 





Sam 21 Juin - 16:44
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




Invité

Oh ! Eddie ! Excellent choix d'avatar !  Please jaime 

Re-Bienvenue avec ce nouveau personnage   
Patricien
Sam 21 Juin - 16:48
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 18/06/2014
₪ Ecrits : 589
₪ Sesterces : 99
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Patricien, en formation pour devenir Flamine

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur

Merci mes loulous ♥️ Je vois que mon choix d'Eddie convient (ça change de Zayn j'avoue What a Face ), je suis trop contente que ça vous plaise ♥️ Je trouve qu'il correspond particulièrement bien à mon Aheno, donc voualaaa Yeux roses
Publi, bon courage en effet Yaaa

Je contacterai une de mes admins chérie dans les jours qui viennent (ou toutes si je suis vilaine What a Face ) pour qu'on voie ensemble quel métier mon Aheno peut faire au sein du Collège de la Triade. J'avoue être un peut perdue parmi tous les noms que vous énoncez dans votre annexe. Néanmoins, j'y suis pas encore, on verra donc ça en temps et en heure. Je sais même pas si j'en parlerai ou non dans ma fiche Arrow J'ai pas envie de la faire trop longue et j'ai encore beaucoup à écrire, donc je verrai si je peux me passer de cette partie.
Oh, et j'ai dit que le papa gérait les troupes qui vadrouillent dans la ville pour, disons, gérer la sécurité. Ça convient ? C'est juste que je veux qu'il soit militaire, mais pas trop non plus, parce qu'il est un peu fou Arrow


Aulus Caelius Ahenobarbus
Wannabe-Flamine à la barbe d'airain.
Arene
Dim 22 Juin - 8:56
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 21/08/2012
₪ Ecrits : 4315
₪ Sesterces : 275
₪ Âge : 29 ans
₪ Fonction & Métier : Gladiateur pour la maison Lucretius

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: The Gods have no mercy, that's why they're Gods
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Gauche...
Voir le profil de l'utilisateur

Pour le papounet c'est top! Wink Ca pourra même faire l'occas d'un scenar peut-être! Please
Quant à sa fonction au sein du collège, je vais me rencarder un peu mieux de mon côté mais n'hésite pas! Lèche

Bonne fin de fiche! pompom



Priam brings sexy back:
 

Patricien
Dim 29 Juin - 12:41
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 29/03/2013
₪ Ecrits : 2744
₪ Sesterces : 136
₪ Âge : 17 ans
₪ Fonction & Métier : Vestale

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Qu'importe que le vent hurle, jamais la montagne ne ploie devant lui.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Mon coeur ne peut appartenir qu'à Vesta, n'est-ce pas ?
Voir le profil de l'utilisateur

Ce n'est pas suffisant, bien sûr que non , bien sûr que non!

Cette fiche! Please Bave J'adore la façon dont tu l'as agencé, c'est juste tellement parfait, et comment tu décris la mère, la famille c'est juste on n'en veut encore! Yaaa

Bien évidemment, je n'en attendais pas moins de toi, j'espère qu'on pourra se trouver un lien delamortquitue, c'est la condition pour que je te pré-valide!

Tu connais la maison, tu peux recenser ton vava, poster ta fiche de lien et flooder si le coeur t'en dis! love



ô bienheureuses vestales...
(c) ystananas
Patricien
Dim 29 Juin - 12:50
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 18/06/2014
₪ Ecrits : 589
₪ Sesterces : 99
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Patricien, en formation pour devenir Flamine

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur

Merciiiii, rolala je suis ravie que ça te plaise ♥️ Je vais recenser tout ça de ce pas, ET PUIS FLOODER OBVIOUSLY What a Face


Aulus Caelius Ahenobarbus
Wannabe-Flamine à la barbe d'airain.
Patricien
Ven 4 Juil - 22:51
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 19/06/2013
₪ Ecrits : 1081
₪ Sesterces : 163
₪ Âge : 41 ans
₪ Fonction & Métier : Legat / Edile de Pompéi

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: No matter how right a man may be, they always find the fallen one, guilty.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Octavia, toujours.
Voir le profil de l'utilisateur

Me voilà!!!! Superman

J'ai ENFIN pu m'asseoir suffisamment longtemps pour apprécier ta fiche (faut dire aussi que t'as pas lésiné sur la quantité ma parole! PTDR) et, je m'en doutais un peu à vrai dire , la quantité n'a d'égale que la qualité! Razz
C'est bien écrit et ma foi, tellement bien documenté! Please C'est toujours un régal de lire des fiches aussi bien pensées, construites, réfléchie, bref le panard de l'admin! XD

Un petit truc m'a fait "tilt" cependant... (et là tu te dis "si cette p*bip* de c*bip* mais fait changer un p*bip* de truc dans ma fiche je la crucifie!" PTDR)
Mais je ne veux pas surcharger ta fiche inutilement, je vais te MPotter sur le champ pour ça, juste le temps de te valider pour de bon! cheers

Merci pour ce super perso! cheers



In sanguine honor
Les Licinii ne pardonnent pas, n'oublient rien... Des coups, ils peuvent en supporter mille et rendre soudain non pas oeil pour oeil mais apocalypse pour chiquenaude.




Patricien
Sam 5 Juil - 9:58
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 18/06/2014
₪ Ecrits : 589
₪ Sesterces : 99
₪ Âge : 25 ans
₪ Fonction & Métier : Patricien, en formation pour devenir Flamine

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur:
Voir le profil de l'utilisateur

Que de compliments, merci ♥️ Et ravie que ça te plaise, aussi ! Je vais de ce pas répondre à ton MP, et merci merci de la validation Yeux roses T'en fait pas pour le temps que ça a mis, honnêtement vu que je suis en vacances je ne pourrais être moins pressée ! Enfin tu me diras je suis ravie de pouvoir arborer mes couleurs de patricien pour bien faire chier l'autre moi, destiné à celles d'un affranchi ange


Aulus Caelius Ahenobarbus
Wannabe-Flamine à la barbe d'airain.
Re: Ahenobarbus ☼ Deus ex machina    




Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deus Ex Machina
» Deus ex machina [Pv Ouranos - Didon]
» Deus ex machina } Johan
» DEUS EX MACHINA | Chasse continue.
» Deus Academia

Sauter vers: