JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?



POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Population recensée
Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Plebe
Jeu 1 Mai - 9:58
JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 29/04/2014
₪ Ecrits : 315
₪ Sesterces : 181
₪ Âge : 40 ans
₪ Fonction & Métier : Business woman
Voir le profil de l'utilisateur


(c) tumblr
Julia Felix
incarné(e) par Lucy Lawless
Ave, étranger! Je suis Julia Felix, fille de Caius Julius Felix, affranchi de Caius Julius Ceasar III. Née à Rome, il y a 40 ans, je suis d'origine romaine. La déesse Fortune a fait de moi une plébéienne et j'ai pour famille mes "filles", depuis que je suis veuve


Plus de 2000 ans plus tard, c'est Semper Eadem/Anne qui m'incarne. Qui es-tu? une maso qui hante déjà ce forum tel Belphegor sous les traits gracieux d'une Murène et d'un chevelu Razz Etant donné que l'année scolaire n'est pas tout à fait terminée, il est possible que la fiche mette un peu de temps à se faire... Wink
Si je venais malheureusement à quitter le forum, j'accepte que le PV redevienne un PV et ce pour permettre à mes liens importants de ne pas être gênés. Mais ça n'arrivera pas. hem Faudrait me passer sur le corps! XD

(c) tumblr
Pompéi & moi

→ Ce que je pense de Pompéi
Le plus grand bien vous l'imaginez, sinon pourquoi avoir quitté Rome pour elle? Je n'en avais que peu entendu parlé avant mon second mariage mais Vibius y possédait la villa dans laquelle je réside aujourd'hui. Pendant presque vingt ans de mariage nous y avons passé chaque année trois ou quatre mois, loin du tumulte de nos affaires dans la capitale, et les dernières années de sa vie, alors que la santé de mon mari s'était considérablement dégradée, que nos affaires romaines étaient au point mort et que la peur de ses créanciers nous avaient chassés de Rome, nous y vivions  à temps complet, ne comptant plus ni les jours, ni les semaines. En bref, Pompéi incarne pour moi la douceur de vivre et se trouve d'être le lieu de mes plus beaux souvenirs, de mes plus belles années.

→ Ce que je pense de la politique
Je sais que Vibius attendait avec impatience le jour où il passerait la main à son fils dans ses affaires romaines pour pouvoir s'investir dans la politique de sa cité de coeur, Pompéi. Hélas, la Fortune ne le lui en a jamais laissé ni le temps, ni la santé. Quant à moi, j'ai toujours vu cela d'un point de vue de femme: des hommes qui s'écharpent pour une once de pouvoir, c'est vieux comme le monde. Et celui-ci continuera bien de vivre une fois qu'ils se seront tous envoyés dans la tombe... En attendant, ils payent, et généreusement en plus, pour les faveurs de mes filles et notre silence. Cette dernière précaution est bien inutile,  car je ne saurais me priver d'aucune clientèle en laissant ma langue s'agiter à mauvais escient et cette discrétion est mon meilleur gage de confiance. Tant qu'aucun d'entre eux n'attente à mon humble commerce...

→ Ce que je pense des jeux
J'affectionne fort les divertissements de tous ordres, les jeux ne font pas exception à la règle. Néanmoins les combats de gladiateurs n'ont que peu ma faveur: en bonne esthète, la beauté de ces affrontements m'échappent souvent, je les trouve d'une rudesse et d'une grossièreté affligeante. Quant à ce qu'il se passe dans les gradins, je ne regarde que d'un oeil désabusé mes congénères romains, hommes et femmes, qui se prennent d'une passion démesurée, presque grotesque, pour la violence, quitte à hurler leur soif de sang, les commissures des lèvres écumantes. Non, si vous voulez mon avis, j'admire les gladiateurs en dehors, proprement lavés et parfumés, pour les talents que laissent deviner leur plastique masculine, pas pour leurs prouesses martiales...

→ Mes souhaits, mes rêves, mes ambitions
Que rien ne change. Vraiment. J'aime tant ma vie telle qu'elle est aujourd'hui, libre et prospère, que je lutterai bec et ongles pour la maintenir ainsi. Et faire grandir mes affaires évidemment... Cet escroc de Faustus peut bien essayer de me ravir mes clients, il s'y cassera les dents! Bien sûr j'ai quelques instants de nostalgie qui ravivent les blessures du passé, notamment lorsque je pense à Marius, mon défunt fils, que j'ai aimé farouchement. Il me manque terriblement et cela me désole de ne laisser derrière moi personne pour profiter de ce que Vibius et moi avons bâti... Alors peut-être, s'il devait me rester un dernier souhait même si je le sais fou et sans doute illusoire, ce serait de goûter de nouveau à la maternité. Mais il impliquerait le mariage et je ne crois pas être prête à me défaire de mon veuvage si tôt...

→ Ma pire crainte
Avoir perdu un enfant et un mari en moins de trois ans, croyez-vous vraiment qu'après cela les caprices des Dieux sont matière à me faire trembler? Je crois qu'ils m'ont suffisamment éprouvée ainsi, qu'ils choisissent donc une autre cible... Je ne suis pas femme à me laisser aller à la peur, elle tétanise les mains et l'esprit, elle a toujours été ma pire ennemie, je lui préfère l'action et les décisions, bonnes ou mauvaises, j'en ai toujours accepté les conséquences. Il n'en reste pas moins que je traîne derrière moi quelques fantômes du passé, je craindrais fort de revoir les créanciers de Vibius frapper à ma porte maintenant que j'ai réussi à les fuir et à les chasser -presque- de ma mémoire...

→ Heureusement, les Dieux veillent sur moi.
J'ai souvent trouvé du réconfort auprès d'eux mais je dois bien reconnaître que j'ai la piété sélective et opportuniste... D'ailleurs, je ne suis pas très fière car j'ai brisé de rage une statue de Jupiter la veille du tremblement de terre et je crains bien que la rupture de la Pax Deorum ne me soit imputable... Depuis je le prie avec une ferveur redoublée. Mercure, protecteur des commerçants et des voyageurs, a aussi ma faveur et celle de mes hôtes de passage. Venus et Eros également ont une place d'honneur chez moi, je leur demande d'entretenir le désir et la libido des hommes de Pompéi, ainsi que de continuer mettre sur ma route de jolies filles aux courbes voluptueuses et de protéger celles que j'ai déjà des mauvaises maladies que l'on trouve souvent dans les bordels... D'une manière plus générale, je réserve mes dévotions au panthéon féminin, je crois qu'elles sont les plus à même de comprendre mes requêtes...

Mon histoire

J’arbore un nom prestigieux, mais ne t’y laisse pas abuser lecteur, au contraire de l’illustre Jules mes origines ne remontent pas jusqu’à Venus… J’appartiens à la gens Iulia grâce à la malice et à l’intelligence de mon père, dont les parents –esclaves eux-aussi- étaient Grecs à ce qu’il m’a dit, qui resta sa vie durant au service de ces nobles patriciens en tant que comptable et intendant et obtint sa liberté dans le testament de son maître. Il prit naturellement son nom et entra ainsi dans la familia des Iulii. La liberté sienne, il continua d’exercer cette fois pour son propre compte et s’enrichit de manière modeste mains néanmoins honorable.
Il avait déjà un âge avancé et se résolut à prendre femme pour en obtenir un héritier… Et bien il m’obtint, moi. Il sembla s’en contenter puisqu’il me laissa goûter aux choses du savoir et de l’esprit, moi caparaçonné dans ses vieilles certitudes et traditions que les autres Romains. Résolu à élever sa descendance au-delà de la médiocrité de ses origines, il parvient à conclure pour moi un mariage avantageux avec des Romains de souche : les Terentii. Avantageux car à défaut de la citoyenneté déniée à mon sexe, il nous faisait entrer pour de bon dans la gens romana. avantageux, il le fut plus encore sans doute pour les Terentii que ma coquette dot permis de lancer dans les affaires de l’hôtellerie.

Pendant deux années, jusqu'à mes seize ans, je suis restée mariée à Proculus, l'aîné. C’était un homme bon, il ne m’a jamais donné raison de me plaindre ni de lui ni de mon sort. Bien sûr, il me trouvait parfois trop frivole et aurait voulu que je sois moins volubile, moins exubérante, plus… « Romaine », mais il m’a toujours bien traité et je n’avais qu’à lui reprocher de manquer d’ambition, de grandeur de vue, de vie… Ainsi, malgré le respect et l’affection que je pouvais lui porter sa mort – une rage de dents l’emporta en quelques jours- ne me causa que peu de chagrin, si ce n’est celui de mon propre devenir. Mon père était mort quelques mois plus tôt, à un âge vénérable, me laissant sans autre famille, ni protection, que mon mari.

Le salut ne vint pas de loin car Proculus avait un frère, Vibius. Cadet, il n’y avait que peu de place pour lui dans le commerce familial balbutiant et il envisageait, à défaut, d’embrasser une carrière de militaire. Il n’en avait l’âme en rien, il avait de l’esprit et de la ruse pour les affaires là où son frère se laissait seulement porter par le courant avec un manque de flair qui me désolait parfois. Je lui disais souvent en plaisantant qu’il pourrait vendre de l’eau à Poséidon lui-même.
Du vivant de Proculus, je me prenais parfois à souhaiter que Vibius fut né le premier et que mon père me l’ait choisi pour époux tant nos esprits et nos vues étaient semblables, il me faisait rire, il n’avait peur de rien et je l’admirais. Les Dieux ont peut-être fini par s’insinuer dans mes pensées et à penser de même, car la mort de Proculus changea la donne du tout au tout. Du jour au lendemain, Vibius se trouva à prendre la place de son frère à la tête du commerce familial et offrit de me prendre en mariage afin de m’épargner les périls et l’insécurité d’une vie d’orpheline et de veuve. Etait-ce pour cela ou parce qu’il rechignait à voir ma jolie dot s’envoler avec l’oiseau ? Ou bien encore parce qu’il partageait mes sentiments ? Nous n’en avons jamais parlé mais je crois que c’était un peu de tout cela à la fois.
Un peu plus d’un an plus tard, je lui donnais un fils, tandis qu’il préparait pour nous une ascension qui ne devait pas se démentir pendant une quinzaine d’années. Avec patience et persévérance, à la seule force de nos ambitions, nous avons fait fructifier la modeste affaire de son père et de son frère jusqu’à avoir pignon sur rue à Rome. Grâce à des investissements risqués et audacieux, des relations qui s’étoffèrent sans cesse, nos fêtes et notre maisonnée devinrent parmi les plus courues de la Ville. De la modeste auberge de propre réputation, nous avions fait un lieu de villégiature pour les plus fortunés, divertis par des fêtes et des réceptions toujours plus sophistiquées. De riches plébéiens bien sûr, marchands de soieries et d’épices, négociants en vins et en gemmes… Et même une jolie poignée de patriciens sur les dernières années, attirés par  l’exotisme si cruellement absent de leur cercle vertueux et bien pensant. Vibius menait la bourse et les affaires là où je gérais l’organisation. Tout alors n’était que plaisir et volupté, je m’endormais sans rien craindre du lendemain et sans autre souci que d’imaginer les frivolités de ma prochaine mascarade.

Peut-être les Dieux nous ont-ils tant bénis pendant ces années, qu’ils ont un jour jugés bon de tout nous reprendre…
Cela commença avec notre fils qui fut consumé de l’intérieur en quelques jours par une douleur de ventre aiguë au côté droit. Son agonie fut brève mais si intense qu’il m’arrive encore parfois de me réveiller en sueur la nuit, les oreilles bourdonnant de ses cris et de ses pleurs de douleur. Il aurait dû revêtir la toge virile deux mois plus tard et nous avions déjà arrêtés tous les préparatifs de cette fête qui aurait dû surpasser toutes les autres. Le deuil doit être chose contagieuse car peu nombreux furent nos amis qui nous entourèrent pendant cette épreuve et les suivantes. Il faut dire que même si nous nous efforcions de faire bonne figure et d’offrir à nos hôtes l’image d’un couple fort et uni dans l’épreuve, nos réceptions accusaient le coup et il dut se lire dans nos yeux combien nous étions dévastés.
Ce fut à ce moment que Vibius perdit sa santé de fer. A croire qu’il fut rattrapé en quelques mois par toutes ces années qu’il avait brûlé dans le travail et la poursuite du succès. Il buvait souvent plus que de raison et multipliait les excès, par amour pour lui je fermais les yeux et acceptait tout. Je l’ai soigné nuit et jour, refusant de le perdre lui aussi et luttant âprement pour gérer ce qu’il restait de nos affaires et m’efforçant de conserver intacte aux yeux du monde notre réputation mondaine malgré sa méconduite. Sa santé se dégrada tant qu’il devint évident en moins d’un an que je ne pouvais plus me consacrer qu’à mes devoirs d’épouse et à cette lutte vaine de devoir extirper chaque jour la coquille vide, l’ombre de cet homme tant chéri, aux griffes de Pluton.

Et comme si les Dieux ne m’avaient assez éprouvée pour toute une vie, ils mirent sur ma route la pire engeance que la Terre ait jamais porté. Des créanciers malfamés auquel Vibius avait emprunté des sommes conséquentes des années auparavant. Qu’il fraye avec eux n’était que de peu d’importance tant que nos affaires marchaient… Mais depuis notre deuil, sa décrépitude et la mise en suspens durable de nos activités, il devenait évident que ces dettes ne seraient sans doute jamais totalement épongées et les scélérats perdirent patience. Jusqu’à faire poser sur le seuil de notre porte la tête détachée de ses épaules  d’une de mes esclaves personnelles accompagnée de ce funeste présage : « Bientôt la tienne ».
Cette même nuit, toute notre maisonnée passa une nuit blanche à préparer notre fuite. Nous ne reposerions plus jamais un pied sur les pavés de Rome. Et ce fut pour le mieux, malgré tous les bonheurs et la fortune que cette ville m’avait apportée je la quittais sans regret pour une cité qui m’était plus chère encore.

A Pompéi, Vibius m’avait acheté une villa de plaisance. Un cadeau pour la naissance de notre garçon, que nous avions embellie au fur et à mesure de notre fortune croissante et de nos séjours de plusieurs mois chaque année. Je savais combien il aimait cette cité et l'air de la Campanie autant que moi, je ne m'imaginais pas l'amener ailleurs. Là-bas, je repris doucement les affaires que nous avions laissées à Rome, en en faisant une maison de voyageurs tout d’abord, puis en y introduisant progressivement les fêtes, les banquets et les dames de courtoisie qui avaient fait les beaux jours de notre premier commerce. Vibius y reprit quelques couleurs, loin de ses démons dans cette ville que nous aimions tant et je retrouvais un peu de l’homme de jadis. Pour un temps bref, car il avait tant brûlé la vie par les deux bouts qu’il me fut impossible d’arrêter la course folle de la déchéance de son corps et de le ramener de ses excès. En venant à Pompéi, nous n’avions fait que retarder l’inévitable échéance et il mourut moins de deux ans plus tard.
Je vis brûler son corps sans plus de larmes pour le pleurer, j’avais fait le deuil de notre mariage bien avant cela, garde-malade de mon mari je me sentais moi aussi mourir peu à peu et je peux dire, à titre de confidence, que sa mort me soulagea d’un poids que je n’étais plus en mesure d’assumer. Encore aujourd’hui, je m’évite de repenser à toutes ces années de bonheur qui ne sont plus, je me suis résolue à continuer d’avancer.

J’ai vite compris que je n’étais plus cette jeune fille craintive de rester seule et quels avantages ma position de veuve et de commerçante pouvaient m’apporter. Je pouvais vivre pour moi-même et me suffire à moi-même, entretenir mes filles et voir mon établissement prospérer en devenant ce lieu raffiné et éclectique de rencontres, des fêtes, de séjour et pour certains de plaisir, incontournable de la vie pompéienne.
Vibius m’avait transmis son sens de l’entreprise et je compris bien vite que si Pompéi était une cité aisée, le commerce d’élite au sein de ma demeure ne me permettait de toucher qu’une petite partie du vaste marché que représentait Pompéi. Je me résolus donc à viser le commun du peuple et ainsi, je rachetais pour une bouchée de pain, un lupanar proche du forum vendu à la mort de son propriétaire et toutes les louves du lot. Bien que le fait soit de notoriété publique, j’évitais de m’associer trop publiquement avec ce lieu sordide et en confiait la gestion courante à Africanus, homme de confiance et bras droit avisé. Ma fortune s’en trouva ainsi multipliée, ce qui m’attira quelques rivalités bien nourries : cette vermine d’Ausonius Faustus  n’est pas en reste. Il empiète sur mes plates bandes aussi sûrement que j’empiète sur les siennes : que les Furies l’étranglent avec les cordons de sa bourse et dessèchent sa langue fausse !

Je me sais à part dans le paysage pompéien, je mène mes affaires de manière aussi ferme que celle d’un homme et n’obéit à aucun. Je suscite tantôt la curiosité, la sympathie, tantôt la crainte ou le mépris. J’ai néanmoins su me créer une place ici que personne ne saurait me dénier et en bonne commerçante, je fraye aussi bien avec les crapules, qu’avec les putains, les négociants, les clients ou ces messieurs les politiques et leurs ravissantes épouses... Une main de fer dans un gant de velours. Je traite bien mes filles, j’aurais tort de ne pas le faire, elles sont mon fond de commerce mais malgré ma bienveillance, j’exige d’elle le respect et la loyauté dus et ne transige sur rien comme une mère veille sur sa portée.
J’ai gagné le respect et la renommée au sein de la cité et je me trouve encore aujourd’hui, à 40 ans, courtisée de nouveau par deux hommes aussi charmants qu’ambitieux : l’un est le mentor charismatique de la puissante guilde des foulons, Aulus Vettius; l’autre, laniste, rusé et parti de peu, Sextus Naevius, qui n’est pas sans me rappeler Vibius. Comment ne pas s’en trouver flattée ?
Cependant ma tête demeure froide : j’ai été mariée deux fois et je connais le poids des chaines nuptiales… Et puis la Felix vaut son pesant de deniers, c’est un fait… Si tout et chacun a un prix en ce monde, le mien est élevé et dans la vie comme en commerce, je suis dure en affaires.
fiche (c) Semper Eadem


Dernière édition par Julia Felix le Lun 25 Aoû - 13:16, édité 6 fois
Jeu 1 Mai - 10:11
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

@Julia Felix a écrit:
Faudrait me passer sur le corps! XD

venant de la reine des louves... What a Face

enfin, rebienvenue ! Please
Jeu 1 Mai - 10:13
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Ohhhhhhhhhhhh, une Julia Very Happy! J'aime tellement ce personnage, je suis contente que ce soit qui la joue alors <3

Bon courage ! Smile
Patricien
Jeu 1 Mai - 10:19
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 26/05/2013
₪ Ecrits : 2157
₪ Sesterces : 60
₪ Âge : 41 ans
₪ Fonction & Métier : Reine des Vipères et femme d'affaires

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Chaque miette de vie doit servir à conquérir la dignité.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Veuve et amante de Publicola
Voir le profil de l'utilisateur

Un troisième ? Mais c'est génialement fou ! Shocked

J'ai hâte de voir ça ! XD


Si mon sexe me refuse les ambitions qui me dévorent, laisse ma haine et ma soif de pouvoir servir ton ascension. Que ma rage te hisse aux sommets qui me sont interdits et fais qu'en ta réussite je trouve ma consécration. Deviens homme de lumière, je reste femme de l'ombre. Mais brille pour nous deux car la vipère gronde... Son venin te servira tant que tu tiendras parole.  

(c) crackle bones
Plebe
Jeu 1 Mai - 10:37
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 29/04/2014
₪ Ecrits : 315
₪ Sesterces : 181
₪ Âge : 40 ans
₪ Fonction & Métier : Business woman
Voir le profil de l'utilisateur

Merci les copains! cheers Je vous cache pas que ça me fait pas de mal de retrouver les traits d'une nana après mes deux mâles! PTDR

@Eirene tiens oui... XD J'apprendrais à mieux choisir mes expressions! PTDR

@Helvia Génial je sais pas, fou c'est sûr! Razz


Je veux bien être belle, mais pas dormir au bois; je veux bien être reine, mais pas l'ombre du roi.
Patricien
Jeu 1 Mai - 10:38
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 17/03/2013
₪ Ecrits : 8614
₪ Sesterces : 219
₪ Âge : .
₪ Fonction & Métier : .

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: .
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: who needs a heart when a heart can be broken ?
Voir le profil de l'utilisateur http://torahana.tumblr.com/

Julia, en plus avec Lucy pour avatar Bave
J'ai hâte de te lire Please


They call me child
THEY CALL ME WEAK
OH BUT SWEETHEART I AM A GODDESS

adoptez la bitch-attitude Lunettes:
 
Jeu 1 Mai - 10:47
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Bave

Ta schizophrénie va faire que Juju viendra dans la douche à la place de Pripri hein ?
Jeu 1 Mai - 10:54
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité



je suis outrée *va faire les magasins pour la peine* Arrow
si vous voulez participer j'organise un vide-stola pervers ->
Plebe
Jeu 1 Mai - 11:26
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 29/04/2014
₪ Ecrits : 315
₪ Sesterces : 181
₪ Âge : 40 ans
₪ Fonction & Métier : Business woman
Voir le profil de l'utilisateur

Le Priam en moi est doublement outré! PTDR

Pour la peine j'enverrai Julia dans la douche de te femme, Lulu, et pis c'est tout... PTDR
Trop de schizophrénie tue la schizophrénie! Razz

J'ai déjà plein d'idées, je vais tâcher de mettre la fin de mes vacances à profit! Yaaa Sans oublier mes deux mâles sinon ils vont me faire la tête...


Je veux bien être belle, mais pas dormir au bois; je veux bien être reine, mais pas l'ombre du roi.
Jeu 1 Mai - 11:33
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

je prends des bains au lait de chèvre XD ou au sang de bouc, jsais plus hem
Jeu 1 Mai - 11:44
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

MRRRRRRRRRRRRRRRRRRROOOOOOOOOOOOh !!!

Reviebienvenue  Yaaa 

Les triples personnalités c'est le bien  pervers cheese ange 
Empire
Jeu 1 Mai - 20:03
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 18/10/2013
₪ Ecrits : 3188
₪ Sesterces : 380
₪ Âge : 21 ans
₪ Fonction & Métier : Au service de Kaeso Ausonius Faustus. Voleur à ses heures perdues, vacant entre une auberge et un lupanar.

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Plusieurs femmes l'habitent, mais une seule a su le kidnapper.
Voir le profil de l'utilisateur

Hiiiiii, une admin pour jouer Julia, quoi de mieux ♥ Re re bienvenue alors ♥


Brother & Sister
Lucia et Niger
Jeu 1 Mai - 20:37
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Badass ♥

Rebienvenue !!!
Ven 2 Mai - 0:17
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Dominaa Smile
Ca tombe bien, il paraît que Carmen a une nouvelle à t'annoncer !  Siffle 

Rebienvenue !
Patricien
Ven 2 Mai - 10:54
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 11/05/2013
₪ Ecrits : 2402
₪ Sesterces : 63
₪ Âge : 42 ans
₪ Fonction & Métier : Duumvir

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Verba volant, scripta manent.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Époux de la louve et amant de la vipère.
Voir le profil de l'utilisateur

Evy, tu me surprendras toujours XD Re-bienvenue en fanfare pompom

J'ai hâte de lire ce que tu nous concoctes !



Césars:
 

Mes enfants me font tourner en bourrique...:
 





Ven 2 Mai - 19:46
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Re, Re Bienvenue alors !!
Sam 3 Mai - 0:34
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Houu, ce choix de vava ♥ ça va être magique !
Tu es folle, mais tu le fais si bien *O*
Plebe
Sam 3 Mai - 10:35
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 01/10/2013
₪ Ecrits : 1542
₪ Sesterces : 179
₪ Âge : 20
₪ Fonction & Métier : soldat/garde du corps de Licinia Domitia

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Your lesson well learned. Imperator
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Une certaine brune occupe ses pensées...
Voir le profil de l'utilisateur

Je ne peux que plussoyer mon VDD pour le choix du vava  Coeur 

Re-Rebienvenue  


ω We shall defend our land whatever the cost ω




4ème cérémonie des Césars :
 


Dernière édition par Numerius Petronius le Dim 4 Mai - 13:06, édité 1 fois
Dim 4 Mai - 12:40
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

OMG voilà de la grande classe ma chère !
Rebienvenue et au plaisir de se rencontrer in rp Wink
Plebe
Ven 9 Mai - 17:59
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 03/06/2013
₪ Ecrits : 302
₪ Sesterces : 0
₪ Âge : 44 ans.
₪ Fonction & Métier : aubergiste et tenancier d'un lupanar.

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Canis Canem Edit
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: ma bourse ! Et peut-être ma femme, Fulcinia Ausonia Fausta.
Voir le profil de l'utilisateur

OH de la concurrence que je vais dépasser MA MEILLEURE ENNEMIE.

Je pensais faire flamber ta villa, et ton commerce avec, il faudrait qu'on en discute hem
Je te réserve un de tes premiers rps avec ce personnage Please



« Welcome, Monsieur, sit yourself down and meet the best innkeeper in town. As for the rest, all of 'em crooks : rooking their guests and crooking the books. Everybody loves a landlord, everybody's bosom friend. Servant to the poor, butler to the great, comforter, philosopher, and lifelong mate ! Everybody bless the landlord ! »


   

   
Canis Canem Edit:
 
Plebe
Lun 25 Aoû - 13:12
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 29/04/2014
₪ Ecrits : 315
₪ Sesterces : 181
₪ Âge : 40 ans
₪ Fonction & Métier : Business woman
Voir le profil de l'utilisateur

Devinez qui c'est qui a fini! Clap

J'entends l'aval des filles pour commencer, si ma Julia leur convient!


Je veux bien être belle, mais pas dormir au bois; je veux bien être reine, mais pas l'ombre du roi.
Patricien
Lun 25 Aoû - 13:17
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 26/05/2013
₪ Ecrits : 2157
₪ Sesterces : 60
₪ Âge : 41 ans
₪ Fonction & Métier : Reine des Vipères et femme d'affaires

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Chaque miette de vie doit servir à conquérir la dignité.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Veuve et amante de Publicola
Voir le profil de l'utilisateur

Just to celebrate...





Si mon sexe me refuse les ambitions qui me dévorent, laisse ma haine et ma soif de pouvoir servir ton ascension. Que ma rage te hisse aux sommets qui me sont interdits et fais qu'en ta réussite je trouve ma consécration. Deviens homme de lumière, je reste femme de l'ombre. Mais brille pour nous deux car la vipère gronde... Son venin te servira tant que tu tiendras parole.  

(c) crackle bones
Plebe
Lun 25 Aoû - 13:49
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 23/03/2014
₪ Ecrits : 529
₪ Sesterces : 57
₪ Âge : 23 ans
₪ Fonction & Métier : Plébéienne œuvrant pour le rêve ambitieux de son frère.

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation:
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Veuve au coeur froid.
Voir le profil de l'utilisateur

Bon eh bien je te pré-valide et tu fais le reste? Lunettes

Superbe comme d'habitude! Please

Les patriciens devraient se méfier de la plèbe ces derniers temps moi je dis Siffle



You shut me down but I won't falll ∆
You shout it loud, but I can’t hear a word you say. I’m talking loud not saying much. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. I’m bulletproof nothing to lose fire away, fire away. Ricochet, take your rain fire away, fire away. You shoot me down but I won’t fall. I am titanium. You shoot me down but I won’t fall. I am titanium. I am titanium...
Patricien
Lun 25 Aoû - 19:42
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




avatar
₪ Arrivée à Pompéi : 11/05/2013
₪ Ecrits : 2402
₪ Sesterces : 63
₪ Âge : 42 ans
₪ Fonction & Métier : Duumvir

Cogito ergo sum ₪
₪ Citation: Verba volant, scripta manent.
₪ Moi en quelques mots:
₪ Côté Coeur: Époux de la louve et amant de la vipère.
Voir le profil de l'utilisateur

Ouh yeah ! Yaaa C'est superbement bien amené tout ça, comme toujours Wink
J'ai hâte de découvrir cette nouvelle facette de ta personnalité en jeu pervers Et j'arrive avec mon lien que je n'ai jamais pu concrétiser !



Césars:
 

Mes enfants me font tourner en bourrique...:
 





Lun 25 Aoû - 19:54
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Invité

Moi aussi j'adore ce nouveau personnage
Re: JULIA ₪ Woman? Is that meant to insult me?   




Contenu sponsorisé

Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» NY Times: The Woman Who Would Be Haiti's Next President
» Presentation of the Red Woman
» [UPTOBOX] The Woman [DVDRiP]
» Emma Frost - Ice Woman -
» Julia Rubine Brunstood (Serdaigle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POMPEII, TERRA DEORUM ₪ :: Population recensée-
Sauter vers: